Pigeon vole !

Vous êtes conviés le mardi 7 février 2006 à 21h à un tournoi de pigeon vole qui aura lieu au grand chapiteau Louis II (anciennement appelé durant les temps glorieux Stade Louis II). Ce tournoi opposera la légion mercenaire méditerranéenne de la Maison défiscalisée Monaco à la légion gitane des bouseux virulents de nice.

Une grande nouveauté pour ce tournoi : les traditionnels cloportes seront remplacés par des pigeons, afin de faciliter la vision et de sauver ce qui peut l’être encore.
Le public est convié à assister à ce tournoi pour saluer l’équipe adverse à l’aide des sifflets pour ceux qui savent ou à l’aide du fameux haka monégasque  » BBBBOOOOOUUUUUUUUUU  »
Ces troupeaux étant de piètre qualité et afin de réveiller les gents damoiseaux présents, le tournoi sera suivi d’agapes dont le programme reste à définir.

Quelques précisions :

Sur le jeu du pigeon vole

Ce jeu se joue avec une petite balle en caoutchouc dur comme on en trouve au rayon animalerie à carrefour, essayer de faire pénétrer, à l’aide des membres postérieurs, dans un rectangle vertical de 7,23 sur 2,44 nommé  » but « .
Ceci paraît a priori facile mais dépend de la qualité des belligérants. En effet chaque légion se compose de 11 pigeons mercenaires que l’on appelle  » joueurs  » chargés de faire progresser la balle vers le but adverse et de la faire pénétrer dans ce but.

Comme il est très difficile de faire deux choses à la fois, frapper dans la balle avec les membres postérieurs devient un exercice quasi impossible pour certains animaux qui arrivent même à se faire mal tous seuls. La qualité de l’escadron est primordiale dans cet exercice qui peut, s’il est bien pratiqué, porter les spectateurs au septième ciel, voire au nirvana cosmique ou à l’orgasme incontrôlé.

En réalité, actuellement, les  » joueurs  » du Mare Nostrum ont plus l’air de regarder passer les carrosses que de jouer, et le déroulement d’un tournoi ressemble plus à une cacophonie babylonienne volatile ou à une séance d’hypnose collective qu’à un jeu réfléchi.

Trois pantins humanoïdes, primitivement habillés en noir, sont chargés du bon déroulement du tournoi et de l’application stricte des règles de chevalerie. En réalité, ces  » arbitres  » semblent être encore plus mercenaires que les 22 autres pigeons, et sont souvent en état d’ébriété avancée qui leur porte souvent sur leur acuité visuelle (exemple tournoi d’Alsace).

Un chargé d’élevage, choisi par le Présidentus Omnipotens, est chargé de la préparation des bêtes, aidé de sbires, apothicaires et autres cultivateurs. L’actuel chargé d’élevage principalien, nommé Gwendolinus, nouvellement arrivé de sa campagne sicilienne, semble avoir beaucoup de mal dans sa tache : Entre les bêtes choisit par son prédécesseur, animaux affublées d’un pedigree falsifié ou bêtes d’origine non définie, d’autres confondant luzerne et tequila, certaines aimant se faire dorloté par les filles de l’apothicaire ou celles qui se volent dans les plumes.

Sur le troupeau principalien

Origine des pigeons

Roma : Chargé de protéger le  » but « , c’est le seul animal qui peut toucher la balle avec ses membres antérieurs. D’origine transalpine, il n’a pas volé depuis plus de 6 mois. Remplacé par une vieille carne qui assure plus que bien la doublure.

Warmuz : Remplaçant devenu titulaire parce que le titulaire est en stage d’infirmerie. La meilleure recrue depuis un certain Fernando Morientes…

Cubilier : De race Aiglonne, lui aussi devenu titulaire après que le titulaire ai subit le croche patte d’un mulet en passe de devenir indispensable après de longues année d’errances…

Squillaci : Aussi appelé « Toto », d’origine toulono-ajaccienne, il tarde à retrouver de sa superbe après une campagne 2004 prometteuse.

Modesto : Appellé « Frainsoaaaaaaaa », il est la bonne surprise de l’année

Givet : Elevage local. Vaillant pigeon de combat, ne rechigne pas à mettre le bec là où certains hésiterai à mettre la patte….

