10 bonnes raisons de ne pas se voir trop vite trop beau

titre

Depuis le début de saison, notre cheptel arpente le haut du tableau au plus grand plaisir de ses supporters. A grands coups de roubles durant le mercato estival et d’une restructuration imposante qui a duré quasiment une année, les dirigeants russes font preuve d’une ambition exceptionnelle sur le long terme. Certains se prennent déjà à rêver d’une future rivalité entre le PSG et l’AS Monaco, en Ligue 1. Beaucoup se voient déjà jouer les premiers rôles dans l’élite. Et même si la victoire à Lens laisse entrevoir un avenir radieux en Ligue 2, la saison ne fait que débuter.

– L’été est désormais terminé. La plage, les filles en maillot de bain et le ciel bleu sans nuage appréciés de Serge Gainsbourg, ce n’est plus forcément une constante. Jusque-là, tout va bien dans le meilleur des mondes quand on écoute les acteurs du club. Mais le « PSG de la Ligue 2 » doit braver l’automne qui réussit peu à son « aîné » de l’élite. Et quand il pleut en Principauté, ça ne fait pas semblant…

– Nous ne sommes qu’en ligue 2, et quand on regarde la première mi-temps face à Lens, il y a encore du boulot. Face à une équipe qui ne doute pas, notre jeu collectif n’est pas très reluisant. Quand l’équipe doute, l’équipe balance devant et occulte la présence de ses milieux de terrain.

– Notre plot national, Ibrahima Touré, fait preuve d’une réussite hallucinante. Mais lorsqu’il est transparent comme face à Dijon, cela devient déjà plus compliqué.

– Nabil Dirar, Eric Marester, Stéphane Dumont, Gary Coulibaly , Adriano, Andrea Raggi …

– Quand on voit Bastia, qui a survolé la Ligue 2 l’an passé, à grands coups de provocations des supporters, des dirigeants et des joueurs… Cela ne se passe pas tout à fait de la même façon pour eux, en ce début de saison.

– Le fair play financier arrive à grands pas et dépenser plus pour gagner plus ne sera possible que si le club ne s’endette pas. Même le PSG a dû trouver une parade, et va se faire sponsoriser… par une banque qatarie comme son propriétaire. Donc un petit coup de pouce de la société Smirnoff ne sera pas de refus.

_ Le Canal Football Club ne s’intéresse pas encore trop à nous. Et ça, c’est LE baromètre, quoi !

– Avec les anciens Monégasques qui pullulent dans les différents clubs de seconde zone de Ligue 1, comme de Ligue 2, tout le monde va vouloir nous battre. Les « gros » comme les plus « petits ». Et là, face à Distel Zola et ses potes du Havre, on ne l’a pas trop ramené.

– Même les gardiens de Ligue 1 se mettent à marquer des buts.

– Le réalisme est avec nous. La réussite d’Ibra nous rappelle la période où Licata pouvait marquer de la couille gauche après un ricochet sur le poteau de corner. Mais une saison reste longue et toutes les équipes traversent une mauvaise passe. Quand on voit notre remontée fantastique de notre deuxième partie de saison dernière, on sait que tout peut aller très vite et qu’il ne faut pas s’emballer trop vite. Le Havre était troisième en décembre dernier, et ils ont failli descendre. Donc, supporters, pour reprendre une expression plus utilisée depuis 1962 : n’allons pas trop vite en besogne !