[CDF – Nimes-Monaco] Les trucs de la rencontre

En voilà, une bonne chose ! Pour un match de reprise, ce fut un match de reprise des plus sérieux. Rarement inquiété, les rares occasions Nimoise n’ont pas demandé trop d’effort à Stekelenburg, quand elles n’étaient pas déjà tuées dans l’œuf par la malice et l’expérience du duo Carvalho /Raggi, le cheptel n’a pas eu beaucoup à s’employer pour marquer deux fois, et se qualifier sans frayeur, ce qui est rarement une gageure en coupe de France, notre passé nous l’a déjà démontré à plusieurs reprises (et le présent de l’OM et de Nice nous le rappelle que trop bien).

Les hommes du match :

Bernardo Silva : En début de rencontre, on se disait que le rôle d’ailier de « débordement » n’était pas vraiment pour convenir au profil de notre pin’s portugais, et sa rencontre ne plaide pas en sa faveur. Il n’a que très peu débordé, rarement provoqué balle au bien pour « casser » la défense, et très peu centré (son seul centre notable n’étant pas le résultat d’un débordement, mais de son abnégation et de sa malice pour piéger le défenseur). Et pourtant, c’est lui l’homme du match. Il ouvre le score, tuant dans l’œuf les rares espoirs Nimois, sur un enchainement contrôle/reprise de volée que nombre d’avants-centres auraient envoyé de l’autre côté du Gard. Il offre sur un plateau à Ocampos la seule occasion du cheptel non converti en but, et par ses recentrages et son positionnement entre les lignes, il a pourri le groove adverse.

Thiémoué Bakayoko : Le cheptel en ce moment, il est à l’image de Thiémoué : une machine de guerre impitoyable à sang-froid. Toujours aussi précieux à la récupération, implacable dans les duels. Il a commencé l’année comme il avait terminé la précédente, en broyant ses adversaires directs les un après les autres… Sa présence libère Moutinho, qui déchargé des tâches défensives, est plus à même d’organiser le jeu monégasque… C’est Kondogbia qui peut se faire de gros gros soucis…

Patrick Montel : L’homme du match, c’est lui… Enfin, si on prend ce match au second degré, avec suffisamment d’alcool et de drogues dans les veines pour trouver hilarant un rutabaga. D’un simple point de vue journalistique, son sport de prédilection, c’est l’athlétisme, et déjà, il est très nul. Capable de s’enflammer alors qu’un athlète français vient de se faire prendre un tour lors du 400 m, il a récidivé ce weekend contre Nîmes. Passons outre ses « Stelekenbourgue », ses problèmes d’acuité visuelle qui le font confondre les joueurs, et sa mauvaise foi toute franchouillarde, il a quand même réussi à s’enflammer sur les rares occasions nîmoises, criant à tout va alors que le crocodile venait juste de tuer quelqu’un dans les tribunes. Bref, c’est la magie de la coupe, et elle fait mal aux yeux, et aux oreilles…

L’image de la rencontre :

IMG_2548

Les réflexions du soir :

  • Si Nîmes domine trop, on va se mettre en mode forteresse et leur planter un but à la 70′, ça va être simple…
  • Le joueur de Nîmes il est sur la ligne médiane Montel se chauffe comme un fou
  • La maison de retraite n’est pas venue récupérer Montel pendant la mi-temps ?
  • Je préférais avoir deux pitbulls qui me courent après plutôt que Moutinho et Bernardo Silva
  • TCHOU TCHOU qui rentre. Vous avez 2 minutes pour faire vos blagues.
  • Dommage, il manquait un peu de charbon pour Tchoutchou pour aller plus vite…
  • Je crois que le plus simple pour prendre le ballon à Toulalan c’est d’y aller avec un flingue.

Merci à @Jipay15@_Charliy_@AgentSsp98@erwanmxn@yayou98@R_One47@ASMFC_PICTURES membres de la #TeamMousk, qui nous ont encore bien dépannés avec leurs remarques pour ce match !