Citrons pressés…

Salut les p’tits citrons, c’est Manu. Manu Flacdo, le roi des ramolos

Oui, ramolo, complètement ramolo… On ne le serait à moins après deux matchs sans victoire, deux matchs durant lesquels je ne marque point, deux matchs où l’équipe était comme moi, ramolo du cibolo, ramolo du jeu de jambonneau, ramolo, ramolo, ramolo…

Cela dit, en y réfléchissant bien, c’est pas forcément de notre faute. Face à Lille, on est quand même tombé sur un gardien qui nous a fait ravaler notre dentier, notre cv, nos occasions, et toutes nos belles illusions entretenues depuis début aout… Bref, on a dû se faire soigner avec Ramdam…

Ensuite, la presse n’a pas été tendre avec nous. On est à 2 points par match en moyenne, belle allure pour un promu, et pourtant, on en prend plein la poire, et pas qu’un peu. Comme quoi l’équipe serait en perte de vitesse, qu’on stagnerai, que le mister coach allait jouer à saute mouton pendant les vacances… Foutaises, il est bien trop vieux pour jouer à ces jeux de cours de récréé… Moi à la limite, avec Layin, après une overdose de citron, je dis pas… Mais le mister coach, sans déconner, vous êtes vraiment sérieux les gars ?

Mais c’est vrai qu’avec Layin, en ce moment, c’est pas trop la joie. Ca pulse pas des masses, on a le citron vert oserai-je dire…

Ce qui est un peu normal. Il revient de blessure, moi aussi, il a un peu du mal, moi aussi, je ne marque plus, lui s’emmêle les pinceaux, et y comprit au niveau vestimentaire… D’ailleurs, un jour, il m’a dit : toi tu as ta coiffure, moi, j’ai mes fringues. Cela dit, moi aussi j’ai des fringues, je me balade pas à poil hein…

Temps de crise oblige, la presse fait le tour de l’effectif pour voir s’il n’y a pas un peu de poudre à canon cachée quelque part histoire d’y mettre un peu le feu et pourrir encore plus l’ambiance.
Du coup, les barils en question se nomment Isimat-Mirin et l’ami Martial… Il parait que les deux jeunes se seraient plaint de leur temps de jeu… Je comprend pas, en début de saison, leur temps de jeu était le même, et personne ne râlais. Là qu’on gagne plus, ça gueule… Ils sont chiant ces journalistes, qu’ils aillent plutôt parler cirque avec Yacob, là il y a matière à faire des articles qui pètent le feu.

Puis on a eu le second écueil de la semaine. La rencontre à domicile contre Evian. Avant le match, j’avais la pèche, la patate, et tout le reste…

Oui, mais ça, c’était avant… Avant la compo tout d’abord, qui me met sur le banc de touche alors qu’on devait jouer l’offensive.

Avant aussi qu’Evian nous fasse un sale coup. On était déjà super ramolo, ils ont rien trouvé de mieux ces citrons moisis que de complètement nous endormir le match. Sur un dégagement, ils marquent. Puis Ramdam remet les choses en place. Et puis plus rien, mis à part quelques arrêts de Suba qui nous sauvent d’une catastrophe catastrophique…

Je veux pas faire mon fanfaron, mais depuis que je joue peu, et que je ne marque plus, notre équipe, et bien elle stagne…
Je dis ça, je dis rien, n’est-ce pas…

Allez va, sans rancune, et bonne semaine mes p’tits citrons !

Ciao !

PS : n’oublie pas, tu peux me suivre sur twitter : @MFlacDo