[Monaco-Toulouse] CR Soirée de l’Étrange

À match exceptionnel, mesures exceptionnelles. Voici donc un résumé du match face à Toulouse, retraçant les moments les plus importants et comment un stade tout entier est passé, en quelques minutes, au-delà des frontières du réel.

Début du match : Ricardo aligne une défense Modesto – N’Koulou – Simic – Lolo, juste devant Ruffier, équipé d’une tenue anti nucléaire, au cas où un Niçois se trouve dans la tribune derrière lui. Leko et Gosso à la récupération alors que Mollo et Alonso animeront les côtés, respectivement à gauche et à droite. En pointe, Nimani et Park.

2ème minute : Alonso enrhume M’Bengué et apporte le danger sur le côté droit. Son retour de blessure va faire du bien à Monaco

4ème minute : Alonso efface encore M’Bengué. Il va passer une soirée difficile le latéral gauche toulousain.

6ème minute : Un gros scrountch s’élève dans les travées du Louis II. Alonso, de retour de blessure, s’écroule pendant que ses coéquipiers s’affairent à ramasser les petits morceaux de genou éparpillés ça et là.

8ème minute : M. Kalt pense que mettre un carton à M‘Bengué, ça ne serait peut-être pas mal vu que toute la tribune le demande.

9ème minute : M. Kalt pense que ça serait peut-être bien de ramasser Alonso avec la civière, c’est qu’il a du mal à se remettre le garçon.

12ème minute : Alonso est enfin évacué par le tunnel du stade et aurait pu en tout crever 3 fois d’affilée.

17ème minute : Suite à la blessure d’Alonso, des questions se posent dans les tribunes inquiètes du Louis II : « Et si Mollo se blesse, on fait jouer qui ? Adu ? »

21ème minute : Nimani se réveille et commence son footing.

26ème minute : Ouverture du score toulousaine. Gignac propulse le ballon au fond des filets suite à une déviation de Congré sur un corner. Il est couvert du hors-jeu par Nimani au 1er poteau. Monaco est mené 1-0 et ça sent vraiment mauvais vu le jeu proposé jusqu’ici par les rouges et blanc.

30ème minute : Ricardo donne une consigne à Nimani, de ne pas défendre sur un corner. En effet, 10 joueurs, c’est déjà trop dans les 6 mètres

38ème minute : Une mouette survole la pelouse et vient poser une merde sur le banc toulousain, qui accusera les Monégasques de frappes aériennes durant le match. Dans les tribunes, certains cherchent à voir cette intrusion comme un signe.

40ème minute : Sur un coup franc, Mollo met le cuir dans la surface. Nimani, placé au second poteau, semble glisser sur une fiente d’oiseau et reprend du pied gauche. Étonnamment, le ballon finit dans le petit filet opposé. 1-1 balle au centre.

MI-TEMPS : Après avoir encaissé le 1er but, on se demande un peu comment l’ASM est revenu et surtout comment Nimani a réussi à marquer. Peut-être de bon augure pour la seconde période. À part ça, on s’emmerde et 2 buts à la pause ne reflètent pas trop la 1ère mi-temps.

PUB : Vous êtes en pleine forme ? Votre santé est infaillible ? Les gens se demandent comment vous faites pour ne jamais vous blesser ? Aucun problème, choisissez le programme physique Athlètes Performance. Avec Athlètes Performance, blessez-vous après seulement quelques minutes d’effort physique. De l’entorse du genou à la fracture de la clavicule, en passant par la contusion musculaire, Athlètes Performance vous propose une panoplie de blessures connes et inutiles qui impressionneront vos proches. Alors n’hésitez plus, Athlètes Performance, c’est l’assurance tout risque contre la bonne santé physique.
Renseignements à La Turbie ou par mail : J2B@ahtleteperf.com

46ème minute : Nimani face aux cages… se rate. Un second but aurait vraiment été de trop.

49ème minute : De peur de recevoir une fiente de mouette sur la tête, Gignac essaye d’abattre le malheureux volatile sur un coup-franc.

58ème minute : Pantoufle, le chien d’aveugle de l’arbitre de touche, vient d’uriner sur la jambe de Ricardo.

68ème minute : Sur un nouveau coup franc, Cetto marque un but alors que Ruffier nous fait une sortie Superman. 1-2, Monaco est encore mené et sur ce qu‘on a vu jusqu‘ici, on imagine difficilement une réaction…

75ème minute : Le temps s’arrête sur le stade Louis II. Il est 20h33, les tribunes se taisent. Une mouette survole à nouveau la pelouse. Une lumière divine illumine alors la surface de réparation toulousaine. François-Joseph s’élève dans les airs et propulse le ballon dans les buts d’un retourné magnifique. 2-2. Le stade n‘y croit pas, 6257 spectateurs viennent de pénétrer dans la 4ème dimension.

78ème minute : Sur un corner défensif, Modesto change l’eau de la gourde de Ruffier en vin. Ce dernier arrivera ensuite en conférence de presse complètement bourrée.

80ème minute : En cette période d’incertitude à la tête de l’ASM, quelques « MODESTO PRESIDENT » s’élèvent alors des tribunes.

83ème minute : Pendant quelques secondes, une caméra surprend Modesto en lévitation au-dessus du terrain.

88ème minute : Modesto remonte le terrain en 1.67 seconde. M. Kalt réprimande le capitaine monégasque, lui rappelant que la téléportation est interdite en football.

92ème minute : Et comme le dit le proverbe, jamais deux miracles sans trois. Sur un coup franc de Mollo repoussé par Carasso, Lolo pousse le ballon dans les filets à bout portant. 3-2, Monaco arrache la victoire dans les dernières secondes, ce qui n’était plus arrivé depuis… bah on s’en rappelle plus trop.

93ème minute : Mollo vient fêter son but avec les tribunes premières en dansant le mya, hésitant même à nous faire quelques pas de break dance… avant de se raviser.

Trois miracles en guise de buts, une victoire arrachée avec les tripes, on avait plus vu ça à l’ASM depuis un bon moment. Contre Toulouse, une équipe est peut-être née, avec une envie, un cœur, de la qualité… et un capitaine divinisé par Sainte-Devote. Même si dans le jeu, on n’a pas vu grand-chose (tout est venu des coups de pied arrêtés), on ne pouvait pas mieux rêver pour préparer le match de mercredi contre Grenoble.
Et avec tous ces miracles en une soirée, voilà qui devrait attirer l’attention de David Copperfield pour prendre la présidence de l’ASM.