#MuneguFiction 2013 – Fight club

Nul à l’extérieur, victoire à domicile. C’est le rythme du cheptel depuis le début de saison, un rythme écrasant de champion de France. Sauf que dans le championnat de Ligue 1 Qatari 2.0, cela n’assure en rien du titre, puisque le PSG tourne au même rythme, ne perdant que quelques plumes à l’approche des matchs de ligue des champions.
Ce duel épique se poursuivra en janvier, le cheptel tirant néanmoins un peu la langue avec la multiplication des matchs de coupes lors du terrible mois de janvier, où l’équipe enchaine un match tous les trois jours, parfois sur des terrains enneigés dans des températures polaires.
Mais c’est en coulisse que l’avenir de l’ASM va se jouer. Vasiliev ayant trouvé une tantine Italienne à Fabinho, Rybolovlev s’est empressé de boucher le trou laissé au niveau des joueurs hors communautaires pour finaliser l’achat de Hulk, donnant ainsi un peu plus de violence à une ligne d’attaque déjà très virulente.
Malheureusement, la LNF va pondre une nouvelle loi sortie de derrière les fagots qui invalide le recrutement de Hulk, mais aussi celui de Falcao et de Kondogbia. Les recours du club monégasque débouchant sur une longue bataille juridique, c’est amputé de certaines de ses stars que l’ASM attaque un mois de février de tous les dangers. L’équipe, déjà fatiguée, perd en efficacité avec le manque de rotations, et laisse pas mal de points en route, se faisant doubler par Paris, puis par l’OM, qui reste sur une série de victoires 1-0 sans précédent.
La situation perdure jusqu’à début avril, et se sont désormais les verts qui menacent de prendre la place de l’ASM sur le podium.

Mais coup de théâtre : en marge du tirage au sort des demi-finales de la ligue des champions, auxquels participent les Parisiens, les Barcelonnais, les Munichois et José Mourinho, Thiriez, le président de la ligue, est alpagué par un groupe de pseudo-serveurs alors qu’il se rendait aux toilettes.
Il est bâillonné avec du chatterton, ses pieds et ses poings liés avec des serre-câbles. Puis, un gros bonhomme reconnaissable avec ses mains toutes vertes lui baisse le pantalon, tandis qu’un petit être chétif avec un gros problème de pilosité exhibe sous son nez un coupe-choux excessivement bien aiguisé.
Un homme, qui semble être le chef de ce groupuscule de terroristes, s’est alors penché sur ce bon Fred Thiriez, qui avait déjà les larmes aux yeux.

« Je pense que nous avons désormais toute votre attention. Je me trompe ?
— humf humf.
— Bien, bien. Alors je vous explique ce qu’il en est. Une fois que vous sortirez de ces toilettes, vous n’aurez qu’une seule chose à faire. Pondre une nouvelle loi indiquant que toutes les résolutions que vous avez prises depuis janvier 2013 sont caduques à cause d’un vice de forme au moment du vote. Je vous laisse le soin de trouver la façon la plus juridique possible pour mettre en place cette résolution, après tout, c’est vous l’avocat non ?
— humf humf !
— Ensuite, vous irez déclarer à la presse que les transferts de Falcao, Hulk et Kondogbia sont parfaitements valables. Et vous indiquerez que l’AS Monaco peut rester domicilié en Principauté, tout en proférant des excuses publiques pour le désagrément occasionné. Sinon, ces garçons vont vous couper la moustache… On en enverra une moitié à la rédaction de l’Equipe et l’autre au Canal Football Club.
— humf humf !!!!!! Le président de la Ligue se trémousse, et de grosses larmes se mettent à perler le long de ses joues.
— Putain le con, il vient de se pisser dessus ! s’exclama un autre petit personnage, dont la barbe dépassait du masque lui cachant le visage.
— Les gars que vous voulez virer sont ceux dont vous dépendez. On attire vos investisseurs, on fait exploser vos droits télé, on fait parler de votre championnat partout dans le monde, on sauve vos points UEFA, on protège vos équipes du trou noir dans lequel ils sont voués… Alors, ne jouez pas au con avec nous ! »

Et alors que les terroristes s’enfuient les uns après les autres des toilettes, un dernier se penche sur lui. Il a les jambes arquées et un physique émacié. Il tripote pendant un temps la moustache du président de la ligue, avant de tirer d’un coup sec… et d’arracher le chatterton qui lui obstruait la bouche.
Dès le lendemain de cet épisode dramatique, le président Thiriez fit tout ce qu’il était sommé de faire. Falcao et les autres bannis purent jouer les derniers matchs de la saison, et dans un rush désespéré (6 victoires de suite), l’ASM arracha la seconde place à l’OM, se qualifiant ainsi pour la ligue des champions.

En pendant ce temps là, au fond de la taverne, le Señor Potté grommelle : « On aurait quand même dû lui couper la moustache, ça m’aurait fait un super trophée »