En passant par l’Irlande (Épisode 1)

Cher lecteur. Tu n’es pas sans savoir qu’il nous est extrêmement difficile de parler de football s’il n’y a pas un peu de rouge ou de blanc dans les parages… Cependant, nous ferons une petite entorse, car à l’occasion du match France-Irlande, nous avons déterré une archive comme on en fait plus de nos jours, à propos de la belle île Irlandaise. Aujourd’hui, voici comment se déroule un vrai match de foot du championnat Irlandais…

« Bienvenu, welcome à O’Thary, capitale de la tarte à la Bière, pour la finale entre l’équipe des StPat’s Brothers et celle des LockDu de O’Veuny. Ici Waël O’Nihon au micro et pour m’accompagner durant ce match, mister Gaël O’Skilféshiet
— La lutte s’annonce âpre et farouche entre ces deux ennemis héréditaires de la belle île irlandaise !
— Presque
— Pourquoi presque ?
— Parce qu’il faudrait aller à la pêche dans les généalogiques arbres pour vérifier à quel degrés d’hérédité se trouvent les…
— Merci very much mon cher O’Nihon. Je voulais quand même vous exprimer ma royale gratitude quand à la possibilité de commenter…
— Voilà, coup d’envoi donné par les LockDu de O’Veuny, Mac Cake donne à O’Keucébo et c’est parti !
— Les Brothers utilisent leur ancestral 4-3-3 s’articulant autour de la colonne vertébrale des frères Turkish, tandis que les LockDu sont dans un timide 5-4-1, avec le feu follet Mac Cake devant. Avec ce genre d’équipe de bûcherons, le « kick and rush » à la British prend tout son sens.
— Interception de Turkish qui part en contre…
— Lequel ? Les trois frères Turkish ont eu la bonne idée de se tondre le crâne, si bien que c’est très difficile de les distinguer, surtout à travers de ce brouillard bien irlandais.
— O’CeuteBhitte pour O’Paffe… O’Paffe… O’Paaaffe… O’PAAAAFFE ! … OH QUE C’EST BEAU !!!!
— Non, là c’est O’Paffe qui vient de perdre le ballon, comme vous venez de le dire. O’Keucébo joue pour les LockDu, pas pour les Brothers…
— Malheureusement le tir d’O’Paffe s’envole dans les nuages des étoiles. Malgré cette occasion, ce sont les LockDu qui pour l’instant musellent bien l’organisation des Brothers.
— De façon fort peu académique, il est vrai…
— Comment ça pas académique ? Nous sommes en Irlande tout de même, patrie aimante du football moderne.
— Ce n’est quand même pas une raison pour revenir à l’époque de la Basse Soule, quand au moyen âge les paysans se tartellaient ta tête à grands coups de paluches afin de placer la vessie de porc…
— Attention, jet de coin en faveur de O’Veuny
— Ça se bouscule dans la surface
— Le corner est tiré… Mac Cake s’écroule dans la surface
— P.E.N.A.L.T.Y !!!!!!
— Aïe Aïe Aïe, dur pour les Brothers, surtout que la faute sur l’écossais est indiscutablement inexistante, ou presque.
— Je ne suis pas d’accord, le grand O’CeuteBhitte lui ayant au préalablement baissé le short pour pas qu’il saute, Mac Cake s’est fait bousculer alors qu’il tentait de le remonter… c’est un penalty indiscoutabol !!!
— En attendant, c’est Mahle O’True qui va tirer le penalty… il prend son élan… et il le transforme !!!! Ça fait 1-0 pour les LockDu !!!!!
— OUAAAAAAIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!!!!!
— Un peu de tenue s’il vous plait mon cher O’Skilféshiet
— En attendant, ça fait 1-0 pour O’Veuny et ça m’étonnerait que les joueurs de Pat O’Gass puissent revenir, connaissant la qualité de la défense des LockDu.
— Je ne parierais pas ma couille droite là-dessus, car nous n’avons pas encore assisté au festival des frères Turkish.
— Le festival, quel festival ? Depuis leur retour du stage dans les Alpes Suisse, ils sont à côté de leurs pompes, comme si leur jeu s’était noyé dans du vin chaud et du fromage fondu à tartiflette.
— Plus que trois minutes dans le temps additionnel, cette première mi-temps a filé à toute vitesse.
