Avanti St Etienne – Monaco

Et si la première défaite de 2014, elle était là ? Tout comme le match contre Lille lors de la phase aller, ce déplacement dans le forez emboucane assez sévère. D’une part, parce que St Etienne est une équipe emmerdante au possible, prétendant très sérieux au dernier strapontin menant à la Ligue des champions. D’autre part, c’est surtout une équipe qui ne nous réussit pas vraiment, chez eux, on est sur 12 victoires monégasques, 8 nuls, 25 défaites, 43 buts marqués et 74 buts encaissés. Bref, ça sent pas bon, mais notre équipe a prouvé qu’elle n’avait pas peur de personne. Est-ce que cela suffira ?

Le score précédent :

Monaco-St Etienne : 2-1 (Ferreira-Carasco – Ocampos)

L’humeur du match aller :

126

Ce qui va changer :

La forme du cheptel : Jeremy Toulalan sera là. A l’aller, il était blessé, ou suspendu, ma mémoire me fait défaut. Mais il sera bel et bien là à St Symphorien, et ça risque de changer beaucoup de choses. En effet, sans son marathonien au long court, et avec Kondogbia / Obaddi au milieu du terrain, le cheptel s’était fait sacrément secouer par le milieu compact et épais de verts. Au final, ça a donné un match stressant, dont l’issu favorable ne s’est dessinée que dans les derniers instants. Avec Toulalan au milieu, et fort d’un système de jeu différent, ça ne devrait pas être la même mayonnaise…

L’adversaire à surveiller : 

Brandao : Il est physique, il est puissant, il est pas maladroit, et il aime ce genre de match. Un cocktail des plus parfaits pour mettre encore un peu plus en difficulté notre capitaine dont les capacités s’affaissent petit à petit. Avec un milieu vif et technique, notre défense risque de passer quelques moments compliqués…

Les archives des mousquetaires :

Comme nous n’avons pas grand chose dans nos archives à propos des Verts, équipe qui pourtant ne nous réussi guère, nous avons ressorti l’interview d’un ancien joueur de chez eux, qui est passé aussi par chez nous. Et dont on se serai bien passé : Fred Piquionne, en traduction simultanée