[Monaco-Evian] Les trucs de la rencontre

Ô belle victoire ! Ô match avec deux buts de marqué ! Ô Sainte Dévote, toi qui veille si bien sur ce cheptel ! Parce que bon, si cette victoire 2-0 pouvait servir de référence cette saison (+ grosse victoire du cheptel à ce jour), il n’en reste pas moins que le match fut (comme prévu quand tu joues face aux Dupraz-boys) bien dégueulasse, les deux buts du cheptel étant suite à deux grosses boulettes. On s’en fout, on prend, pour la manière, c’est mercredi qu’il va falloir la soigner. Et puis quoi qu’il advienne, le cheptel a marqué un coup face à Evian. En gagnant ce match tout en jouant avec le frein à main, le cheptel a montré au reste de la Ligue 1 qu’il avait de la qualité à revendre, et une marge de progression assez effrayante…

Les hommes du match :

Tiémoué Bakayoko : Kondogbia blessé, le jeune ex-rennais avait à nouveau l’occasion de montrer à tout le monde que sa disparition lors du premier match contre Lorient n’était qu’un accident. Et comme contre Paris, il ne s’est pas loupé. Solide, impliqué, il a récupéré plus de ballons que Toulalan, tout en étant aussi intéressant que lui à la relance. Certes, il a dilapidé plusieurs fois la gonfle faute à une certaine facilité (laxisme ?) comme cette transversale foireuse téléphonée qui a terminé par une interception Savoyarde à 30m de nos propres buts. Il offre une alternative très crédible au milieu du terrain.

Valère Germain : Le symbole du cheptel que l’on placarde à toutes les sauces (cf les photos avec Mike Tyson cette semaine) a traversé ce match l’âme en peine, et ce pour plusieurs raisons. La première, c’est qu’il a encore jouer à ce poste d’ailier qui ne lui sied guère, car ne mettant absolument pas en valeur ses qualités, et faisant ressortir tous ses défauts (faible qualité d’élimination, aucune vitesse…). Bref, 15 ballons touchés en 60 minutes, c’est une performance de gardien de but… Mais surtout, Lacina Traoré de retour, Anthony Martial à nouveau en confiance, il est désormais n°4 dans la hiérarchie de la chaine alimentaire des attaquants de pointe. Pour une seule pauvre place sur le terrain, c’est dire si on risque de pratiquement jamais le voir titulaire. Logique, mais tellement dommage pour ce joueur au coeur rouge et blanc…

Lamina Traoré : Il est devenu monégasque mi-janvier 2014. Il n’a effectué ses premiers pas en rouge et blanc qu’hier soir. Dire qu’il était attendu est un doux euphémisme, d’autant plus vivace après la fuite du lâche Falcao. Grand échalas à la crête luminescente en haut de l’occiput, nous avions tous hâte de savoir avec quelle autre grande gigue nous pouvions le comparer. Est-ce au dinosaure Koller, sa puissance, son intelligence, son jeu de tête et son rayon de braquage très large. Est-ce avec Adebayor, sa fougue, sa technique, ses grands crayons et son jeu sur courant alternatif ? Peu d’éléments de réponses en une heure de temps (dont la dernière demi-heure complètement hors rythme), mais son abnégation au pressing, sa puissance et son envie ont nettement contrasté avec sa capacité à perdre des duels aériens face à des gars qui lui rendent une tête. Mais quoi qu’il arrive, avec son profil différent des joueurs que nous avons, il va apporter un vrai plus à notre attaque.

Les stats du match :

Le débat de la semaine :

Traoré a montré en heure de temps son style de jeu, et ce qu’il pouvait apporter au cheptel munegu. Un peu plus de verticalité (même si son jeu de tête semble aussi faible que celui d’sdebayor), mais surtout une présence très haut sur le terrain, avec de la puissance et du pressing (un peu trop même parfois). A ce titre, il se démarque nettement de Berbatov, qui tout en restant hyper précieux dans la conservation du ballon, joue beaucoup plus bas, presque en n°10. Et d’un Martial, qui lui a tendance à dézoner pas mal sur les couloirs, histoire de profiter de sa vitesse et de sa capacité d’élimination.
A ce titre,  ne serait-il pas inconcevable d’imaginer, un jour, voir Traoré et Berbatov titulaires en même temps ? Quitte à ressortir le losange des placards pour garder le trident au milieu qui nous fait tant du bien ?
Venez en débattre sur notre page Facebook.

L’image du jour :

Photo 17-10-2014 21 24 45

Le geste technique :

La Air-sortie-aux-papillons par Jesper Hansen : Danijel Subasic avait mis la barre très haut avec sa air-sortie en milieu de première mi-temps, son assaut désordonné hors de ses 6 mètres ayant permis à Wass d’ajuster une tête en direction des buts vide, et donner quelques sueurs froides aux supporters munegu qui ont vu passer la gonfle à un poil pubien du poteau. Mais le gardien haut-savoyard est entré par la grande porte dans la caste des « air-gardiens », où trône des légendes telles qu’Apoua Edel ou Martin Sourzac. Une chandelle de Raggi, un ballon qui rebondit bien haut, et Hansen est lobé, laissant les cages vides, une offrande pour YFC qui a bien suivit.

Les réflexions du soir :

  • Germain sur le coté alors qu’il y a Ocampos, Bernardo, Dirar voire Martial sur le banc, c’est parce qu’il avait le totem de titularisation cette semaine ou bien ?
  • Traoré va s’en prendre des jaunes s’il continue comme cela. Et oui, en Ligue 1, les défenseurs sont les seuls à avoir le droit de filer des coups en toute impunité.
  • En fait, si Germain a été titularisé sur l’aile, c’est plutôt pour le punir tant il a été à l’agonie…
  • On a vu Toulalan râler pour la première fois de la saison : c’était contre Bakayoko, car il lui piquait tous les ballons à récupérer.
  • Le titre de l’équipe auquel vous avez échappé : Evian manquait de gaz. (Heureusement que l’on ne joue pas contre Salveta)
  • La remarque à laquelle vous avez échappé : « Mais il est super nul ce grand noir » (Tribune Honneur, 10ème minute de la rencontre)
  • Pascal Dupraz qui se signe alors que l’arbitre n’a pas sifflé un truc en faveur de son équipe, ça prouve bien que seule une intervention divine pourrait maintenir cette équipe en Ligue 1 à la fin de la saison.

 Merci à Alex, fournisseur officiel de la #TeamMousk en vidéos et en statistiques