— On peut donc dire que les LockDu ont eu la main mise sur cette mi-temps et que leur avantage au score n’est donc que des plus logiques…
— Attention, car John Turkish a le ballon, il part en pénétration… Son frère Jimmy à l’opposé par lui aussi en pénétration…
— C’est ce qu’on appelle une double pénétration.
— Grand coup de reins de John qui enquille un défenseur.
— Quand il joue comme ça, le football devient quasiment orgasmique.
— Quelle ouverture lumineuse pour son frère… Qui tire !!!
— Ah la barre !!!!
— Quel manque de chance, O’Tomatic peut dégager son camp en catastrophe, façon sauver les meubles, les femmes et les enfants à bord d’abord !
— Monsieur Piafman met son truc en métal brillant dans sa bouche…
— Et siffle donc la mi-temps sur ce score étriqué de 1-0…
— Comment ça étriqué ? Serez-vous un supporter de St Pat par le plus grand des zazard ? Le score est juste, et il aurait pu être beaucoup plus lourd…
— J’ai du mal à voir comment, les LockDu, un tir, un but, difficile d’en marquer plus dans ces conditions.
— Moi je dis en tant que commentateur sobre, efficace et objectif que le score aurait dû être plus sévère, car les joueurs de StPat sont passés totalement à côté de leur sujet. Et puis ils ne méritent pas tout simplement.
— Le score n’en reste pas moins étriqué…
— Non, il ne l’est pas et c’est normal que se soit l’immense équipe des LockDu de cette magnifique ville de O’Veuny qui mène à la marque.
— Je ne prendrai pas le temps d’expliquer au téléspectateur qu’O’Veuny est un morne village de 55 habitants, dont la passion principale est la bière et la lutte gréco-romaine de comptoir, vivant sur une colline où quand il ne pleut pas, il fait du brouillard, car monsieur Piafman siffle le coup d’envoi de cette seconde période qui s’annonce palpitante… Messieurs, mesdames, si vous avez des soucis cardiaques, nous vous conseillons d’aller mater Derrick sur la chaîne concurrente, car nul doute que ça va secouer lors des 45 prochaines minutes !
— Turkish pour Turkish, qui met en retrait à Turkish…
— Apparemment la plaque tournante des Brothers a décidé de prendre les choses en main.
— Mouai, j’attends de voir cela, car ça reste bien timide…
— Attention ! John Turkish à l’interception, qui essaye de lancer en profondeur son frère Jimmy…
— À lalala… c’est beaucoup trop profond, même pas Jésus Christ il aurait pu la prendre cette balle.
— Et pourtant Dieu sait que cet attaquant du Royal Club de Nazareth est bon, est excellentissime même.
— Malheureusement, c’est le genre de joueur pas encore connu qui ne viendra pas prêcher la bonne parole footballistique en terres européennes.
— Tout à fait, il a signé se qu’on appelle un vrai contrat en bois avec son club de Nazareth.
— Il est cloué à son équipe comme dirait l’autre… En espérant que son équipe marche bien, sinon ça risque de tourner en vrai chemin de croix c’t’affaire là.
— Corner pour les Brothers de St Patrick. Nous sommes rentrés dans la dernière demi-heure du match et ils sont toujours menés 1-0. C’est bien évidemment John Turkish qui va le tirer

— Oula, c’est tiré bien bien haut, que même pas le gardien avec ses longs bras musclés n’arrive à la prendre…
— À LA LALALALALALLALALALALA !!!!!!! Buuuuuut de Jimmy Turkish !!!! Qui s’est élevé à une hauteur impressionnante pour aller chercher ce ballon de la tête au second poteau et l’a propulsé de haut en bas dans les cages … Imparable !!!
— Mais c’est purement illégal ! Non, je proteste, incroyable !!! Regardez le ralenti, c’est Pablo Turkish qui s’est accroupi au moment où le corner a été frappé, et Jimmy « Juan » Turkish a pris appui sur ce marchepied vivant que constituait le dos de son frère pour se propulser bien au-dessus de la mêlée et marquer ce but égalisateur pas valable !
— En attendant, ça fait 1 partout, balle au centre…
— C’est scandaleux, c’est du vol, ce n’est pas croyable… À la limite, je suis prêt à cautionner les plongeons à Ravanelli plutôt que ce genre de tricherie…
— Le coup d’envoi est joué, et les joueurs O’Veuny ont pris un sacré coup derrière la tête avec ce but égalisateur.