Maicon : D’origine brésilienne, ne réagit qu’au son de la samba ou d’un string léopard. A tendance à oublier ses taches primaires pour se concentrer sur ses pas de danse. Encore une mauvaise pioche de Dédéus Deschampinos qui devrai vite faire ses valises…

Zikos : D’origine Grecque, des calendes plus précisément, fais jouer l’expérience et le physique. Membre du dynamic duo avec Bernardi, dernier lustre d’une glorieuse époque révolue…

Bernardi : Origine élevage fameux  » Millionarios  » du Rio de la Plata. A perdu de sa superbe, car bien souvent mal entouré. Jouera pourtant un rôle important si le troupeau pense essayé de gagner quelque chose…

Perez : Venu par erreur, échappé d’un pâturage de la Celeste. Son abnégation et son grand courage n’ont d’égal que son rendement pour l’instant assez pauvre. C’est avec Modesto la plus grosse progression de la saison cependant…

Plasil : Origine tchèque, ce volatile au visage angélique a encore beaucoup de mal avec son physique, si bien qu’en fin de tournois, s’il a besoin d’un ballon, c’est un ballon d’oxygène qu’il s’agit. Mérite des soins tout particulier car sa qualité est prometteuse…

Meriem : D’une lointaine origine sarrasine, souffre d’un mental friable qui font osciller ses performances entre le parfois Zidanesque (pigeon français de grande qualité) et le souvent pathétique (pigeon monégasque trop souvent de sortie).

Chevanton : L’arnaque ! Le Juda ! D’origine céleste, il confond balle en caoutchouc et ballon de rouge, a tendance à détruire les pigeons plutôt qu’à jouer avec… L’abus de substances hallucinogènes dans sa bouilli quotidienne de ver de terre le fond raté 3 tournois sur 4…

Vieri : Le veau d’or ! Sensé remplacer Morientes, il devra faire vite pour briller, sous peine de ne pas devoir justifié les cassettes d’or qu’il entasse à la pelle chaque jour un peu plus…

Di Vaio : Autre investissement de taille, il viens se refaire une santé avant la coupe du monde annuelle des pigeons de combat.

Reste encore tout un escadron de petits poussins qui devront attendre avant de se faire définitivement les dents et le bec…

Sur ceux qui sont partis :

Sorlin : Origine bretono-languedoco-forezienne, la pire de toutes. Tout a été humanitairement fait. Incapable d’assumer les moindres tâches. Valeur marchande nulle. N’amortit ni la balle ni son salaire. Et pourtant, il a été revendu in extremis à son ancien propriétaire… un miracle !

Maoulida : Elevage Iles du Pacifique. Ne réagit qu’au son du yukulélé. Confond champ de foire et piste de menuet. On a réussit à le fourguer en terres phocéennes, ou la faiblesse de l’élévage local le fait passer pour un oiseau de proie.

Adebayor : Origine élevage togolais déplacé, a beaucoup promit, pour décevoir tout le monde à son départ. En espérant qu’un chasseur albion lui tire une volée de plomb avant la fin de l’année…

Giuly : Elevage charollais. Parti pour le soleil catalan. Le brave peuple principalien attend son retour.

Morientes : Aigle royal parti pour des clopinettes en perfide Albion alors qu’il souhaitait établir définitivement son nid sur le rocher. Tout le peuple principalien pleure encore, et certains murmurent qu’un V comme Vendetta serai ourdi par un groupuscule avide de faire payer les responsables de sa non venue…

Evra : D’origine italo-aiglonne, poursuit sa progression en albionnie du nord, non sans avoir attrapé quelques fruits au lancé de melon à la foire de Monaco.

Sur l’environnement

Habitués à des passés glorieux, les sujets de Sa Majesté ont du mal à comprendre comment on a pu tomber si bas ; certains se remémorent même les temps préhistoriques kovackiens où les pigeons de race danoise avaient mis un pastrouillis pas possible dans la vollière, allant même à se taper sur le bec dans les déshabilloirs communautaires. Rappelons aussi l’escadron de 2004, celui qui passa en revu toute l’europe et alla mettre la becqué aux grands oiseaux de proie espagnols, anglais ou moscovites, avant de se faire tirer en plein vol par un maçon portugais.
Ces temps semblaient révolus mais hélas ils ont hanté à nouveau les coursives du célèbre Louis II.

L’éviction de l’ancien chargé d’affaire et de ses disciples n’a pas éradiqué le mal. Priés d’aller voir chez lui si l’herbe bouliche poussait bien, ce paillassou avaient déjà trop gangrainé le troupeau…

Les bardes spécialistes fort éminents se sont penchés sur le mal afin d’en déterminer l’origine.

