En passant chez le psy

Et hop, voici une nouvelle rubrique sortie tout droit de notre esprit dégénéré. On va pas le cacher, on n’a rien inventé (ça se saurai sinon). Non, nous ne faisons qu’ouvrir un cabinet de psy en plein coeur du Stade Louis II, à l’instar de ce que font les excellents gars du site Trashtalk.fr pour la NBA. Parce que la brutale montée en puissance du cheptel n’est pas sans causer nombre de remous et de dommages collatéraux, il est temps que quelqu’un s’occupe de réparer les débats mentaux auprès de ce petit monde. Dont acte.

Eric Abidal

Abidal-contraint-au-depart_article_hover_preview

Qui mieux que le capitaine du vaisseau monégasque comme premier patient de notre cabinet ? Il est vrai qu’il n’est pas au mieux de sa forme en ce début d’année, certains pensent même qu’il aurait perdu la foi. Auteur de prestations assez quelconques, dépassé dans les duels, il compensait bien souvent par un sens du placement hors norme, et une technique supérieure à la plupart des milieux offensifs de Ligue 1. Oui mais ça c’était en début de saison. Un contre coup physique et le voilà devenu fébrile, avec à la clé, un CSC fâcheux avant Noël, et un quota de passes à l’adversaires qui augmente de matchs en matchs. Le recrutement d’Abdenour lui faisait déjà de l’ombre, mais voilà que le Mister a aussi fait passer Isimat-Mirin devant lui, le laissant dans les tribunes à Bastia.
Verdict : A surveiller ! Doit vite se ressaisir, au risque de voir sa carrière finir en eau de boudin.

Les 7 nains de la LFP

BgakCzMIUAAjJmV.jpg-large

Apparement, Blanche neige est parti se faire une virée au ski pour la St Valentin avec un quelconque prince de passage (non, je n’ai pas dit qu’elle était à Sotchi avec le Prince Albert…), et les 7 garnements seuls à la maison ont décidé de faire n’importe quoi. Et alors que l’on pensait que l’accord entre l’AS Monaco et la LFP mettrai un terme, tout du moins pendant la durée de celui-ci, aux divagations et autres menaces à l’encontre du club monégasque, ces 7 là n’ont même pas attendu que l’encre séché au bas de la page pour se lancer dans une nouvelle quête insensée. Leur but : invalider le contrat qui lie la Ligue et le club de la Principauté, et tout reprendre à zéro. Le tout, au nom de l’équité sportive, évidemment. Gageons surtout qu’ils cherchent à faire pression sur la Ligue afin de récupérer une plus grande partie des 50 millions extorqués au club monégasque. A moins que la volonté soit plus retord, qu’ils veulent vraiment subir une longue bataille judiciaire, afin d’acter la présence d’un club étranger en Ligue 1 par la Commission Européenne, et ainsi tous pouvoir faire pareil, et s’exiler loin de ce pays fiscalement cannibale.
Verdict : Pour l’instant, rien à faire, la médecine n’a rien à proposer contre les troubles obsessionnels compulsifs. Par contre, du coup, Blanche Neige risque de se retrouver toute seule, face à face avec une grosse déprime…

Nempalys Mendy

BgMqaMKCEAEJdY9.jpg-large

Il avait tout pour réussir. La confiance d’un coach dont la renommée est grande à travers toute l’Europe, la possibilité de s’inscrire durablement dans un projet visant à gagner la Ligue des champions, un avenir étoilé avec comme maîtres d’école des références telles que Toulalan ou Abidal. Pire, si cela ne lui convenait pas, des clubs tels que Manchester United se sont renseignés à son sujet, preuve que le gamin en avait sous la semelle.
Au final, le petit Papys a signé à l’OGC Nice. Actuellement, il ne joue plus rien, la coupe d’Europe n’est qu’un vague souvenir après une élimination sans gloire contre une équipe de seconde zone au premier tour, et à s’embourber dans une équipe sans visage et sans talent, il a vraisemblablement disparut des tablettes des grands d’Europe. Pire, son club formateur, là où il aurait pu jouer s’il l’avait voulu, est venu lui mettre une fessée grandeur nature à Nice, avant de couper la tête du dernier rêve de titre qui pouvait lui rester cette saison. Bref, Mendy a tout faux sur toute la ligne depuis un an désormais…
Verdict : une surveillance extrême est à observer. Atteinte d’un syndrome de looser patenté, il n’est pas à exclure qu’il tente de mettre fin à ses jours après une prochaine défaite contre Evian ou Sochaux.

Historique du cabinet :

Abidal : 1 visite
Les 7 nains de la LFP : 1 visite
Nempalys Mendy : 1 visite

Une réflexion sur “En passant chez le psy

  1. Pingback: La revue du dimanche | Jartagnan.com

Les commentaires sont fermés.