[Monaco-Lille] Les trucs de la rencontre

Un brouillard très « anglais » s’est posé depuis quelques semaines sur Monaco, entourant le quartier de Fontvieille, et le petit village de la Turbie. Et depuis ce weekend, ce brouillard s’est extrêmement épaissi, si bien que le supporter moyen monégasque n’y voit goutte. Comme la #TeamMousk n’est pas du genre à tuer la peau de l’ours avant de l’avoir acheté à Mendes, nous allons attendre quelques jours avant de déclencher la soufflerie histoire de dégager un peu tout ça…
D’ici là, sur le terrain (le plus important à nos yeux), les 11 gaillards rouge et blanc ont montré un léger mieux, encore. À chaque match, son petit pas en avant. Contre Lille, 3e du dernier championnat, coaché par le meilleur entraineur de France (selon Canal+), les joueurs de Jardim ont globalement maitrisé leur sujet pendant 90 minutes. Les Lillois n’ont eu que deux actions dangereuses, pour un seul tir cadré. Malheureusement, celui-ci se terminera au fond des cages, entaché d’un hors-jeu lillois assez flagrant, le même qui a été sanctionné sur un but niçois contre Bordeaux la semaine dernière. Mais là encore, quand c’est Monaco, la règle n’est pas la même. Le reste du temps, le jeu monégasque est resté encore bien stérile, malgré un nombre d’occasions bien supérieur au cumul des trois matchs précédents… De bon augure, surement, mais c’est encore largement insuffisant pour cette équipe.

Les hommes du match :

Yannick Ferreira-Carrasco : La bonne, la très bonne surprise du soir. On se doutait qu’il revenait en grâce quand Jardim a sorti Martial lors du dernier match pour le faire rentrer, argumentant que notre poulet belge apportait un peu plus que le néant offert par l’ex-lyonnais. Et la partition qu’il nous a offerte contre Lille nous a pleinement rassuré : non le talent de notre ailier à la capillarité hilarante n’a pas disparut. Tout en accélérations et en dribbles chaloupés, il a pesé comme jamais en 2014 sur la défense adverse. Demande confirmation sur le long terme avant de parler de vraie belle recrue du mercato…

Jérémy Toulalan : Le président a encore brillé cette semaine. Indispensable face à Nantes, il est encore un ton au-dessus contre Lille. Partout sur le terrain, cisaillant la majorité des offensives nantaises, il aimante le ballon de façon quasi désespérante pour ses adversaires. Meilleur défenseur, meilleur latéral, meilleur ailier, il tire tout le monde vers le haut et prend une place de plus en plus prépondérante dans l’effectif du cheptel. Pourvu qu’il ne se blesse pas…

Falcao : Il était là, mais pas où on espérait le voir. Il a souri, mais on pense que c’était de circonstance. Il a beaucoup regardé son téléphone, et discuté avec son agent. Cinéma ou vrai émotion sur le but de Berbatov et l’action de Kurzawa ? On ne le saura surement jamais. Mais la dernière partition du buteur Colombien à Louis II va laisser pendant un long moment un sale gout dans la bouche des supporters, tant elle empeste le foutage de gueule à grande échelle.
Et pourtant, putain quelle classe en costard !

Le débat de la semaine :

Si la semaine dernière nous avions évité le crash en détournant l’attention avec Lucas Ocampos, cette semaine, nous n’allons pas pouvoir nous défiler, vu le bordel que cela a généré : quid de l’imbroglio Falcao ?  Venez en débattre sur notre page Facebook.

Le geste technique :

Le pouce en l’air, par Vadim Vassiliev : Ce qu’on ne peut pas enlever à cet homme, vice-président de l’ASM, c’est qu’il est tout le temps heureux. Hier soir, alors qu’il se faisait questionner par des supporters interrogatifs au sujet de Falcao, il a répondu de la seule manière qu’il connait, en souriant béatement, et en adressant au vil opportun un pouce tendu bien haut. Lui aussi va devoir répondre de ses actes…

Le nodocéphale de l’année :

Les réflexions du soir :

  • Si jamais on doit me demander de citer le joueur qui représente le mieux la Ligue 1, je citerai Florent Balmont. Rugueux, voire violent, pas technique, toujours volontaire et capable du meilleur comme du pire…
  • Donc le meilleur entraineur de France (selon Canal+) c’est le mec qui joue en 5-5-0 au bout de 20 minutes sans que personne ne trouve rien à redire…
  • L’an dernier, on nous a refourgué le cousin de Moutinho. Cet été, c’est le cousin d’Abdenour qui est venu jouer avec nous. Et pour continuer dans le recrutement « bling bling low cost », c’est le cousin de Pharrel Williams qui vient chanter à la mi-temps…
  • Par contre, vu sa seconde mi-temps, le cousin d’YFC est rentré en Belgique, et le vrai semble de retour.
  • Contre Lille, l’adversaire a 2 tirs et marque 1 but. Contre Bordeaux c’était 5 tirs et 4 buts. Contre, Lorient 3 tirs, 2 buts… Il y a un axe d’amélioration clair à faire là dessus non ? (merci à @DadouOSM12 pour cette remarque durant le TweetLive)
  • Du coup, on est devant les Niçois…