#MuneguFiction 2013 – Noir, c’est noir…

Nul à l’extérieur, victoire à domicile. C’est le rythme du cheptel depuis le début de saison, rythme qui sera maintenu jusqu’au mois de décembre, assurant avec 42 points la présence de l’équipe monégasque parmi l’élite dès la mi-saison. Et ce fort heureusement, car la suite ne sera qu’un vaste trou noir qui va aspirer tous les espoirs des supporters les uns après les autres.
Fin décembre, alors que tout le monde est en train de sabrer la dinde et les marrons, Thiriez, sous la menace de Patrick Montel armé d’une crème dépilatoire, vote à l’unanimité de lui-même une loi comme quoi les équipes professionnelles participant à la coupe de France doivent titulariser les 11 joueurs les plus utilisés en championnat.

Début janvier, lors d’un improbable match de coupe de France joué à Vitrolles, l’ASM se présente avec toutes ses stars. Et face à une équipe aussi virulente qu’inexpérimentés, les joueurs du cheptel vont prendre cher. Entre la 4e et la 28e minute, Ranieri va perdre Falcao (ligaments croisés), James Rodriguez (triple fracture tibia-péroné), Obbadi (nez pété), Toulalan (fracture de la malléole) et Abidal (claquage de la cuisse suite à un saut pour éviter le tacle aux gencives de l’attaquant adverse).
Subasic et Raggi seront ensuite expulsés pour avoir insulté l’arbitre, et Ocampos pour avoir fait un doigt d’honneur aux tribunes après avoir ouvert le score. Si bien que réduit à 6, l’équipe monégasque perd le match par forfait, alors qu’elle menait 1-0.
La suite sera dramatique pour le club de la Principauté, qui ne gagnera plus le moindre match jusqu’à la fin du championnat. Les jeunes prendront l’eau de toute part, et la saison se terminera en eau de boudin.
Le premier juin, Marca titrera que Falcao souhaiterait rentrer jouer en Espagne, même à Levante s’il le fallait.

Pendant ce temps là, au fond de la taverne, Manu Flacdo se bourre la gueule au thé citron « Va -y aubergiste, recolle-m’en un derrière la cravate, je sens que ma coiffure va mieux d’un coup… »