O’Marco… Where art thou ??

Notre attaquant fétiche a récemment refait surface grâce au nouveau mensuel SO Foot, qui lui accorde une interview sur plusieurs pages. L’occasion est belle pour revenir sur le cas Simone, qui divise toujours autant les supporters monégasques.

Mais qu’est-ce donc que le Marco Simone ?
Le Marco Simone, c’est 34 piges dévouées au football, 170 centimètres sans les crampons et 68 kilos à vide.
Le Marco Simone, c’est aussi une coupe de cheveux à se faire suicider son délayeur de gomina, le piège à macaroni le plus mal taillé de L1 et une passion bien italienne pour la Formule 1.
Le Marco Simone, c’est bien sûr plus de 130 buts lors de sa carrière, grâce à un taquinage de ballon en mouvement hors du commun et un renifloir à bons coups des plus développés.
Le Marco Simone, c’est enfin 1 Coupe intercontinentale (1989) ; 2 Super coupe d’Europe (1989 – 1994) ; 4 Scudetto (1992 – 1993 – 1994 – 1996) ; 1 Super coupe d’Italie (1994) ; 1 Coupe de France (1998) ; 1 Coupe de la Ligue (1998) ; 1 Championnat de France (2000), soit une carte de visite des plus remplies imposant un certain respect.
Mais aujourd’hui, le Marco Simone, c’est un gus qui se tourterelle à Monaco, s’entraînant avec la CFA, regardant ses ex-petits copains se battre pour le titre de champion.
Que s’est-il passé ? S’est-il mis à yoyoter fortement des cellules pour passer du statut de meilleur joueur à celui de meilleur péteur de pastaikes ? Question que nul ne pourrait répondre, tant le système bulbo-rachitique de notre Italien préféré est complexe, et il n’est pas sûr que lui-même sache vraiment de quoi il en retourne.
Tentative de réponse… néanmoins

Arrivé en 1999-2000 de pantruche, après une saison chaotique avec le club ayant le rapport ambition/résultat le plus médiocre de L1, et après un épisode avec les supporters du PSG des plus douteux : « je n’irai dans aucun autre club français que le PSG » avait-il dit avant de signer avec l’ASM, montrant ainsi que c’est un habile utilisateur de vérités contre-formulées. Qu’à cela ne tienne, il effectue une saison 2000 remarquable, 21 buts, 12 passes décisives, de quoi faire taire nombre de septique (mézigue par exemple).
En 2001 on lui confia naturellement le rôle de leader de l’équipe… Et le scénario déjà entrevu avec le PSG nous fait un bis répétita avec la méditerranée en fond d’écran : Simone s’est mis à déjouer (seulement 7 buts en championnat) ou à jouer selon l’enjeu (6 buts en 6 matchs de Champions League). Bilan : à force de trop parler, piètre saison de l’ASM. Ayant une certaine raie-pulsion avec Claude Puel, c’est ce dernier qui fera les frais des fulminances de Simone.
Mais l’arrivée de Deschamps ne changera rien, car devant un comportement pas toujours correct, DD décide de recruter Bierhoff, et d’envoyer Marco au Milan A.C., où il passe son temps à se livrer à une bataille médiatique. Morceaux choisis : « la gestion humaine de Didier Deschamps est catastrophique », réponse de Deschamps : « tout le monde sait qu’humainement, Marco Simone est un zéro ».
L’affaire n’en restera pas là, car Simone revint à Monaco en juin. Le docteur Campora tentera d’arrondir les angles entre son joueur préféré et l’entraîneur qu’il ne peut virer pour des raisons financières. Marco Simone sera réintégré au groupe, se disant prêt à servir le club, mais la légende ne dit pas l’accueil froid qu’il y reçut, malgré la présence d’anciens fidèles à sa cause, comme Philipe Léonard.
Ce que la légende raconte, c’est que si Monaco gagne le championnat cette saison, Marco aura une ligne de plus à son palmarès, car il a joué une fin de match face à Rennes (scandé par le public lors de son entrée d’ailleurs), une difficile mi-temps face Nice (remplacement de Rothen s’étant fait détruire par les niçois) et a même été titulaire face au havre… 10 minutes, le temps de l’expulsion de Roma… c’est lui qui fut désigné pour quitter le terrain, remplacer par  Sylva.
Et depuis, plus rien… Le système DD basé sur un seul attaquant ne lui laisse pas de place, et avec le retour de Dado Prso et malgré le passage en 4-4-2 qui fit la gloire de l’ASM… et de Simone, on ne revit toujours pas Marco, même pas en joker de luxe à la Gallardo, DD préférant mettre Camara, ou un jeune comme Grax sur le banc, plutôt que l’expérimenté Simone, ce qui est fort dommage, car Simone avait montré une belle envie lors de sa rentrée fin septembre.
Enfin, Simone, beau joueur malgré tout, n’est pas le genre à se branler les cloches pour un rien et continu à s’entraîner avec la CFA, dont c’est le joueur le plus payé…

