[St Etienne-Monaco] Les trucs de la rencontre

Que dire, que penser, qu’analyser ? L’an dernier, avec une équipe plus forte sur le papier, on avait prit une douche à Geoffroy Guichard, les James, Berbatov and co prenant un bouillon terrible face aux verts, scellant définitivement notre retrait de la course au titre. Cette saison, avec l’équipe Bis de l’équipe du projet B de maître Vadim, on tient tête aux Verts, se payant même le luxe de manger la feuille, avant de lâcher prise dans la dernière demi-heure et se faire quelques sueurs froides. On rentre du Forez avec un point, c’est mieux que rien. On est huitième, c’est mieux que rien aussi, vu notre début de saison catastrophique. Maintenant, seul le temps pourra nous venir en aide, le temps que cette bande de jeune deviennent une bande de joueurs, constante, et efficace…

Les hommes du match :

Valère Germain : Sa tête au ras du poteau aurait pu changer bien des choses si elle avait été du bon coté du poteau. C’est probablement là le plus rageant, tant sa performance a été quelconque sur son coté, dépassé comme souvent par la vitesse du latéral adverse, il n’a pas su peser sur la rencontre comme peuvent le faire des spécialistes tels qu’YFC. Et pourtant, dès qu’il est passé dans l’axe, il a fait mal. Sur cette tête bien sur, mais aussi en remise sur des longs ballons. Avec un Traoré complètement hors de rythme, avec un Martial hors du coup, et un Berbatov à l’infirmerie, il serait peut être temps de penser à aligner Dirar, YFC et Germain devant non ? Certes, ça fait très attaque de Ligue 2, mais à l’époque, ça combinait bien, et on gagnait !

Tiémoué Bakayoko : Il faut bien que jeunesse se passe ! Bon dans la récupération, dur sur l’impact, peut être un peu moins précis derrière dans la relance, mais si le cheptel a bien tenu le milieu, et le match, c’est par l’efficacité de son duo Toul-Tiémoué. Malheureusement pour lui, il commet une première faute qui lui vaut un carton jaune pour l’ensemble de l’oeuvre monégasque jusqu’alors. Puis une seconde, obstruction rageante et évitable, qui force le coup de sifflet précipité de l’arbitre, alors qu’un bon mouvement s’amorçait pour les verts. Le piaf s’en rend compte, et se force donc à donner un carton à Tiémoué, histoire de donner le change. C’est le second, au revoir… Ce qui est bête dans l’histoire, c’est que les deux fautes ne méritent à aucun moment le carton, et que pour des raisons annexe, l’arbitre a sorti la biscotte…

Andréa Raggi : On l’a vu pester lors d’un duel avec Sall, bourin premier choix symbole du championnat de France. On l’a vu prendre un coup de coude dans la tronche, et un carton dans la foulée, pour la même raison. On l’a vu couvrir l’alignement sur le but Stéphanois. On a aussi vu un Fabinho défensivement quelconque, et offensivement moyen. On sait que l’Imperatore sera suspendu au prochain match. Espérons que son remplaçant, qu’il soit du bled ou du brésil, casse la baraque pour montrer à Jardim qu’il y a de la rotation derrière, et que Raggi peut aller exercer ses talents sur son coté droit comme l’an dernier, où il sera à peine moins bon offensivement que Fabinho, mais tellement meilleur défensivement !

Le débat de la semaine :

Pourquoi ? C’est le mot de la semaine, afin de comprendre les maux du match contre St Etienne. Pourquoi Jardim fait-il tel ou tel choix, alors qu’il y en a d’autre plus évident (et probablement plus judicieux) à prendre avant et pendant le match. Quels sont les raisons qui l’ont poussé à cette compo et ces changements (ou non changements). Si vous avez l’âme d’un type qui a les réponses, merci d’en discuter sur notre page Facebook

Le geste technique :

Le but, par Jeremy Toulalan : Jeremy Toulalan, c’est le patron, le boss, le chef de la terre du milieu. Implacable défenseur, infatigable ratisseur, il est aussi doté d’une frappe lourde et puissante. Malheureusement, la précision est rarement au rendez-vous, et ses tirs, toujours dangereux, flirtent souvent avec les montants, et rarement du bon coté. Si bien que quand la ligue 1 parle d’un but de Toulalan, il s’agit au rayon des légendes urbaines, au même titre que les crocodiles dans les égouts. Mais il a marqué l’an dernier, et il a remi le couvert ce weekend, sur une frappe surpuissante qui prenait la direction du poteau, avant que Traoré ne mette le genou et dévie la chose au fond des filets.

Les réflexions du soir :

  • Donc on a Traoré sur le terrain, alors qu’il a été hors de forme le dernier match, pour mettre Germain sur le coté, où il est inutile, en lieu et place de Germain dans l’axe (très bon le dernier match), et Bernardo (passeur décisif contre Reims)
  • Donc si j’ai bien compris, on fait sortir Germain, rare gars capable de garder un tant soi peu le ballon, pour faire entrer Ocampos, l’homme qui perd la gonfle plus vite que son ombre ?
  • Si il y a but de Toulalan, peut-on accorder passe décisive à Moutinho ? Parce que vu la gueule de la passe, on ferait bien mieux de créer une rubrique « touchette à l’arrache décisive »…
  • Peut-on vraiment faire confiance à un entraineur chauve qui louche ?
  • Si Martial n’est pas rentré, c’est pour évité à son petit coeur de subir la bronca du Chaudron en tant qu’ex-Lyonnais ? Déjà qu’il est pas bien motivé le garçon…