— D’ailleurs, ils reculent, la pression de la bande des frères Turkish est très forte, mais étant Irlandais, tout le monde sait que la pression, cela se met dans les verres ! En attendant, ballon pour un des frères Turkish
— Oula… mais c’est un attentat !!! Jimmy Turkish avait le ballon sur l’aile droite, à vingt-cinq mètres des buts de Francis « Bad » O’Hle, et un milieu récupérateur des LockDu s’est littéralement jeté les deux paires de crampons en avant, au niveau des rotules… OH MY GOD, THEY KILLED JIMMY !!!
— Ya du sang partout !!!
— Il n’y est pas allé de main morte, enfin, de pied mort le brave Cédric Dimék’O, avec les deux jambes décollées du sol au niveau des genoux, arrivé à fond à l’heure !!! ça doit faire très mal…
— Ya du sang partout !!!
— Que va dire l’arbitre ??
— Ya du sang partout !!!
— Carton jaune… un rouge aurait été plus mérité non ?
— Vi, comme le sang qu’il y a partout !!!
— En attendant, c’est un bon coup franc pour les joueurs de St Pat, qu’en pensez-vous mon cher O’Skilféshiet ? Gaël ?
—…
— Ah, apparemment à la vue de tout ce sang, il a tourné de l’œil le brave garçon, laissons-le se remettre de ses émotions, en attendant que la croix rouge dégage le cadavre de Jimmy Turkish par le truchement d’une civière. Il reste une petite dizaine de minutes et les Brothers ont la maîtrise du ballon depuis un long moment, sans pour autant concrétiser leur domination. Mais gageons que John Turkish, pour l’instant assez discret, prend le match en main dans le money time…
— Agga gaga aga
— Ah ! Vous revenez à vous mon cher ?
— Gné ?
— Vous êtes avec moi ?
— C’est affreux, c’est terrible… il est mort ??
— Sûrement, mais ne vous inquiétez pas, il sera là pour le prochain match, il fait souvent ça !
— Ça me rassure
— Alors, votre sentiment sur cette fin de match ?
— Ben euh, aucune idée, il y a un but partout c’est ça ?
— Remettez-vous, remettez-vous, on a besoin de vos commentaires pas clairs pour cette fin de match.
— Il ne reste plus qu’une poignée de minutes et John Turkish récupère donc le ballon au niveau de ses seize mètres
— Il avance tranquillement, pour l’instant personne ne l’attaque…
— Oula non, ce n’est pas une attaque ça, c’est une agression de la part de Mac Cake, mais John reste debout malgré ce tacle assassin.
— Il est dans le rond central…
— O’Keucébo y va aussi de son grand coup d’épaule dans la tête à John, qui ne moufte pas et le passe comme si de rien n’était.
— Allez cours John, cours !!!!
— Un crochet, une feinte de corps, un râteau… toute la panoplie y passe, et personne ne l’arrête…
— Si, m’est d’avis que Cédric Dimék’O va y arriver à la vitesse où il fonce dessus…
— Le tacle réglementaire au niveau des oreilles… Ouf, que le choc est terriblement violent !!!!
— Turkish tombe… Mais il se relève illico… He is Unbreakable !!! C’est umbalivabeule !!!!
— Comment qu’il fait ??? Ce tacle serait venu à bout d’un cheval !
— Et c’est le face à face avec « Bad » O’Hle le gardien…
— Il le fixe…
— Grand pont !!! Big Bridge, c’est magnifique !!! Quel talent !!!
— Turkish rentre en marchant dans la cage des LockDu… C’est le BUUUUUUUUUUUUUTTTT !!!!!!
— Ce but là fait très mal aux LockDu …. Snif, mais que faire devant tant de classe et de talent ?
— Il fait d’autant plus mal que Mr Piafman siffle la fin du match sur cette action d’AN-THO-LO-GIE !
— C’est vrai qu’avec un joueur comme ce John Turkish, l’équipe de St Patrick peut faire très mal, en Irlande comme en Europe…
— C’est bien pour cela qu’il se murmure donc le poulain de St Patrick serait en tractation avec un club huppé du sud de la France, où la spécialité locale sont les Barbajuans, et où la couleur du maillot est à dominante rouge… Mais on n’en sait pas plus. En attendant, on doit rendre l’antenne.
— A bientôt chers auditeurs, et vive le sport sur Irish Television ! »