On se fait braire

Salut, c’est Manu, Manu Flacdo, le roi du dodo devant les matchs internationaux,

Non, parce qu’il faut bien l’avouer. Depuis notre dernier match face à l’OM, on se fait braire, mais puissance 4, avec un coup jaune, un coup rouge, un coup jaune, un coup rouge, un coup jaune, un coup rouge, un coup jaune… Yes, 4 en ligne, j’ai gagné !

En plus, durant cette période, on a même plus le mercato pour s’amuser un peu. C’est fort dommage, car les dernières heures ont été bien folles. Tout d’abord, Bale est allé enfin faire son trou du côté de Madrid. Un trou pour 100 patates, tu imagines comment qu’il doit être gros son trou à Bale. (PS Si tu n’as pas compris mon jeu de mollet un peu tiré par les poils du fondement, je ne réponds plus de ta personne mon cher lecteur…)

Ensuite, avec la clôture du mercato, est venu une confirmation : Yacob sera toujours monégasque, au moins jusqu’en janvier 2014. Sa technique de disparaitre pendant tout le mois d’aout a porté ses fruits. Comme personne ne l’a trouvé, personne n’a pu le vendre. Pas idiot, il faudra que j’y pense, si jamais le club achète un numéro 2 meilleur que le numéro 2 actuel…

Ensuite, on a fait un peu la fiesta, avec les anniversaires conjoints de Layin et de Ya. Comme c’est grâce à Layin que j’ai marqué certain de mes buts cette année, je lui ai préparé ma spéciale.

Bon, après, c’est vrai que la femme de ménage n’a pas trop aimé, toute cette chantilly incrustée dans la moquette… J’aurai peut-être dû l’aider, ça m’aurait fait passer le temps.

Non, parce que comme marqué en déambule, on s’est bien fait chier durant ces 15 derniers jours. À l’entrainement, on était plus que 2, moi et Layin, si bien que le travail tactique, on l’a fait sur Fifa13. C’est le mister coach qui nous a fourni le jeu. Comme c’était le jeu de l’année dernière, Layin l’a un peu chambré. Alors le coach l’a obligé à jouer avec le Gazelec d’Ajaccio durant plus d’une heure. Et à chaque but encaissé, il devait chanter « Look Lemon ! Look Lemon ! »… Le pauvre.

Heureusement, durant cette trêve internationale, il y a les matchs internationaux. Ça fait passer le temps. Un peu. Et je m’en suis farci des rencontres avec des équipes improbables que je n’ai jamais rencontrées, ni avec Toulouse ni avec Monaco. Mon œil expert regarde la prestation des gars sur le banc, leur échauffement, leur entrée en jeu, et leur rendement.
Enfin, si, il y en a un qui m’a impressionné, c’est le petit Martial de l’équipe de France des jeunes. Il est fort lui. Il ressemble énormément au stagiaire qu’on voit de temps en temps à la Turbie. Faudrait que je lui en parle la prochaine fois que je le verrai au p’tit Anthony.

Au milieu de tout ça, des journalistes se sont pointés à la Turbie pour interviewer des joueurs de l’équipe leader du classement. Comme on était que deux avec Layin, et qu’il était encore en train de chanter « Look Lemon » après que le mister coach l’ai battu à Fifa en prenant Pescara, c’est moi qui me suis collé l’interview.

C’est vrai qu’ils m’ont beaucoup amusé les interviewers. Mais je n’ai pas oublié d’être sympa, notamment avec mes équipiers et tout le staff. De toute façon, même si ça va passer sur une petite chaine que personne ne regarde, ça tombera forcément sous la coupe du mister coach, et j’ai pas envie de passer le prochain match en tribune à chanter « Look lemon » avec Yacob et Flavio…

Pour finir, je me suis regardé le match des bleus contre les Pieds-aux-Russes… Ya pas à dire, ils portent bien leur nom ces gars là, car ils jouent vraiment comme des pieds.
Cela dit, les Bleus aussi ont joué comme des sabots. En plus, ils ont même tenté de mettre leur numéro 1 sur le banc pour voir si le numéro 2 était aussi efficace que moi.

Évidemment, ça n’a pas marché. Il n’y a que moi pour jouer aussi bien que moi en sortant du banc. Faire du moi sans moi, c’est idiot…

Bref, je me suis bien ennuyé, mais c’est fini, car ce week-end, on joue contre une sorte d’équipe Asiatique, qui vient du fin fond de l’Orient… Bref, qu’importe l’adversaire, tant que je sors du banc pour marquer le but de la victoire…
D’ailleurs, à ce titre, j’aimerai terminer cette petite chronique vierge de tout match par une réflexion que je me suis faite l’autre soir en matant la Qui-note d’Apple.

Voilà, je crois que là, tout est dit.

Ciao !

PS : n’oublie pas, tu peux me suivre sur twitter : @MFlacDo

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.