[Leverkusen-Monaco] Les trucs de la rencontre

Donc voilà. Le cheptel s’est imposé, dans un match d’escrocs véritables. Dominé, peu entreprenant, ne tirant quasiment jamais au but, les joueurs de Jardim repartent quand même de Leverkusen avec la victoire, et le sentiment du devoir accompli. Car le cheptel sortira de la poule quoi qu’il arrive, et verra des matchs de coupe d’Europe au printemps. Soit la grande ligue des champions dans ce qui pourrait être le dernier frisson contre un (trop) gros pour cette jeune équipe. Soit l’Europa Ligue, avec l’espoir de passer un tour ou plus. N’en déplaise à tous ceux qui se sont emmerdé devant le match, et qui y trouve un prétexte pour râler et conspuer (comme toujours) le club monégasque… Montpellier, Lille et Marseille en Ligue des champions, c’était mieux peut être ?

Les hommes du match :

Lucas Ocampos : Supersub is back ! On le croyait perdu avec l’annonce de la grossesse de sa femme, lui si fleur bleu, si canard WC avec sa (très) charmante moitié. On le croyait même perdu pour le football, après des prestations horribles à peine dignes du Juan Pablo Pino du pauvre. Mais il nous rappelle au meilleur des moments que sa meilleure des places, c’est sur le banc, et que sa grinta, sa puissance, son jus, sa technique font des merveilles dans le dernier quart d’heure, face à des défenses fatiguées et un poil moins concentrées. Un but décisif de plus à son actif, pourvu que ça dure !

Léo Jardin : Notre espion au ras du parquet nous l’a confirmé : au coup de sifflet final, le technicien portugais en a eu une demi-molle. Une vrai de vrai, genre béton dans la brouette en train de durcir. Un coup parfait pour lui, tant tactiquement que du point de vue du résultat. Certes, les ambitions de beau jeux sont restées en Principauté, à se faire turlutter le manchon par une ou deux belles plantes au Casino, mais qu’importe. La victoire et là, et si Christophe Josse en a eu mal au transistor intestinal durant le reste de la soirée, on s’en cague, l’ASM verra l’Europe au printemps, ce qui était loin d’être couru d’avance début septembre…

Abdenour : Le nouveau grand ami des supportrices de l’ASM s’est à nouveau fait un nom sur cette rencontre. Laisser pour compte après son pitoyable mois d’aout, une blessure puis une mise au placard salvatrice lui ont redonné le gout du combat et cette abnégation qui nous avait tans séduit chez lui en début d’année civile. Bilan, si Leverkusen a si peu d’occasions vraiment franches, c’est de sa faute. Impérial, il revient en force dans la peau d’un titulaire.

L’après-match du cheptel (par Monaco-Hebdo) :

10603805_838551742832305_1046645536513012902_n

Les réflexions du soir :

  • Et donc l’OM, l’an dernier, c’était combien de points déjà ?
  • Et à part ça, Lille, Montpellier et les autres les années précédentes, ils avaient fait combien ?
  • La bonne idée du soir : le coach de Leverkusen songe sérieusement à recruter Subasic, histoire qu’il ne maraboute plus ses attaquants…
  • Abdenour dans l’axe, Raggi à droite, YFC en leader offensif, Ocampos en supersub… Il commence à mettre le doigt sur des réglages bien sympa le petit chauve qui louche…