Lettre ouverte à S.A.S. Le Prince Albert II de Monaco…

Monseigneur, si je m’adresse à vous en cet instant, c’est pour vous faire part de la tristesse qui ce soir m’a envahi. Ce soir, je ne comprends pas. Et je m’en remet à votre altesse sérénissime pour m’apporter la lumière et les explications qui me manquent.

Comment mon club a t’il pu tomber aussi bas ?
Comment ce club, que j’ai aimé pour ce coté noble et ambitieux, a-t-il pu devenir aussi terne ?
Comment ce club familiale, au rayonnement tel qu’il était indispensable au championnat de France a t’il pu se retrouver à lutter pour sa survie ?
Qu’est il arriver à mon club…Qu’est il arriver à votre club ?

Il n’y a pas si longtemps, Monsieur Svara nous faisait tutoyer les sommets, aujourd’hui, Monsieur Pastor nous fait tutoyer le caniveau…
Et de quelle manière !
Quand l’ami Pierrot nous offrais son soutient le plus inconditionnel, protégeait son entraîneur, partager ses émotion avec nous, petits supporters, monsieur Pastor n’affiche que mépris et coups dans le dos.

Je suis tombé amoureux d’un club fier, droit… La façon dont notre président a traité chacun des cinq entraîneurs que nous avons eu en seulement deux ans me fait regretter d’avoir choisi ce club…D’avoir choisi votre club.
En montrant une fois de plus que la stabilité ne les intéressait pas, en démontrant une nouvelle fois que la parole ne faisait pas partie de leurs qualités, en encore, si cela était nécessaire que c’est bien plus leur pouvoir qu’il souhaite pérenniser bien plus que la santé du club, messieurs Pastor et Brianti on définitivement mis à jour leur incompétence quant à la gestion de l’AS Monaco.
En éjectant Laurent Banide, qui a donner outre son cœur, ses nuit et sa vie privée à l’ASM pour la sauver d’une relégation probable au sortir du moi de novembre, sur des motifs fallacieux, en salissant de plus l’honneur de celui-ci, après s’être ouvertement joué de lui, comment pourrions nous légitimez d’avoir à la tête de notre équipe deux pareil voyous…
Comment pourriez-vous ?

Vous avez montré à maintes reprises par le passé l’amour que vous vouez à l’ASM. Cet amour, nous sommes quelques milliers à le posséder, quelques milliers de toutes horizons, de toutes conditions, mais seul vous avez le pouvoir de faire changer les choses.
Il en va de l’honneur du club, de sa crédibilité. Devrons nous attendre que le club chute en Ligue 2 ou tenterez vous d’arrêtez ce carnage ?
Les derniers espoirs de tous ces supporters reposent sur vous, ceux-ci ne pouvant espérer que ni l’un ni l’autre de nos dirigeants ne se rendent compte de leur incapacité à diriger un club de football.

J’ai écris ce soir dans un dernier sursaut d’espoirs car je ne peux me résoudre à voir mon équipe qui ce meurt…A voir votre équipe mourir…

Monseigneur, dans l’attente d’une réaction de votre part, veuillez agréer nos espoirs les plus implorants…

Un mousquetaire triste
Un mousquetaire énervé
Un mousquetaire désespéré