Qu’es-tu devenu : Georgie Welcome

1094218-18683726-1600-900Alors que la coupe du monde bat son plein et accapare le monde du football autour du centre névralgique brésilien, les mousquetaires préparent sagement la saison prochaine, fomentant moult complots et autres coups de Trafalgar du fin fond de leur taverne. Mais alors que sur un écran pourri en noir et blanc avec un râteau en guise d’antenne pour choper Bein Sport, nous avons vu l’équipe de France venir à bout du Honduras, et nous nous sommes souvenu de cet avant-centre Hondurien venu faire les ordures du temps où l’on plongeait en Ligue des champion… euh, en Ligue 2. Et une importante question nous a taraudé l’esprit : qu’es-tu devenu, Georgie Welcome ?

En langage de la perfide Albion, Welcome ça veut dire « bienvenu ». Malheureusement, pas sûr qu’il fût bien accueilli, ou que son arrivée fut bonne, qu’on le veuille ou non. Ni même que sa venue nous apporta quelque chose de bien. En fait, Georgie de son prénom est arrivé au pire moment de l’histoire du cheptel, au début d’un sprint final qui nous envoya au fin fond de la ligue 2.
C’est bien souvent le couteau sous la gorge que l’on découvre qui sont vraiment les gens. Il est vrai qu’à l’époque, nos dirigeants n’avaient pas besoin de ça pour affolir et affoler les supporters, mais aller chercher un sombre pécheur hondurien pour jouer les sauveurs de la patrie en danger, ça vous classe un homme quand même.
Certes Georgie a participé à la coupe du monde en 2010 avec son pays d’origine. Mais est-ce vraiment un critère de qualité quand on sait qu’un ciarafu comme Echiéjilé aurait dû lui aussi participer à la coupe du monde avant que Dame Fatalité ne vienne rétablir l’ordre des choses.
Car le passage éclair de George Bienvenu se résume à une certaine malaisance tant pour les supporters que pour ce pauvre hallefessier une fois qu’il avait la gonfle dans les pattes. Heureusement pour lui, il en touche tout juste une vingtaine en moyenne par match. Il en perd plus de la moitié pour 20 % de passes réussies, et une seule frappe au but. Il va quand même marquer deux buts en 15 rencontres, contre St Étienne et Rennes, et permettre au cheptel d’entretenir le suspens jusqu’au bout.
Puis il s’en ira par la petite porte, la même par laquelle il était venu.

Depuis aucune nouvelle du grand Georgie, il a voyagé jusqu’au Mexique sans convaincre avec le CF Atlas, puis au CD Platense. Il serait actuellement en Thaïlande, dans un club de foot ou autre port de pécheur, nous ne savons pas vraiment. Encore une ex-future star selon notre ilüminau de président vendeur de t-shirts qui a carrément disparu des écrans radars, peut être pas plus mal pour certains pigeons d’ailleurs…