Munegu Fiction #Episode 3

russia

From Russia, with love

Malgré sa défaite contre le Havre, le cheptel munegu va continuer son petit bonhomme de chemin, gagnant tout ce qui ose se présenter au Louis II, et faisait le meilleur résultat possible en déplacement, perdant rarement, accrochant souvent le point du match nul. C’est avec 5 points d’avance que le club de la Principauté boucle son dernier match de l’année 2012, clôturant ainsi un an de règne de Rybolovlev à la tête de l’équipe.
Malheureusement, les fêtes de fin d’année ne seront pas de tous repos. Une certaine Elena Rybolovleva est arrivée en catimini en Principauté, avec une armée d’avocat, et quelques hommes de main, afin de poursuivre en justice son ex-mari, l’actuel propriétaire de l’ASM, pour dissimulation de biens. Cette charmante dame réclame ni plus ni moins que la moitié de la fortune de l’oligarque russe.
Devant le refus de ce dernier, prétextant que le procès est clos depuis des lustres, et que la sombre « salope » pouvait aller se faire voir « chez les Tchétchènes » (textuellement, selon le témoignage d’un proche du milliardaire), une vraie guérilla va s’engager entre eux deux.
Ocampos, la perle argentine, est le premier à subir les foudres de la mégère, qui le kidnappe purement et simplement, réclamant pas moins d’un milliard pour le rendre. Karlsen viendra souffler à son président « Est-ce qu’on peut lui déduire les 17 millions qu’on a déjà payés pour l’avoir » ? Son corps sera envoyé en petits morceaux à l’ex-épouse, afin de lui montrer que le président de l’ASM n’est pas homme à céder face au chantage.

Pendant ce temps là, les joueurs, craignant que ce milliard fasse chuter de façon drastique le montant exorbitant de leurs primes de match, déjouent complètement, et en un mois à peine, Dijon, Arles Avignon et Lens sont passé devant.
Les avocats ayant pris le relais de Rybolovleva pour négocier, le magnat russe sent le vent tourner, et s’empresse de vider ses actifs le plus vite possible, quitte à faire n’importe quoi. Ainsi, le dernier jour du mercato sont achetés Cristiano Ronaldo (Portugal, 245 millions), Ronaldo (chef cuistot brésilien, 20 millions) Ron Haldo (cireur de pompe indien, 3 roupies). Cela ne suffit pourtant pas, les avocats sont pernicieux, et l’ex-femme, en dernier recours, fait appel au KGB. Certains joueurs disparaissent, les plus proches collaborateurs de Rybolovlev sont sauvagement assassinés. Michel Aubéry est même retrouvé dans son magasin, mort l’estomac disloqué par l’ingurgitation forcée de 29 maillots floqués « Puygrenier ».

Fin mars, l’ASM est neuvième au classement, faute entre autres à Ronaldo qui en fait n’a jamais voulu quitter Madrid et des joueurs qui refusent de passer le ballon à un type qui gagne en un match ce qu’ils gagnent en un an. Neuf points séparent le club de la montée, qui plus est se trouve éliminés des deux coupes. C’est un Rybolovlev complètement rincé qui se présente devant ses joueurs, afin de leur annoncer qu’il se comptait se retirer afin de sauver ce qui pouvait encore l’être. Mais c’est à ce moment-là que Fred Nimani prit la parole…
Quinze jours plus tard, le soleil était revenu sur le maitre russe de la Principauté. Et l’ASM va s’imposer 5-0 à Auxerre, première victoire d’une série de 7 d’affilés qui vont propulser le club in extremis en Ligue 1.
Entre temps, Rybolovlev, suite aux conseils de Fred Nimani, a fait une OPA sauvage sur l’enseigne MacDonald, et s’est emparé de 65% du géant mondial du hamburger. Après quelques tractations, il a lâché une partie de ses actions à sa femme, qui contente, est repartie dans une ile ensoleillée dépenser son argent. Fred Nimani, en remerciement de ses loyaux services, fut nommé directeur général de la division Europe de la franchise, et quitta donc le cheptel sous les vivats de supporters soulagés que cette crise soit enfin terminée. Malgré tous ces remous, le club était en L1, et son patron avait toujours sa bourse pleine pour lui permettre d’atteindre les sommets…

Et pendant ce temps là, au fond de la taverne, Semtex se lamente : tout ce foin pour se débarrasser de Nimani …

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.