[Monaco-Montpellier] Les trucs de la rencontre

Et hop, encore un nul bien nul à domicile. Cela fait donc 4 points en une semaine que nous perdons à domicile. Avec 2 victoires au compteur, on serait devant l’OM. OK, avec des si, Nabil Dirar serait ballon d’or, mais c’est quand même extrêmement rageant de voir qu’à chaque match charnière, l’équipe joue avec le frein à main. Il est fort à parier que la Ligue des champions soit déjà dans toutes les têtes, et que cette jeunesse-là pourrait bruler sa saison à cause de ces moments chauds mal négociés. Pouvons-nous leur en vouloir ? Absolument pas, les Giuly, Morientes, Zikos et compagnie, malgré toute leur expérience, avaient eux aussi, à leur époque, cramé un titre qui leur tendait les bras, tout ça pour succomber aux sirènes de la Ligue des champions…

Les hommes du match :

Pour ne pas accabler tout le monde, nous n’allons glorifier personne ce soir. Tous ont été très en dessous du niveau escompté. La défense centrale a fait le minimum syndical, gaufrant quand même dangereusement plusieurs relances, les latéraux ont mal latéré, Toulalan était bien seul à la récupération face au milieu physique et dense mis en place par Courbis, Moutinho a essayé, mais avec des coéquipiers au ralenti, et une montagne de barbaque sur le dos, il a vite déchanté. Idem pour Bernardo Silva, coupable de pas mal d’imprécision. Carrasco a fait comme souvent en 2015, un jeu monocorde où la touche passe s’est encore caché de l’autre côté de la manette. Martial s’est battu, mais il était souvent trop seul. Quant à Nabil Dirar, deux faits de jeu sont à son actif : son changement de chaussures à la 35e, et le pénalty concédé en début de seconde période.

Le chiffre qui veut tout et rien dire :

0,51  : C’est année-lumière la distance à laquelle se trouve désormais le ballon du pénalty de Lucas Barios. D’ici le prochain match du cheptel contre Caen, il aura surement atteint la galaxie d’Andromède… (le premier qui fait un rapprochement avec les Chevaliers du Zodiac gagne une semaine de stage de coiffeur-paysagiste avec Layvin Kurzawa.)

La bulle du match :   
Le match, vu par le nain de jardim :

Les réflexions dont on ne vous épargnera pas :

  • Les Ultras qui dénoncent l’horaire débile pour la programmation de la rencontre… On ne peut pas leur donner tort là-dessus, et on aimerait bien savoir qui est le haut diplômé à la Ligue qui pond ce genre de programmation pleine de non-sens…
  • La patte Enjimi commence à se poser petit à petit sur la rencontre : Passe pour le gardien non sifflée, coup franc sifflé à l’envers, faute transformée en touche… Il ne manque plus que le pénalty injustement sifflé contre le cheptel, et on aura passé en revue toute la panoplie technique.
  • Si on fait bien le total : Nabil Dirar titulaire + Said Enjimi + le cousin de Carrasco + le jumeau Kurzawa…  C’est surement notre pire match à handicap de la saison du coup.
  • En fait, Monaco veut finir 4e, comme ça l’OM est obligé de nous acheter Ocampos…
  • Bon ben sinon, la Ligue Europa, c’est bien aussi hein…

Les titres auxquels vous avez échappé :

  • Un petit pas pour Lucas Barrios
  • En attendant la Juve
  • Le match que personne ne voulait jouer