Les mousquetaires ont 10 ans : Daghe vous !

Le net, c’est l’instantanéité à l’état brut. L’information est immédiate, notamment via les réseaux sociaux, le débat est dans l’instant, nombreux sont les blogs à vivoter quelques mois, puis à disparaitre. Car l’internaute est un être impitoyable : il veut tout, et tout de suite (et généralement sans payer). Alors, voir un site passer le cap fatidique des 10 années d’existence, c’est déjà un petit exploit en soi. Et grande est notre fierté, car aujourd’hui, les mousquetaires célèbrent leurs 10 ans ! En garde !!!!

Il y a 10 ans, le 11 avril 2002 dans une chambre d’étudiant d’Aix en Provence, un jeune monégasque, au terme d’une nuit blanche comme seuls les geeks en connaissent (ordinateur, ordinateur, foot manager, ordinateur, et quelques cannettes de perrier), lançait sur la toile monégasque un site extra terrestre, moche, et ne proposant aucune information… Le site des mousquetaires était né. 10 ans plus tard, telle n’est pas notre fierté que de célébrer cet anniversaire avec toutes la communauté monégasque, même la fange de ceux qui ne nous aiment pas.
Il est vrai que les mousquetaires ont eu 2 périodes de vaches maigres et de jachère, en 2005, puis en 2010-2011 (et en cela, ils ont quelque part un peu triché). Mais le plus important, c’est de constater que la communauté qui s’est créée au fil des ans autour du site des mousquetaires perdure, et se consolide tous les jours un peu plus. Certes, nous en avons perdu en route, par notre faute, et à cause de la fermeture d’un an du site, mais aussi faute au cheptel, l’afflut de président incompétant, les résultats qui s’émoussent, la relégation qui nous frappe et la triste saison en ligue 2 ayant mis à mal la motivation de bon nombre de supporters. Les plus importants à nos yeux sont ceux qui sont encore là, ceux qui s’affichent (et ils sont de plus en plus nombreux au fil des matchs) sur twitter et sur Facebook lors de nos tweetlive, ceux qui daignent encore passer les portes de notre taverne malgré le calme ambiant. À ceux-là, nous leur disons un grand, un immense, un incommensurable MERCI.

Mais nous n’oublions pas les autres, ces 2 500 personnes qui ont signé la pétition anti-Ricardo, toutes ces personnes qui se sont battues pour avoir l’écharpe des mousquetaires lors de la fermeture en 2010, ceux qui ont vendu la moitié de leur mobilier pour se procurerle recueil de nos 8 premières années d’existence, ceux qui étaient là sur les anciennes versions du site, ceux qui ont laissé leurs traces de doigts sur les godets de l’ancienne taverne. À ceux-là, nous ne pouvons que tendre à nouveau la main et leur dire : les mousquetaires ne meurent jamais. Car être mousquetaire, c’est une idée. Et les idées sont à l’épreuve des balles, les concepts ne craignent ni la pluie, ni le vent.

Enfin, nous avons une tendre pensée envers nos partenaires de la toile, nos compagnons de route, ceux qui nous ont accompagnés le long du chemin. Les cahiers du foot, évidemment, premier média national à reconnaitre les mousquetaires à leur juste valeur,ASMfoot aussi, les forums qui nous ont tous accordés une lucarne plus ou moins grande (on doit être les seuls dans ce cas sur toute la toile monégasque), et les sites « adverses », tels que les regrétés Racing Stubs (enfin, ils vivent encore, mais c’est leur club qui est au fond du trou, mais leur dévotion à faire survivre leur site dans ces conditions est presque divine), les génialissimes « Chez les girondins« , et les moustachus du Moustache FC. Sans oublier évidemment les petits derniers de MuneguTube, dont la fidélité depuis la réouverture nous a fait le plus grand bien.

 

 

Le site des mousquetaires, ce n’est pas uniquement « l’axe du mal » comme certains responsables au sein de l’AS Monaco ont bien voulu nous présenter. Il s’agit avant toute chose de la réunion d’une bande de copains autour d’un fait incontestable : le football est un jeu, alors amusons-nous.

 

Site malmenant l’actualité de l’ASM, nous n’en oublions pas non plus d’être sérieux quand il le faut, et aussi de mettre les pieds dans le plat pour dénoncer ce qui doit l’être, même si pour cela, nous devons subir les pointages du doigt et les railleries de ces personnes que la vérité dérange, surtout quand elle leur met le feu aux fesses.

Mais être mousquetaire, c’est avant tout faire en sorte que le football et l’ASM soient un plaisir, un vrai. Nombreux furent les commentaires de visiteurs, qui suite à une nouvelle humiliante défaite de notre cheptel monégasque, venaient se réfugier autour du petit point chaud que représentait le site et son forum « La taverne », trouvant dans nos analyses tordues et dans nos délires la petite chose qui leur permettait de sourire à nouveau alors que la défaite avait plutôt tendance à les faire pleurer.

Amoureux de ce club rouge et blanc, nous sommes aussi des amoureux de la plume, et durant les longues soirées vides des périodes de trêves footballistiques, nous laissions dériver nos plumes vers un autre genre de délire, vers des textes plus conséquents, faisant appel à notre imagination parfois un peu trop débordante, vers des projets d’écritures qui nous permettaient de mettre à jour ce site même quand l’actualité était à son point le plus mort.

De ce foisonnement d’idée, sont nés les Dubinettes, élément désormais indissociable du site, le magasine Cunta Balle, à jamais le premier magasine 100% numérique sur l’AS Monaco, des fresques historiques, des nouvelles trépidantes. Mais surtout, nombreuses sont les petites « créations » des mousquetaires qui sont désormais établies dans les mœurs, ces petites phrases, ces bons mots, ces expressions qui désormais font partie du lexique du supporter monégasque. Quand nous entendons parler du « cheptel » sur un forum, quand un petit jeune en tribune parle de « jouer en tongues », quand au travers d’un billet sur un blog, un supporter en appelle à Ste Dévote, nous ne pouvons que sourire et être fier.

 

Aujourd’hui, nous fêtons donc nos 10 ans. 10 années de « rier », 10 années à combattre la médiocrité, et à dénoncer les éléments malsains, qu’ils viennent de l’extérieur, comme de l’intérieur. 10 années de créations loufoques. Mais surtout 10 ans à partager nos délires avec la plus merveilleuse des communautés. Si nous fêtons aujourd’hui nos 10 ans, c’est grace à vous. Et rien que pour cela, on en reprendrait bien pour 10 ans de plus !