Sainte Dévote, priez pour nous…

En tant que mousquetaires du Prince, et donc de la Principauté, nous ne pouvons pas ne pas nous arrêter quelques instants en ce noble 27 janvier de l’an de grâce 2015, afin de poser les genoux à terre et d’accorder quelques instants de recueillements tournés vers Sainte Dévote, la Sainte Patronne protectrice de Monaco, et par extension, de notre cheptel de cœur et d’esprit. Que serions-nous sans Sainte Dévote ? La question mérite d’être posée. Car le football et la religion sont aussi étroitement liés que la Principauté de Monaco avec le catholicisme.

Quand Nimani, sacaboti de premier plan, plante but sur but en ouverture de la saison, peut-on parler de talent, ou bien plutôt de miracle ?
Quand Juan Pablo Pino, sombre tricoteur à la petite semelle, marque un but légendaire à l’ultime seconde contre Sochaux, envoyant le cheptel en prolongation, peut-on parler de miracle ou de simple fait de jeu ?
Quand François-Joseph Modesto, rustre défenseur multitâche, égalise d’un maitre retourné acrobatique en pleine surface, est-ce un coup de chance ou un geste divin ?
Quand l’ASMonaco ne cadre pas un tir de la rencontre, voit Ruffier multiplier les arrêts, et s’impose 1-0 au Parc sur un but gag contre son camp d’Edel, peut-on parler d’abnégation, ou du plus grand miracle footballistique de la dernière décennie ?
Quand Subasic, gardien rigolard et décrié, marque un but sur coup franc, était-il inspiré par la grâce, ou par une indigestion de dubitchou ?
Et pas plus tard que ce weekend, alors que le cheptel avait eu 10 fois l’occasion de tuer le match, alors que la tête de Bassa prenait toute seule le chemin des filets, Sidibé s’est senti obligé d’accompagner d’un coup de tête la gonfle par delà la ligne fatidique. Comme il était hors-jeu, le but fut refusé. S’il n’était pas intervenu, il y aurait eu but, valide cette fois. Coup de chance, manque de discernement coté lillois, ou intervention de Sainte Dévote ?

La liste des exemples est loin d’être exhaustive, et il est fort à parier qu’avant la fin de cet article, d’autre m’en viennent encore à l’esprit, comme ce but de la tête de Rui Barros face à la Roma en 92, ou Édouard Cissé passant en revue toute la défense du PSV pour aller planter le but de la victoire en terres bataves. Il apparait toutefois évident que Sainte Dévote a largement participé à écrire la légende du cheptel rouge et blanc, de son équipe, dont elle est la sainte patronne protectrice bienveillante.
Et c’est pour cela qu’aujourd’hui, nous invitons tous les supporters monégasques à marquer un petit temps de recueillement, à avoir une pensée pour celle qui a empêché Zidane de tirer en fin de match au Louis II, qui a tapé à la porte de Rybolovlev alors que le cheptel semblait perdu, et qui a envoyé le tir du nantais sur la barre le weekend dernier. Si le cheptel est toujours vivant, c’est quelque part grâce à elle. Si nous avons pu connaitre Freddy Adu, Georgie Welcome, Glenn Hoddle et Fernando Morientes en rouge et blanc, c’est aussi grâce à elle.
Et pour les mécréants qui pesteraient comme quoi elle nous a laissés tomber en 2011, nous envoyant en Ligue 2, c’est justement pour nous mettre à l’épreuve, pour tester notre foi, pour ne garder que les plus acharnés d’entre nous, ceux qui se sont accrochés au cheptel alors que nous prenions le bouillon à Sedan ou Guingamp.

Plus que nos Princes, c’est notre Sainte Patronne qui a fait que notre cheptel est le plus merveilleux cheptel du monde, qui a façonné l’histoire de ce club parmi les plus grands clubs de France, parmi les clubs qui comptent en Europe, qui a gravé dans nos cœurs cette passion rouge et blanche à nulle autre pareil, et qui a uni sur un même pied d’égalité au sein d’une admirable confrérie chaque supporter monégasque, qu’il soit jeune ou vieux qu’il soit émacié ou ventripotent, qu’il soit silencieux ou pleurnicheur qu’il aime la Volvic ou l’eau de vie, qu’il soit carté ou indépendant, qu’il soit au chaud dans son pyjama au fond de son canapé ou torse nul au cœur d’un parcage venteux dans le nord de la France.

Viva Santa Devota !

PS : Pour celles et ceux qui s’intéresseraient à l’histoire de cette martyre, nous ne saurions que trop vous conseiller d’aller lire cette petite histoire que nous avions déjà relayée sur le site des mousquetaires à l’époque de sa sortie : un coup de mât
Pour les autres, voici une petite rétrospective des apparitions de Ste Dévote dans nos fameuses dubinettes.