[Monaco – Le Mans] Le combat des chefs !

Et oui, la Ligue 1 carotte à 600 millions d’euros n’en finit plus de surprendre. Et avec ce choc de la cinquième journée entre Monaco quatrième, et Le Mans leader, c’est un sommet d’émotion que nous atteignons là, de l’émotion tout badigeonné de rillettes … Et grâce aux mousquetaires, c’est en direct des vestiaires que vous la vivez, cette émotion

Acte 1 : Avant le match.

KELLER : Je suis venu vous annoncer une triste nouvelle … Les établissements du Karément et de la Rascasse viennent de fermer leurs portes …
PINO : Carramba, et la soirée Salsa du jeudi soir, on fait comment ?
LEKO : Ils dépriment quand même pas suite au départ de Kallon j’espère ?
KELLER : En effet …
MENEZ : Pourtant, j’ai entendu le patron l’autre soir dire à Jaro : Mais Kallon nous faire ? Hihihi !
PEREZ : Grüüüüt ?
KELLER : En effet, Jaroslav Plasil vient de signer à Osasouna
RICARDO : Ya plus Plasil ? Et Meriem qui est bléssé !
KOLLER : Crackplouf Jaro snif !
PIQUIONNE : Merde, on fait comment pour lui, on a plus son traducteur de poche ?
RICARDO : Bon, la compo de ce soir, à gauche …
BERTHOD : Je sais, je suis sur le banc …
RICARDO : Muratori, dans l’axe, Modesto et Boli, à droite, Cuffré … Il est où d’ailleurs Léandro ?
CUFFRE : Mais je suis là…
RICARDO : Non, ça va Jérémy, on sait que c’est toi la fausse blonde …
MENEZ : Mais je suis plus blonde …
CUFFRE : Mais c’est moi qui suis blonde !
RICARDO : VOS GUEUUUUUUUUUUUUULES !!!!!
PEREZ : Grüüüt
LEKO : Il a dit qu’il a mal aux oreilles maintenant …
KOLLER : Makaplouf snif snif …
LEKO : Il a dit … euh …
MODESTO : Et ben on est pas dans la merde … pas dans la merde !
RICARDO : Au milieu Lucas et Diego, Leko tu jouera à droite, et Menez à gauche … Et devant, Koller et Piquionne !
PIQUIONNE : Ah non, il va encore me marcher dessus avec ses grands pieds !
RICARDO : Et on défend, et on fait des passes OK ?
MENEZ : Des quoi ?

2nd acte : A la mi-temps.

RICARDO : Vous avez vu comment il faut jouer les gars ? Le Mans, ils sont pas leader pour rien ce soir. Ils défendent à 11 dans leur surface, laisse l’adversaire s’empêtrer dans un jeu minable, et placent des contres. Sur l’un d’eux, ya but, et ensuite, il suffit de pourrir l’ambiance. Simulation, coups bas, tacles en retard, baston générale et même coup de tatane sur Menez quand il est à terre … Au moins, c’est efficace !
PEREZ : Grüüüût !
LEKO : Il dit qu’il en a marre de voir passer tant de ballon au dessus de sa tête.
RICARDO : Il en à marre ? Ok, Serge, tu rentres, en plus Diego il a un carton jaune …
MODESTO : Cela dit, sans critiquer, on a particulièrement été mauvais dans la construction, on se serait cru à la grande époque de Deschamps avec ces grands ballons pour Saviola ou Adebayor.
BERNARDI : On a quand même eut plus d’occazs qu’eux non ?
MURATORI : Ouai, une non frappe de grand corps, et une passe en retrait de Fred, bif bof les occazs quand même …
RICARDO : Piquionne ! C’était quoi d’ailleurs cette passe en retrait pour le gardien là, tu étais tout seul, c’est ça les occazs dont je vous ai parler à l’entraînement, faut pas les rater !
GAPKE : Aaaah, le fameux malentendu …
PIQUIONNE : Ben je sais pas, on a dit en début de match de défendre et de faire des passes … Là j’ai fais une passe, et puis le Pelé, il était super bien démarqué en plus …
RICARDO : (tout rouge)
PETIT : Bon les gars, on va jouer en 4 4 2 avec la rentrée de Serge, Leko tu passes dans l’axe à la place de Diego, et tu essaye de prendre un carton en récupérant des ballons.
PEREZ : Grûûûûûûût !
LEKO : Il dit que lui il a eut son carton avant, nananère !

(les joueurs sortent des vestiaires)

MENEZ : Coach coach, tu as vu, j’ai fait des passes là, et puis j’ai défendu hein, j’ai même pris un jaune … Dit coach, je peux dribbler maintenant ?
RICARDO : Bon ok, mais pas trop hein, laisse un peu la balle à tes petits camarades …
KOLLER : Craaaackmagaplouf ?
RICARDO : Ouai, laisse aussi un peu le ballon à Jan …

Acte 3 : Après le match.

PIQUIONNE : Qui c’est les plus fort, qui c’est les meilleurs …
MENEZ : C’est Menez !!!!!!
RICARDO : Je comprend pas…
PINO : Qué passa coach ?
RICARDO : A Bordeaux, je défendais, je gagnais … Ici, on défend pas, mais on gagne quand même … et avec du spectacle en plus !!! Où est la logique ?
VARGAS : Tu sais, question de logique, je me donne à fond à l’entraînement, je joue pas, certain cadrent pas un tir à l’entraînement et rentrent pour jouer les 10 dernières minutes, alors la logique hein …
KOLLER : Craaaaaaaaaaaaaaaaaackplouf clic …
MODESTO : Non mais sans dec, on peut pas racheter Plasil là, on comprend rien à ce qu’il dit le bon gros géant là !
BRIANTI : NOOOOOON !!!! On vient de se faire de la tune sur un joueur, ouai, de la tune, ouai, c’est ça qui est boooon !!!
RICARDO : Je comprend pas … Non, je comprend pas … En plus Menez défendais, puisque deux des trois buts partent de notre propre camps …
MENEZ : On appelle cela dribble et accélération coach !
GAPKE : Et une talonnade géniale pour lober l’adversaire sur le second but !
MENEZ : Fallait bien que je fasse un truc, il m’a niqué mon finish him le japanouille avec son but !
BRIANTI : Ouiiiiii, du pognon, oui, du pognon … Allez, fait nous encore un match comme cela mon petit Menez, et on te vend chez des richards anglais pour des millions, mouahahahahaha ayeu !

(Ricardo s’éclipse après avoir récupéré sa godasse de la tête à Brianti …)