[Monaco-Leverkusen] Les trucs de la rencontre

Nouvelle compétition, nouvel état d’esprit, nouvel élan ? C’est tout le mal que l’on souhaite au cheptel, en tout cas à ce cheptel-là, qui nous a fait vibrer le temps d’une soirée. Certes, tout n’a pas été parfait, et nous avons serré les fesses plus que de raison durant les 45 premières minutes. Mais que dire du reste de la rencontre, où l’envie, l’abnégation, la volonté, et le talent, car cette équipe n’en manque pas, sont venus transcender la pâlotte formation rouge et blanche en une équipe capable de venir à bout du leader de Bundesliga. Si cette victoire demande confirmation, tant au plan national qu’européen, elle nous conforte dans nos certitudes : le cheptel n’a pas disparu d’un claquement de doigts comme certains mal avisés tentent de nous le faire croire, et perdre 1 cadre et demi n’a pas fait évaporer le talent des autres joueurs. Au contraire, certains vont peut-être même se libérer, jouer leur jeu sans être constament obligé de filer la gonfle au mercenaire colombien aux cheveux moins longs que le salaire hebdomadaire.

Les hommes du match :

Tornado Silva : Il a changé le cours du match, ni plus ni moins, rendant fou les Allemands, étirant la défense jusqu’à en provoquer la rupture, écartelée entre les rushs à gauche de YFC, et à droite donc avec ce Giuly de la truelle. Car Bernardo, c’est un pin’s de 20 ans avec le bouc de mousquetaire, à la technique propre et fluide, avec une mentalité de fighter (faut voir comment il est allé au charbon face aux golgoths d’en face), porté par un talent balle au pied indéniable, l’insouciance de la jeunesse, et deux parrains grand luxe, Carvalho et Moutinho, qui n’ont eu de cesse de l’encourager, de lui parler, de le féliciter.
On s’était pourtant habitué à Lucas Ocampos. Son engagement, sa volonté, son caractère sympathique, notamment sur instagram, ses buts, tout cela nous a fait oublier l’essentiel : son rendement en tant qu’ailier était fort brouillon, et malgré ses quelques buts et son investissement sur le terrain, la partition d’ensemble reste très discutable, et tactiquement n’était pas sans nous poser quelques soucis. Avec un vrai type capable de prendre l’aile sans faire n’importe quoi ni perdre la balle dans des dribbles débiles et inutiles, c’est toute la faiblesse de Loucas qui nous a pété à la figure.
Cela demande confirmation bien sûr, mais diantre, que cela fait du bien !

Joao Moutinho : La star c’est lui désormais. Il doit endosser ce rôle et surtout l’assumer. On ne peut pas dire qu’il a fait les choses à moitié, car c’est probablement son meilleur match en rouge et blanc. Certes il n’a pas le clinquant d’un Gallardo, il n’a pas la clairvoyance d’un Hoddle, il n’a pas la vista d’un Morientes ou la puissance d’un Djetou. Certes, ses coups de pied arrêtés sont très moyens, et il prend peut-être parfois trop de temps pour s’appliquer, ce qui tue dans l’œuf certaines actions nécessitant la prise de risque d’une touche de balle.
Mais il a harcelé, il a couru, il a orienté, il a distillé. Certes, ce fameux fond de jeu est encore à parfaire et il est parfois prit de quelques éternuements gênants. Mais gageons que sans le métronome Portugais, il serait probablement proche du cancer du poumon généralisé… Et puis bon, le but de la victoire quoi.
Cela demande confirmation, mais on est déjà sûr que son talent n’est pas resté dans la valoche de Cristiano Ronaldo.

Layvin Kurzawa : Alors que son principal concurrent, Lucas Digne, regardait le match nul du PSG depuis le banc de touche, Kurzawa survolait la partie face au leader de Bundesliga, bloquant son couloir, servant de rampe de lancement aux occasions les plus chaudes, dont celle du but notamment. Joueur le plus constant sur l’ensemble de la partie, il vient de prouver aux yeux de tous qu’il avait le niveau pour aller au-delà que les simples rencontres du weekend contre Guingamp ou Evian. Gageons que Didier Deschamps ne soit ni aveugle ni sot.
Ca, par contre, on a plus de doutes….

En provenance des tribunes :

image

Le geste technique :

Le combo roulette foireuse/faute, par Geoffrey Kondogbia : On ne peut pas le nier, le Platane du milieu de terrain monégasque dégage une puissance physique incontestable. Mais techniquement, il n’est pas non plus un manchot, sauf que tout cela s’allie à une sorte d’insouciance qui fait que le bonhomme se la joue souvent facile, très facile. Pour preuve, alors qu’il reçoit un ballon chaud à 30 m des buts de Subasic, il décide ni plus ni moins que pour protéger la gonfle, rien de mieux que de tenter une roulette. Sauf que le ballon reste planté, à la merci du premier allemand qui traine. Mais malin comme un singe, Geoffrey se laisse lamentablement tomber par terre. Abusé, l’arbitre siffle faute. Un génie !

Les réflexions du soir :

  • 3 actions énormissimes pour les Allemands, 0 but… Apparemment, le Prince Albert a aussi négocié la libération de Ste Dévote avec Rybolovlev…
  • Comme de par hasard, André et Richard restent au chaud dans les vestiaires, et leurs cousins, Andréa et Riccardo, reviennent sur le terrain pour la seconde mi-temps.
  • Par contre, maintenant que Madame est enceinte, Lucas Ocampos risque comme ce soir de rester souvent à la maison pour pouponner…
  • Jardim avait dit qu’on serait prêt pour le mois de septembre.
  • Bernardo Silva, une prise de balle, deux dribbles chaloupés, et il s’est déjà mis toute la tribune première dans la poche.
  • Le coaching gagnant de Jardim qui a fait entrer Bernado Silva pour retourner le match, personne n’en parle ? (si, @Baldrs_, membre de la #TeamMousk)
  • Toutes nos excuses à René Girard : il n’est pas forcément responsable du comportement dégueulasse de certains de ses joueurs : regardez Spahic, il a changé de club, mais il reste quand même une brute doublée d’une grosse sodomite coureuse de remparts.
  • Wallace a joué plus longtemps en ligue des champions que Jurietti en Équipe de France…
  • Bernardo Silva, futur Ludo Giuly, ou futur Sébastien Carole… On va attendre un peu avant de s’enflammer OK ?
  • Le 19e de Ligue 1 qui bat le leader de la Bundesliga… Il est où le championnat en carton ? (@Necroute, membre de la #TeamMousk, cherche encore…)

Les photos de la rencontre :