[CDL – Monaco-Guingamp] Les trucs de la rencontre

Un stade vide, un match niveau CFA, deux poteaux, deux buts, des airs sorties et un expulsé : nous sommes en 2015, et vous êtes devant un quart de finale de la coupe de la ligue, compétition que l’ensemble du monde du football nous envie, car épuisante, inutile, qui ne rapporte que dalle et qui offre la chance à un club pourri d’aller plomber le coéfficient UEFA de la France en coupe d’Europe. Et ce Monaco-Guingamp n’a pas dérogé à la rêgle, un morne match dans un morne stade, sous une morne ambiance, commenté par un morne nodocéphale… Merci qui ?

Les hommes du match :

Germain : Sa déviation de la tête lance idéalement YFC, et son appel libère Berbatov du marquage pour l’ouverture du score. En une action, voici résumé l’apport « invisible » de Valère Germain, dont le QI foot dépasse probablement l’ensemble de ses coéquipiers de l’attaque, hors Berbatov qui est d’une autre planète, de toute façon. Et pourtant, nous avons eu la vague impression que ses coéquipiers ne s’appuyaient sur lui qu’en dernier recours, comme s’ils boycottaient en quelque sorte le capitaine de coeur des troupes rouges et blanches. Mauvaise impression visuelle ou vrai clash au sein de l’effectif ? L’avenir nous le dira, mais cela nous chagrine fortement.

Stekelenburg : Certes, sur les rencontres qu’il a eu à disputer, on peut pas dire qu’il a été souvent mis à contribution. Et pourtant, le géant batave rassure. Sa présence massive dans les cages est une arme de disuasion de premier plan, les ballons même s’écartent de son chemin, préférant heurter le poteau que d’aller se frotter à son aura. Et que dire des adversaires. Un début d’échauffouré dans la surface, il lui a suffit d’écarter les bras pour calmer tout le monde. Sans porter ombrage à Subasic, impérial depuis deux mois, on aimerai quand même voir le steack d’Hambourg plus souvent sur le pré. Quand à son jeu de relance au pied, il est plus précis que les frappes chirurgicales de l’armée américaine sur la truffe de Sadam Hussein…

Bernardo / Moutinho : Plus le temps passe, et plus il est difficile de dissocier les deux pin’s portugais de l’entre jeu monégasque. Précieux dans la conservataion du ballon, des chiens au pressing, suffisament forts techniquement pour pouvoir faire basculer la rencontre à tout moment, ils montent tous les deux petits à petits en puissance. Baladé au milieu, sur les cotés ou dans l’axe pour Bernardo, dans l’axe ou à la récup pour Moutinho, il n’en reste pas moins que ce sont eux qui ont la clé de la suite de la saison monégasque, encore plus qu’un YFC sinusoïdal ou qu’un Berbatov en voie d’extinction.

Ce qui s’est passé après le match :

IMG_2951

Les réflexions dont on ne vous épargnera pas :

  • L’avantage de mater ce match au boulot c’est que je ne peux pas mettre le son.
  • Stekelenburg commence déjà avec ses passes millimétrées, le mec a un des meilleurs pieds droits de Ligue 1, c’est chaud.
  • Le seul public de France qui chambre a 1-0 et après s’être pris 2 poteaux ! On a peur de rien.
  • Bakayoko a malheureusement marché sur son Pénis : 3 semaines d’arrêt.
  • Sympa il nous reste 40 matchs à faire en janvier/février quasi sans milieu de terrain… Mercato ?
  • Mine de rien, Jardim confirme qu’il est bien pour bosser avec les jeunes. Il l’avait montré au Sporting et est entrain de récidiver ici.
  • Je viens de faire le calcul et ça faisait environ (sans arrêt jeu) 800 minutes (13 heures) qu’@AnthonyMartial n’avait plus marqué !

Merci à @GEORGEABITBOL29@Jipay15@DadouOSM12, @yayou98@Necroute, @Baldrs_ et @petitphilippe pour leurs réflexions avisées.

Les titres auxquels vous avez échappé :

  • Une demi, avant que ça se corse !
  • Moi Manu Petit, supporter des petits clubs de merde…
  • La qualif qui résonne !
  • Le silence du pétard
  • Sans aucun vice de forme