[Monaco-Reims] Les trucs de la rencontre

La purge ! Voici le qualificatif qui ressort des travées (vides) du Louis II après cette rencontre qui fut très loin du champagne que l’on attendait face à un tel adversaire. Des occasions, oui, mais beaucoup de maladresse dans le dernier geste. Une défense (et un gardien) tranquille toute la soirée, et qui pourtant est dépassée sur la seule occasion adverse. Et pour conclure le tout, un but d’Elderson Echiéjilé… Qui a parlé d’Halloween ?

Les hommes du match :

Elderson Echiéjilé : Il a marqué, oui, et un but pas forcément évident qui plus est. Il a été brouillon et approximatif aussi, comme d’habitude en somme. Et puis il se fait enrhumer sur son côté lors de l’action du but égalisateur. Du plus, du moins, du médiocre… Pour Halloween, celui qui a fait peur à tout le monde sur le terrain, c’est bien lui !

Valère Germain : L’homme du match, sans doute. Intelligent, il l’est, ce n’est pas une nouveauté. Mais dans un système à deux pointes, son intelligence brille bien plus que seul en pointe ou esseulé sur un côté. C’est lui qui renverse le jeu sur l’action du but monégasque. C’est lui qui éclaire ses partenaires lors de la plupart des occasions monégasques. Malheureusement, son travail restera sans suite puisque ni Martial ni Traoré n’ont été capables de faire autre chose que de grandes vendanges tardives.

Danijel Subasic : Il avait quitté le Louis II dans la peau du sauveur contre Benfica, avec un match plein et une performance digne de la ligue des champions. On le retrouve face à Reims, dans le même état que le reste de son équipe lors d’une veille d’un déplacement capital en LDC : avec le frein à main, et se reposant sur ses acquis. Sauf que les acquis depuis le début de saison pour notre portier se résument à 2 tirs cadrés pour l’adversaire = 1 but. Et cela n’a pas loupé, Moukandjo, ancien habitué du Louis II, qui cadre, et qui marque. C’est là la différence entre un gardien, et un grand gardien…

Le débat de la semaine :

Pas difficile : Après la gabegie offensive de vendredi, une question se pose qui en pointe pour le prochain match, et la suite de la saison ?
Germain a montré de très belles choses, mais qui à coté si on persiste dans ce 442 ? Car c’est le néant question efficacité. Traoré est hors rythme, Martial est maladroit, et Berbatov est blessé.
Bref, que faire, qui mettre ?
Venez en débattre sur notre page Facebook.

Le geste technique :

La chanson en boucle, par les Ultras Monaco : C’est un peu leur slogan de campagne : ils ne lâchent rien. Et on ne peut pas leur enlever, même devant un spectacle affligeant dans un stade vide, ils sont là, et ils chantent. Bon, par contre, il ne faut pas leur en demander plus, parce que pendant l’intégralité de la première mi-temps, ils ont enchainé la même chanson, en boucle, inlassablement, ajoutant un rythme assoupissant à ce match déjà pas très vaillant.

Les réflexions du soir :