Mais malgré un coût exorbitant pour un rendement en L1 aussi minime que celui de Diego Quintero… Il est bien mieux en CFA le beau Marco !

Parce que tu croyais que j’allais faire un papier à la gloire de Marco Simone ?

Tu penses donc que j’ai passé mon week-end de Paques les deux doigts dans la prise, à siroter du jus de betterave en me matant la « Bicyclette bleu » histoire que mon neurone sur-actif se ramollisse au point de faire une pirouette digne du trophée Miko de casse-gueule sur glace tu me connais mal alors cher lecteur : quand j’ai une idée dans la caboche, elle est rarement ailleurs, et le manque de respect qu’il a eu pour le club une fois parti à Milan, grand acte de bravoche devant l’éternel que de critiquer son entraineur une fois de l’autre coté des Alpes et son côté « je vous aime les supporters » pour leur tourner le dos et les enviander à la première occaz, comme il l’a fait à Paris, ne vaut pas les quelques belles prestations qu’il a pu accomplir il y a de cela trois ans déjà.
Et tout cela part de simples constats :
Premier constat : les rares matchs qu’il a joués cette année, et l’année dernière, il a traîné son spleen sur le terrain, quand il était capitaine, il passait son temps à gueuler sur ses coéquipiers au lieu de jouer, ou a tiré une caravane l’empêchant d’être pleinement efficace. En gros, les dernières bonnes perfs de Simone pour l’ASM FC remontent au calendrier grec, et vu son âge, plus ça va, moins ça va… et moins ça ira !
Autre constat : on lui a confié les rênes de l’équipe, via le capitanat, par deux fois, lors de sa seconde saison à Paris, et lors de sa seconde saison à Monaco, et dans les deux cas, ça a tourné au fiasco… En mettant cela sur le fait que les équipes françaises ne savent pas gérer les joueurs à fort caractère (dans un sens, il n’a pas tord, voyant Fernandez et le Roswell de Paname), il cherche surtout à se voiler la face, et masquer sa tendance à enmauvaiser un groupe dès qu’il en a plus ou moins la charge. Faire des clans (il a plus ou moins insisté sur la venue de Panucci et de Radducioiu, deux collègues à lui) n’a jamais été le meilleur moyen de lier un groupe.
Dernier constat : Marco Simone a déclaré ne jamais rien regretter ce qu’il a fait ou ce qu’il a dit. Ainsi, il maintient donc les allégations salasses qu’il a pu dire à l’encontre de DD, de Giuly (son successeur au capitanat de l’ASM) ou du staff et du club… Comment veut-il pouvoir jouer pour et avec des gars à qui il a craché dessus aussi lâchement ?
Ainsi, au lieu de se la jouer profil bas, de faire son m’éencule pas devant les joueurs et le staff, histoire de servir le club qu’il dit aimer si fort (et on sait qu’il en a encore les capacités de rendre service en cette fin de saison âpre, avec son expérience « à l’italienne »), il continue à faire la forte tête et rien ne semble détricoter son moral
Marco Simone n’a pas encore déposé son géranium, mais il n’est pas prêt de rejouer cette saison, tant il se complait dans cette situation de mafalou, payé à ne rien faire…

Qu’est-ce que le Marco Simone donc ?
C’est un très bon joueur, au caractère bien trempé dans de la bolognaise où la Màma aurais un peu trop forcé la dose avec l’ail et le poivre. Caractère que l’on aime, où que l’on déteste, mais qu’il ferait bien de laisser à casa afin de ne laisser parler le talent qu’il a au bout des semelles.
Malheureusement pour faire cela, il aurait fallu qu’il soit un tantinet respectueux du club qui le paye et des supporters qui pour la majorité l’adulent. Maintenant, il est trop tard et un petit club italien sera le parfait refuge pour cette icône mal rasée…

tn_002519_gd968_-_O_Marco