Qu’es-tu devenu : Freddy Adu

freddy-adu-n-aura-pas-marque-l-as-monaco_45516Freddy Adu, c’est la hype made in America. Alors que le pays organisateur de la coupe du monde de 1994 se cherche des héros capables de faire passer le « soccer » et la Team USA du jeu de baballe au pied dans la cour des grands, ce petit enfant d’origine ghanéenne va faire naitre les espoirs les plus fous dans les rêves de (trop) nombreuses personnes de l’autre coté de l’atlantique. Passé par Monaco au moment de sa grande tournée à travers l’Europe, cette star des publicités et de FootManager a un peu disparu de la circulation depuis. Alors, qu’es-tu devenu Freddy Adu ?

L’attaquant Freddy Adu ne jouera pas à l’AZ Alkmaar la saison prochaine. L’ancien grand espoir américain, âgé de 25 ans, n’a pas convaincu le club néerlandais de le conserver après un essai d’une semaine. « Le joueur n’a pas réussi à passer les objectifs fixés par l’AZ », indique le communiqué. L’ancien Monégasque, libre depuis son départ de Bahia (Brésil), a déjà manqué deux essais à Blackpool, en Angleterre et à Stabaek, en Norvège.

Voici la nouvelle qui a foutu en l’air le début de nos vacances post-coupe du monde. Alors que son essai avait été accueilli avec joie par les membres de la #TeamMousk (enfin, au moins deux), ce bon vieux Freddy s’est encore viandé. Une constante chez lui quasiment depuis qu’il a signé pro.
Mais s’il a donné illusion pendant quelques années, surfant sur la hype lors de ses premières années, au point de basculer de l’autre coté de l’océan après son achat par les portugais de Benfica, la vérité a éclaté au grand jour lors de son bref passage en terres monégasques.
Et comble du désespoir, sa venue à Monaco était basée sur une stratégie gagnant-gagnant. Le cowboy De Bontin à la tête du club Principautaire comptait conquérir le monde (et donc les USA) grâce au plan marketing irrémédiablement scotché aux basques du jeune Freddy, qui en retour, devait voir sa carrière décoller de façon spectaculaire dans un environnement propice à ce genre d’explosion juvénile.
En en guise d’explosion, c’est la carrière respective des deux qui viendra ensanglanter le ciel monégasque. Freddy sera placardisé dès le mois de décembre, afin que le club ne lève pas l’option d’achat obligatoire que les portugais avaient glissé en tout petit au bas du contrat de prêt. Quand à De Bontin, il ne passera pas l’hiver, renvoyé au pays les fesses bien rouges par le tandem Franzi – Aubery, lancé à vive allure dans leur projet de démembrement express du club monégasque.
Un plantage en D2 portugaise, puis un plantage dans un obscur club grec, puis un plantage en D2 turc, il retournera au pays cirer quelques bancs avant de foirer tous les castings auxquels on voudra bien le convier, au Brésil, en Angleterre, en Norvège, et donc tout récemment aux Pays-Bas.

À 14 ans, Freddy Adu était déjà une star. À 14 ans, il avait un niveau fort élevé que les gens de là-bas en ont fait un joueur professionnel à part entière. Sauf qu’à 14 ans, il devait être bon, certes, mais comme le sont la moitié des jeunes qui entrent au centre de formation du Stade Louis II. Sauf que dans le lot, chaque année, seuls quelques élus arrivent à passer le cap et deviennent de vrais pros.
Freddy Adu est passé pro avant d’avoir franchi le cap. Si bien qu’à 25 ans, il ne l’a toujours pas franchi, et sans formation, reste le petit gamin rigolo qui savait enchainer deux crochets et trois jongles pour épater la galerie en cours de récréation.