Certains se sont demandé si le mal n’était pas d’origine philosophique existentialiste et si une méthode siniestre (rappelons-nous que Marx n’est pas encore né) ne devrait-elle pas être appliquée dans les volières  » Ton ver est le mien, mon ver n’est pas le tien « . Difficile d’appliquer à des pigeons habitués à se déplacer en carrosses teutons ou italiques surbaissés ! C’est la théorie  » Gorbarnielovitch « , du nom de son auteur.

D’autres ont rendu responsables les services horticoles. Le champ de foire servant à la préparation de l’escadron serait en mauvais état et entraînerait des lésions graves des articulations des ailes ou des pattes. Rien aujourd’hui n’a filtré au sujet des services horticoles du champ de foire.

Ces blessures seraient de plus très mal détectées et soignées par les services vétérinaires. Leur compétence a été gravement mise en cause, les bêtes blessées ressortant plus gravement atteintes de ses services. Beaucoup d’animaux se sont blessés lors de tournois précédents et l’incapacité des services vétérinaires à remettre sur leurs ailes les oiseaux amochées a entraîné une carence totale dans la production de  » jeu  » ; on a même envisagé l’abattage pur et simple d’un partie du cheptel. Aux dernières nouvelles colportées par les  » Ménestrels du Chat Puant Forumique « , organisme de renseignement hautement qualifié, le service vétérinaire en entier aurait été à nouveau remplacé par des apothicaires qui viendraient, armés de seringues et d’ampoules, appliquer leurs potions magiques au cheptel princier.

Enfin,  » the last but not the least  » comme dirait Henri VIII ou Anne Boleyn tant qu’elle pouvait parler, le Présidentius Omnipotens. Certains ont critiqué sa faculté (gag) à faire les bons choix dans la constitution du cheptel, ou mis en cause sa qualité de chef de groupe, mais beaucoup ont surtout mis en cause son adjoint aussi peu qualifié qu’incontrôlable, responsable pour beaucoup des mauvais choix et de la pseudo qualité des volatiles dernièrement engagés. Malheureusement, son statut particulier auprès du Phoenix des hôtes de ces bois le rend quasi invulnérable, au grand dam du peuple principalien qui voient en ce peu Brillant idiot un fléau aussi grave que la peste bubonique ou la syphilis aphteuse.

D’autres lui ont découvert des talents de magicien manipulateur, en particulier dans le maniement des sesterces ou écus (n’oublions pas que le franc a disparu), et aurait inventé la prestidigitation avant le Grand Houdin. Après avoir fouillé profondément dans les arcanes comptables de la ferme, certains se sont penchés sur le type de fermage, et ont révélé au grand jour un vaste trafic de caissettes dites  » caissettes VHS (Volatiles Historiquement Sodomisées)  » qui aurait eu lieu et dont l’enquête n’est pas encore terminée. Il serait le grand responsable de la débâcle et de la guerre de Cent Ans. Ces caissettes, prisent lors des ventes de pigeons au plus offrant, serait soi disant chargé de combler un trou qui devait être soi disant bouché depuis lulure.

Exténué par le spectacle affligeant du dernier tournoi, le bon peuple principalien reste encore dubitatif quand à la conduite à adopter.

D’autres enfin ont mis en cause divers éléments, comme le chien du concierge du champ de foire, les bougies servant à l’éclairage, les sbires palatins empêchant toute manifestation d’allégresse ou de dépit, le cours du dollar cheyenne (les USA ne sont pas encore colonisés), le manque de populasse, etc….

Des solutions ont été proposées. La liste est longue, je citerai le remplacement massif de bêtes du troupeau, du chargé d’élevage, du Presidentius Omnipotens, des différents services fermiers, du chien du concierge,….Certains ont proposé de mettre leur bétaillère à la disposition de la troupe, afin de tout jeter dans le port d’Hercule. D’autres implorent Sainte Dévote, Notre-Dame-de-Laghet, Saint-Jacques-de-Compostelle ; d’autres proposent de dresser un pilori en Place d’Armes et d’organiser un immense bûcher.

La liste des problèmes et solutions a été soumise aux Membres très influents de la Divine Assemblée des Mousquetaires du Prince qui doit statuer en son âme et conscience et dont le jugement papal, urbi et orbi, ne souffre aucune discussion ou remise en cause (si vous avez des pv à faire sauter c’est le moment de les refiler !). De plus amples détails peuvent être rajoutés à ce moratoire.