[Monaco-Bordeaux] Les trucs de la rencontre

Dire que cette semaine n’était pas propice à la fête et au football est un euphémisme. Et pourtant, avec la présentation mercredi du nouveau supporter n° 1 du cheptel, le Petit Prince Jacques, nous pouvions légitimement penser que les joueurs voudraient lui rendre hommage et honneur. Que nenni, trois militaires armés et plusieurs dizaines de morts plus tard sont venus coller une migraine carabinée à l’ensemble du peuple français, européen, voire galactique, en tapant sur un des piliers fondamentaux de nos sociétés : la liberté d’expression. Chez les mousquetaires, nous avons été extrêmement sensibles à toute cette histoire, et ce à plus d’un titre. Déjà, parce que nous avons des journalistes dans notre cercle restreint, dont certains caricaturistes, professions visées en plein cœur par cette histoire. Mais aussi parce que nous sommes, à notre façon, une sorte de Charlie Hebdo du cheptel monégasque. Avec un tirage (audience) assez limité, nous traitons l’actualité du club rouge et blanc d’un point de vue humoristique ou satirique, faisant la part belle à des caricatures, des trucages et autres détournements photographiques, n’hésitant pas à dénoncer les extrêmes que ça soit sur le terrain (extrême faiblesse du jeu), dans les coulisses (extrême mauvaise gestion de l’effectif) voire même dans les tribunes (extrême ralerie de supporters jamais contents).
Dès lors, il nous était difficile de ne pas nous sentir émus et concernés par tout ce qui s’est tramé ces derniers jours, et de ne pas avoir le cœur lourd au moment où le public du Louis II a fait résonner une minute d’applaudissement en l’honneur de l’héritage que nous ont laissé ces apôtres de la liberté d’expression (même si tout ce symbolisme et ce tralala les auraient surement débectés).
Il est probable aussi que cette atmosphère pesante a bien tourneboulé dans les têtes des joueurs, expliquant leur maigre prestation face à un adversaire extrêmement diminué faute d’exode africain à la CAN, qui n’a eu que très peu d’armes à nous opposer, et doit à l’heure qu’il est se satisfaire pleinement du point glané en terres monégasques. Après les festivités de la coupe de France, le cheptel a donc la gueule de bois pour son premier match de championnat de la phase retour. Il va vite falloir l’éliminer, car le calendrier de janvier est herculéen.

Les hommes du match :

Il est extrêmement difficile de faire ressortir quiconque de cette vaste purge. La faiblesse adverse n’a permis à aucun membre du cheptel de vraiment se mettre en valeur, et comme personne n’a vraiment pris le match à son compte…
Alors oui, nous aurions pu mettre un bon point à Subasic, qui nous sort un superbe arrêt dès la première minute de jeu, sans lequel nous aurions clairement été dans la grosse panade. Mais il a tellement été trop peu sollicité qu’il est difficile de juger plus avant sa performance. La défense n’a pas eu grand-chose à faire, alors les deux latéraux sont montés, en vain, et Raggi et Carvalho se sont fait une partie de pokémon acharnée. Thiémoué Bakayoko mériterait aussi une nouvelle citation, s’il n’avait pas perdu la moitié des ballons qu’il a gratté. Le duo de pin’s portugais Joao /Bernardo a beaucoup tricoté, donnant l’impression de pouvoir allumer la mèche à tout moment, mais sans jamais vraiment réussir à s’accorder sur la couleur du pull. Martial s’est battu, nettement plus qu’à l’accoutumée. Malheureusement, il fut très stérile offensivement. A contrario d’Ocampos qui s’est procuré les deux plus grosses occasions du cheptel, mais a brillé par sa passivité et son incapacité à faire quoi que ce soit de constructif du ballon. Enfin, YFC, apparemment diminué physiquement, n’a pas eu l’impact désiré, s’entêtant à vouloir dribbler toute la défense pour rentrer avec le ballon dans le but. Précieux sur coups francs cependant.

Les images de la rencontre :

Les réflexions dont on ne vous épargnera pas :

  • Je ne sais pas ce que Martial montre à l’entrainement, mais ça doit être du lourd pour qu’il soit titulaire tous les week-ends.
  • La nouvelle chanson des Ultras aura donc tourné en boucle pendant 9min35 en début de match. Sous une salve d’applaudissements des tribunes, contents d’avoir un peu de nouveauté à se mettre sous la dent.
  • Échauffement de Dimitar, Valère et Layvin. Autrement dit, le GIGN.
  • Je ne savais pas qu’il y avait une marche de prévue à 21 h au Louis II ce soir…
  • Retour de le nouvelle chanson des Ultras. Encore un air qui va rester bien en tête pendant des jours, non sans quelques adaptations des paroles « Et ce soir nous mangerons ! Du rôti aux champignons… »
  • Stéphane Guy arrête de parler du public de Monaco moi je viens pas chez toi pour te dire que ta femme ne crie pas assez quand tu la baises.
  • Quelle purge ce match. Heureusement qu’il ne faisait pas froid.
  • Et pendant ce temps là, du coté d’Arsenal, le club n’organise aucun déplacement en Principauté, et ne va procéder à aucun remboursement d’aucune sorte. Et personne ne râle…

Merci à @Tanguy_ASM@quentin_samson@Necroute@GEORGEABITBOL29 et @DadouOSM12 pour leurs réflexions avisées.

Les titres auxquels vous avez échappé :

  • Mauvais pinard et gueule de bois
  • Monaco piétine face à des Bordelais CANés
  • 22 bites broutant du gazon : quel plus bel hommage à Wolinski ?
  • Et ce soir, nous mangerons, la fierté de nos roustons