La Chronique Tactique de l’ASM 2007

Voilà … je suis le nouvel entraîneur de l’AS Monaco. Je suis content de venir à Monaco. Déjà, y’a la plage, le soleil, et Monaco, c’est un peu comme Cidade de Deus, mais, ici, toutes les maisons sont en pierre, et y’a juste les policiers qui ont des armes.

Ici, on m’a donné des objectifs simples : « pas descendre en D2« . Ca tombe bien. Défendre les positions et les acquis, je sais faire, puisque je suis défenseur de formation. Et je suis Brésilien de surcroît, ce qui n’est pas à la portée de tout le monde : c’est aussi rare qu’un Somalien champion de Sumo ou un Alsacien champion de surf…

Le futebol, pour moi, c’est donc simple. C’est l’anéantissement de toute fantaisie. Comme me le disait le fantasque Artur Jorge : « Le football, c’est un jeu simple. Tu reçois le ballon, tu le donnes. Tu n’as pas le ballon, tu donnes. »

Mais le Président de la République de Monaco, un Pasteur, je crois, m’a demandé de jouer ofen.. offne… enfin, l’attaque, quoi… quelque chose dans ce style. Donc, j’ai fait venir un gars dont je me souviens qu’il passait la ligne médiane pendant les matchs. Un professionnel du camp adverse : Patrick Colleter.

En plus techniquement, il est rôdé, il avait une panoplie de coups exceptionnels : Offensivement, il excellait dans les centres en shootant dans le gazon, centres au troisième poteau, centres en touche, centres derrière le but, etc. Défensivement, il est bien aussi : il faisait des tacles sur la cheville, sur le genou, sur le tibia, à la gorge. Presque aussi bon qu’Angloma et Di Meco réunis.

Entre principe de jeu simple, défense et marquer des buts dans le camp de l’adversaire, je vous offre en exclusivité le système de jeu que je compte imprimer à l’AS Monaco.

* Le Gardien :
Caractéristiques Générales :
C’est un homme qui ne doit pas travailler de tout le match. Il ne devrait JAMAIS toucher le ballon. Je pensais d’ailleurs ne pas mettre de gardien cette saison, mais Patrick m’a dit que c’est obligé. On m’a dit que le goal s’appelle Roma et qu’il est Italien. J’aime bien les Italiens, leur style de jeu surtout. Je ne sais pas s’il est bon ou pas. D’ailleurs, je m’en fous, vu que le gardien, ça doit servir à rien, quand on joue bien.

Niveau tactique : Je préfère quand il utilise ses mains pour dribbler un adversaire. Bernard Lama le faisait des fois avec les pieds et même Dugarry a réussi à le battre, c’est dire si c’est pas fiable.

Positionnement : Sur la ligne de but. Et pas un pied devant : ça évite de prendre des buts sur lob.

* La défense :
Caractéristiques Générales :
Pour cette partie de l’équipe, c’est la philosophie Artur Jorge qui prime. 5 joueurs. La consigne est simple : si un ballon passe à portée de pied, il faut l’éloigner le plus possible. Je ne veux pas de complications : Si par hasard un ballon passe, il faut abbattre le joueur qui court après. Donc : dégagements, le plus loin possible, jusqu’à engorgement dans le port de Monaco. Je serai intraitable sur cet aspect. J’ai d’ailleurs demandé à ce que la Turbie soit entourée et couverte de filets pour éviter qu’on ne gaspille trop de ballons.

Niveau tactique : Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? je les veux tous alignés, comme à l’armée. J’aime l’ordre, la discipline, et la non-prise de tête. C’est pour ça que je les aligne. Si je commence à mettre des décalages, les joueurs commencent à réfléchir, donc c’est pas instinctif. Donc, le joueur, il réfléchit, et s’il réfléchit, il peut commencer à dribbler, faire des passes, et ça, c’est pas bon, c’est pas du tout en accord avec la pratique du football. Enfin, la mienne, quoi.

Positionnement : Vu que j’aime jouer le hors-jeu (c’est l’un des avantages à jouer la ligne), je ne peux pas les positionner sur la ligne de but, comme si c’était un mur. Donc, du coup, je vais les mettre aux 6 mètres. Ce sera efficace pour contrer la plupart des attaquants du championnat qui ont besoin d’être seuls aux trois mètres pour avoir une chance de cadrer.

* Le milieu :
Caractéristiques Générales :
4 joueurs. Le milieu, pour moi, c’est un casse-tête. Déjà parce que c’est pas un nom juste. Ce n’est pas un axe de symétrie, et géographiquement, ce n’est pas positionné au milieu du terrain, sinon ça se saurait. Comme le disait Artur Jorge, « les milieux, ça sert à récupérer les ballons avant que les défenseurs n’aient à le faire ». Je me reconnais pleinement dans cette définition. Donc, là encore la consigne est simple : si un ballon passe à proximité d’un milieu de terrain, c’est dégagement direct. Et je me fous de savoir si c’est un partenaire qui l’avait dans les pieds.

Niveau tactique : Mon milieu à moi fait dans le simplisme. Un alignement de 4 joueurs, des gars qui courent beaucoup et qui font peur à l’adversaire. Mon rêve, ce serait d’avoir des joueurs comme Vinnie Jones, Roy Keane, … des gars qui font tellement peur avec leur gueule à jouer dans Prison Break que les adversaires n’osent même pas s’approcher à moins de 10 mètres. Je dois me renseigner pour recruter Gravesen et Cyril Rool. Ca pourrait faire l’affaire.

Positionnement : Au départ, j’avais pensé les utiliser comme bouclier humain pour protéger les défenseurs. Mais Patrick m’a dit que non. Parce que si j’utilise 4 milieux de terrains, y’a un défenseur qui sera pas protégé, et il pourrait se sentir lésé par rapport à ses camarades. Et pis, Piquionne il veut pas servir de bouclier parce qu’il dit que c’est de l’esclavage et qu’il est attaquant. Donc, du coup, on va jouer en mode Vauban.
.·.·.·.·. La ligne du haut, c’est les milieux, et celle du bas, les défenseurs. Avec 5 mètres d’écarts entre les deux. Donc, les milieux, je veux les voir au point de penalty.

* LE attaquant :
J’ai pas le choix. J’ai dit au Pasteur que je jouerai l’attaque. Alors, je dois mettre un attaquant. Je sais pas trop à quoi ça sert, mais je pense que je vais lui donner un rôle de chien de chasse : Avec tous les ballons qu’on va dégager, on va lui demander d’aller les chercher, mais pas de les ramener, sinon on le fait piquer tout de suite et il sera suspendu pour dopage.

Avec Patrick, on a eu un grand moment de solitude pour le positionnement. On a regardé le tableau noir, sur lequel on avait dessiné le terrain. On s’est dit : « Putain, c’est vaste ce truc là… » Et Patrick qui me demande : « On le met où le dernier pour être cohérent ? ».

C’est là que j’ai eu l’idée de génie. « Vu que jouer ofnnfesnif, c’est mettre des buts, on va mettre l’attaquant à la même place que nos défenseurs, mais dans le camp adverse ». On a fait un test sur PES. On n’a pas été déçus. On a fait 0-0 contre Istres. A chaque dégagement de nos joueurs, notre attaquant était hors-jeu : résultat, ils n’ont pas eu une occase, et y’a eu que 5 minutes de temps de jeu, sur 90.

Avec une tactique comme ça, si on ne se maintient pas, je demande qu’on me vire avec indemnités.