Le monde à l’envers (Chronique mensuelle)

Suite à un léger accident cardiovasculaire entraîné par les résultats catastrophique de notre équipe, plus d’un mois de repos m’a été rendu obligatoire par le staff médical.
J’ai donc pris acte, mais secrètement, de mon grand lit blanc d’hôpital, j’ai suivi pour vous les matchs rouges et blancs, planqué sous ma couette avec un téléphone 3G gracieusement fourni (après caution, elle est belle la confiance !) par les mousquetaires.

Je n’aurai pas le temps de vous fournir l’ensemble des rétrospective, d’autant que mon hémiplégie du coté Ouest m’empêche de taper violemment sur mon clavier. Malgré tout je ne puis me permettre de garder mon ordinateur en chômage technique plus longtemps, et surtout entendre mes lecteurs envoyer des pavés sur ma porte… Pour satisfaire à cela, j’ai décidé en accord avec moi même que je ne ferais pour le mois de mars qu’un compte rendu global d’un mois remarquable par son absence d’intérêt.

Nous avons ainsi commencé par un magnifique Toulouse Monaco, les mal classés de la deuxième parti de saison, respectivement premier et troisième, quel honte pour nos joueurs, après avoir passé de si agréables moment en tant que vingtième et derniers… résultat, 1 partout, on pouvait s’y attendre, personne ne voulait gagner. Nous avons enchaîné par Nantes qui devait tout donner pour se sauver de la relégation…Résultat 2 à 1 pour l’ASM, nous avons enfin tenté de nous faire remonter les bretelles par Nice…1 à 1, on ne peut décidément pas faire confiance aux Niçois.

Ainsi, nous avons vécu 3 matchs tout à fait non palpitants, d’une grandiose inaction.
Messieurs, pour vous j’ai lutté pour ne pas m’endormir, devant tant de mollesse…
Outre le fait qu’aucune défaite ne fut engrangée, alors que le programme était idéal, outre le fait que l’on a marqué à chaque fois, outre le fait même de gagner tranquillement des places, il n’est rien de plus insupportable qu’un jeu sans style. En effet, je m’insurge ici contre l’apparence de notre jeu, qui sur ces trois match aura été purement ignoble. Point de grandes relances hasardeuses comme auparavant, point non plus d’un Menez qui gâche l’ensemble de ces ballons en les envoyant directement aux supporters (Ah la célébrité! Ca vous monte tellement vite à la tête). Pas plus d’ailleurs d’un Givet aux aboie, ne mettant pas le pied là ou Dos Santos aurait mis la tête. Mais n’allez pas croire que cette vague de nullité les frappa assez fort pour faire d’eux des Lyonnais. Non tout de même pas; Kallon n’aura toujours s pas dribbler 3 défenseurs, pour envoyer d’un boulet de canon à 45 mètres le dans la lucarne gauche. Koller n’aura toujours pas découvert qu’il cachait une touche de balle au pied équivalente à celle de Ronaldinho, et Dos Santos n’en a pas jeter pour autant son fidèle déambulateur, qui fait de lui toute la légende qu’il est.
Que nenni ! Nos joueurs sont apparu sur ces matchs là tel des joueurs….Je sais pas, un peu comme quand vous allez au supermarché, vous avez la viande Bio, et le pack « éco », 25 % de viande, le reste on sait pas. Et bien voilà nos joueurs, alors qu’ils étaient au sommet, qu’ils étaient les joueurs « bio » de notre championnat, les voilà devenu de simples joueurs sans même un petit AOC ou le moindre Label, des joueurs de tout les jours en sommes…
Voilà où nous en sommes, privés de raisons d’aller voir les matchs, privés d’enthousiasme, plus rien ne peut arriver, nous ne jouerons plus la relégation, c’est fini, nous ne tenterons pas de nous sauver de l’Europe non plus… Nous finirons dans le ventre mou du championnat comme de la bière dans le ventre mou d’un touriste Allemand.
Alors ne cherchez pas ici le moindre commentaire de ce qui c’est passé pendant ces trois match, il ne s’est rien passé !
Oui, nous avons marqué 4 buts en trois matches, oui, c’est un scandale, oui, oui, oui…
Bon, rien, des actions bêtes. A Toulouse, Diego Perez qui déboule, tente de dégager le ballon dans les tribunes, il dévisse complètement, la balle frappe Koller de plein fouet, but….
Pire encore à Nantes… Alors que Nantes menait tranquillement, et que nous jouions au ralentit, comme dans les grand moment, Barthez dégage sur Perez, qui beau joueur, lui renvoi le ballon…Las, l’ex portier monégasque n’est plus ce qu’il était, et ses 32 centimètres de détente n’auront pas suffit, et le ballon se loge au fond des filets…
Le Second but n’est pas des plus agréable à revivre non plus, alors que Gaël Givet tentait de plaquer au sol un défenseur jaune, Meriem ajustait un tir de missile sur le même défenseur, et Paf, Givet se fait percuter violemment, et le ballon file loin de Barthez… Mais pas assez loin du cadre…
Enfin, il se trouve Nice qui pouvait nous aider à redorer notre blason. Las encore, triple las même, il est bien connu que nous ne pouvons compter sur ces félons, et alors que nous étions menés par un but à rien, depuis soixante dix minutes, voilà que Lloris tire sur Perez, qui faisant confiance à Plasil pour sortir la balle du terrain, lui glisse un ballon millimétré, celui-ci s’en saisi, vise le haut du Kop, shoot et…… premier tir complètement raté de la saison, le ballon file dans les cages…. Jaroslav Plasil s’écroulera d’ailleurs en pleure.

Voilà, notre défense ne fut pas mauvaise, et encore moins notre attaque, d’ailleurs, seul 1 but sur quatre vient de l’attaque.. Mais voilà à jouer sans génie, sans envie, le ballon fini toujours par rentrer…
A ceux qui se disent que je cherche des excuses à notre cheptel, peut être, comment pourrais je me dire que les joueurs ont été sciemment marquer des buts… Et puis, si le doute ne persistait pas, si jamais effectivement les joueurs jouaient pour tenter l’Europe, alors… Et bien il ne me resterait plus qu’à faire mes valises et partir suivre l’actualité du Paris Saint Germain…

Un point positif pour conclure néanmoins, le nombre de carton pris sur ces trois matchs, malgré l’absence de rouge est significatif, et la baisse de régime de Diego dans le jeu ne se fait pas encore ressentir au niveau des cartons. Ainsi en trois matchs, pas moins de onze cartons jaunes… le record n’as pas du passer loin

Excusez ce cr un peu particulier, et je vous promets de ne pas renouveler l’expérience trop souvent, cependant, aux grands maux les grands remèdes.
Allez l’ASM et vive Jerko Leko, le seul à tenir le Fair-play à lui tout seul !