Les aventures d’Andy Shrek : la révolte face au d’Angers.

Shrek

Salut les gars,

C’est Andy Shrek ! Retour au championnat après cette trêve internationale qui aura vu les Français nippons ni mauvais, et les espoirs aussi cons que leurs aînés. Une trêve plutôt bienvenue, puisque le cheptel ne gagnait plus.
Lorsqu’on ne gagne plus, quoi de mieux que de se rendre chez son nouveau dauphin au classement, pour se relancer. Se rendre chez le deuxième, après une série peu reluisante pour un favori, ça a de quoi faire flipper (et pas que le dauphin), j’avoue. Mais, pour nos joueurs, rien ne vaut un bon petit match de football, le vendredi soir, un couteau sous la gorge. Réagir face au d’Angers, c’est notre marque de fabrique, en ce début de saison.

Le match en lui-même a vérifié ce que l’on a pu voir depuis 10 journées. Une équipe rouge et blanche qui a du mal à se mettre dans le rythme et à rentrer dans le match. A défaut d’une équipe d’Angers qui rentre bien dans le match et dans la défense adverse. Jusqu’à un peu plus que la demi-heure de jeu, pas grand-chose à se mettre sous ma dent d’ogre vert, si bien que notre bon défenseur brésilien, qui n’a de brésilien que le nom et la manière de défendre, décide de voir rouge. Et moi, je passe du vert au blanc. Déjà qu’à 11, ce n’est pas très reluisant, alors à 10 pendant une heure ?

A partir de là, beaucoup de choses ont traversé mon esprit ! Comment allons-nous tenir une heure à 10 ? Si j’ai envie de vomir, là maintenant, comme je suis vert, de quelle couleur sera mon visage ? Adriano, c’est un nom maudit pour un brésilien ? Si nos adversaires nous font un cadeau, je pourrais titrer « l’attention d’Angers » ? Si je porte le maillot de Subasic, on dirait que j’ai des tatouages ? Si je déménage, ce serait judicieux de peindre ma cuisine en vert, rien que pour se marrer ? Bref, tant de questions auxquels je n’ai pu répondre…

Puis, c’est alors qu’un Belge à la crête de poulet est rentré dans l’histoire. Un Belge au nom à rallonge, qui du haut de sa première saison en pro, nous a remis à flots comme pas mal de fois cette saison, déjà. Je ne sais pas s’il leur a fait les yeux doux comme mon bon ami, le Señor Potté, mais tout ce que je sais, c’est que les défenseurs angevins l’ont regardé avec leurs grands yeux ronds slalomer à travers eux, et fustiger leur gardien. 1-0 à la pause. Monaco mène au score, grâce à un Belge qui n’est pas une blague.

Au retour des vestiaires, ça a été au tour de Touré de planter son petit but journalier. Sur un bon centre de Kurzawa, notre Ibra a placé une tête puissante sous la barre. Statistiquement (je trouve ce mot beaucoup plus facile à écrire qu’à dire), notre attaquant sénégalais a tellement de réussite qu’il serait capable de finir la saison en ayant marqué plus de buts qu’il ne frappe ! Vous allez me dire qu’on n’est pas chez mon voisin Bugs Bunny, qui avait fait des trucs marrants avec Michael Jordan et son bras qui s’allongent, mais sous pression notre cheptel est capable de beaucoup de choses !

Mais à trop jouer avec la pression, déjà le cœur de p’tit biscuit va lâcher tellement il est sensible, puis à un moment donné, ça ne va plus marcher. Là, Angers est revenu mais on a vaincu.
Mais à force, on va finir par l’avoir dans le ***. Plutôt que de toujours se révolter, apprenons à bien entamer ! Avoir du caractère, c’est aussi se remettre en question, pas que se révolter ! Regardez-moi, j’étais rebelle et en marge de la société. Maintenant mon meilleur ami est un âne. Si ça, ce n’est pas se remettre en question.

Sur ce, je vais tenter de répondre à mes questions existentielles, justement. Et je vais essayer le maillot de Subasic.

Cordialement, Andy !