Qu’es-tu devenu : Fred Nimani

nimani_682x400_972012a

« Après Thierry Henry, c’est le jeune le plus véloce que nous avons sorti du centre de formation« . Voici en substance le commentaire que nous pouvions lire à propos de Fred Nimani en septembre 2006, alors que ce dernier marquait dès sa première apparition sur les pelouses de Ligue 1. Une telle comparaison laisse évidemment songeur quand on connait la légendaire carrière de Titi depuis qu’il a chaussé ses guêtres dans les Allomat Turbiasques.

Malheureusement, la suite ne sera pas du même tonneau pour le marseillais de naissance. Rapidement prêté au FC Lorient, il ne va pas du tout rentrer dans les plans de Gourcuff qui ne l’alignera que 2 petits bouts de matchs, avant de le renvoyer manu-militari. Les dirigeants de l’époque étant des adeptes du revers liftés, ils profiteront du rebond contre le rocher pour smasher le joueur en direction de Sedan, mais l’air de la Ligue 2 ne sera pas plus profitable pour lui.
Heureusement, et certainement faute de mieux, l’entraineur de l’époque, le tristement célèbre Ricardo, lui fait confiance et l’aligne titulaire dès le début de saison. Et là, c’est le drame : il offre la victoire au cheptel par un splendide but de la tête contre le Paris St-Germain. Il récidivera deux journées plus tard contre Caen, toujours à Louis II, et toujours de la tête. Il marquera ensuite à Lorient, puis quelques temps plus tard à Nancy, confirmant ses bonnes dispositions. L’espoir qui monte prolonge son contrat dans la foulée, sans savoir qu’il vient de vivre la période la plus faste de sa carrière professionnelle.
Car la suite ressemblera à un café McDo : long, amère, et très peu existante. Subissant le jeu restrictif de Ricardo qui préfère voir le seul Park galoper sur tout le front de l’attaque asémiste, il ne va quasiment plus jouer de la saison, un comble pour celui qui en était pendant un temps meilleur buteur. Les blessures vont commencer à éclore, notamment des pépins musculaires, et on le voit plus souvent au fast foot de Fontvieille que sur le vert pré du Louis II. Après 6 mois de Guy Lacombe, et ce malgré un but à Lorient, il monte en perfide Albion gouter aux douces saveurs du Burger King. Il ne jouera quasiment pas dans un club qui finira relégué, et reviendra encore sur le Rocher. Mais pas bien longtemps, les dirigeants de l’époque, le fameux banquier et son subalterne vendeur de t-shirts, pensant que l’air du nord sied bien à son tein, l’envoie à Nantes, afin qu’il y soigne une récurrente blessure à la cuisse. Il ne portera jamais l’uniforme des canaris et reviendra, encore, sur le Rocher, alors que l’équipe vient de sombrer en Ligue 2.
Il marquera son dernier but en rouge et blanc à Troyes, lors de la seconde journée de Ligue 2. Une fois encore, le mercato hivernal lui accordera un bon de sortir, sous la forme d’un prêt au PAOK Salonique. Bien que le championnat lui plaise, il n’est pas conservé, et retournera (encore, encore, encore, encore) sur le Rocher. Après six mois barré par le plot Touré, Valère Germain ou encore la dernière recrue Lucas Ocampos, il verra son contrat résilié par les dirigeants russes. Il trouvera une planche de salut à Istres, non loin de là où il est né, mais une fois encore, son compteur but reste vierge, et ses performances aussi riches en qualités qu’un big tasty dégoulinant de sauce.

Compagnon de route de l’artiste un tantinet excentrique Marceline Lapouffe, il n’a plus donné signe de vie depuis son départ de l’OFI Crète en janvier 2014. Encore un de ces joueurs qui sur le papier avait tout pour casser la baraque à ses débuts, qui a laissé entrevoir quelques qualité à un moment, et qui faute à un physique biscornu, et peut être une hygiène de vie pas adaptée, n’aura connu qu’un tout petit instant de gloire et passé le reste de sa carrière à jongler entre les infirmeries et le bas-fond des championnats Européens…

 

Sa fiche Mousquetaires

Nom : Fred Nimani

Sa place sur le terrain : sur la table du fond, entre le jouet Happy-meal, le double big-mac et les potatoes

Principale qualité : Rapide, très rapide.

Principal défaut : N’accélère que quand il s’agit de se ruer sur une vendeuse sur Mac Do

Son geste technique favori :
L’ouverture de la boite Happy-meal pour découvrir le jouet.

Le geste qu’il ne fera jamais :
Commander un best of salade, sans sauce.

Ce qu’en pense la taverne des mousquetaires :

Si on ne devait retenir qu’une action :