[Caen-Monaco] Les trucs de la rencontre

Bon, et ben voilà… Après deux journées à courir après, et à ne pas être capable de monter dessus malgré deux rencontres à domicile, le cheptel a mis un pied sur le strapontin que nous convoitons depuis plusieurs semaines : la fameuse troisième place.

Les hommes du match :

Bernardo Silva : Assez transparent lors des précédentes sorties, il a cette fois-ci brillé à nouveau comme il sait si bien le faire. Positionné plus sur l’aile, contrairement aux fois précédentes où il était au cœur du jeu, et où il se marchait sur les pieds avec Moutinho, il a littéralement mis le feu dans la défense adverse. Le positionnement haut de Moutinho accaparant la défense adverse, il en a profité pour repiquer dans l’axe dès que possible, prenant à merveille les intervalles, et foutant une pagaille sans nom. Avec deux buts au compteur, il s’est en plus permis le luxe d’être efficace…

Martial : On aimerait bien mettre quelqu’un d’autre, mais force est de constater que non, ce n’est pas possible, il est juste indispensable en fait. Buteur sur son premier vrai ballon, il rate ensuite une grosse occasion (qu’il se crée tout seul après avoir éliminé deux défenseurs d’un maitre crochet), avant d’offrir le caviar à Bernardo Silva, d’une merveille de passe en profondeur. Hâte de le voir se faire les dents sur la défense turinoise…

Kondogbia : On avait fait la remarque après le match contre Montpellier, mais son absence dans l’entrejeu avait pesé lourd, notamment face à un milieu physique et retranché, tout comme son non-match avait plombé la rencontre face à St-Etienne. Face à Caen, il a montré combien sa puissance et sa technique étaient utiles, voire indispensables, à la bonne tenue du cheptel dans son ensemble. Permettant à Moutinho de jouer plus haut, il offre des solutions tactiques uniques, qui créent des brèches dans la défense adverse, et sécurise la récupération. Et dire que Thiémoué va bientôt pouvoir rejouer…

Le chiffre qui veut tout et rien dire :

56 : C’est en nombre d’années l’écart qui sépare le but de Bernardo Silva, marqué sur un corner « à la rémoise », du dernier but marqué en championnat sur cette phase de jeu si particulière développée par Juste Fontaine dans les années 50.

La bulle du match :      Le match, vu par le nain de jardim :

Les réflexions dont on ne vous épargnera pas :

  • Bon c’est officiel, Jardin boycotte Valère Germain…
  • Un dribble, une transversale, un nouveau dribble, un centre en retrait, un but… Le foot, c’est super simple en fait.
  • Et Luiz Fernandez qui se gausse de Moutinho et qui attend « plus » de Monaco… Le prochain match foutez le sur un Evian-Metz, qu’on rigole…
  • Dieu est à terre… Il se tient la cuisse… Attention, le spectre de l’absence de Franck Dumas face à l’Inter en 97 vient de ressurgir !
  • Caen aime les abats. Ça tombe bien, Bernardo et Martial ont fait tomber quelques reins dans la surface cet après-midi…
  • Toujours là @Luis_RMC ? Ce 3e but il part de qui ? D’un contrôle de malade de Moutinho et d’une ouverture sur Martial… Merci, adios !
  • L’échauffement de la Ligue des champions est terminé, merci, messire Fortin, d’avoir joué les sparing-partners.

Les titres auxquels vous avez échappé :

  • Et le podium, c’est pour Caen
  • Et sa cuisse a lâché tout l’allant…
  • Bernardo, de moins en moins muet !