[Lens-Monaco] Les trucs de la rencontre

Ouf ! Dans la longue liste des matchs charnières qui peuvent faire basculer la saison dans un sens, ou dans l’autre, celui-là se pose comme un des plus importants. Au lendemain de la Ligue des champions, alors que Marseille a encore perdu, et que St-Etienne s’accroche tant qu’ils peuvent, le cheptel se devait impérativement de prendre les trois points au risque de ne plus avoir son destin entre les mains. Ce qui aurait été ballot vu le parcours en 2015 de l’enthousiasmante bande à Jardim. Une victoire qui nous fait du bien, tant au niveau du classement que dans la tête.

Les hommes du match :

Yannick Ferreira-Carrasco : Après plusieurs sorties bien décevantes (malgré une passe décisive à Caen), il était attendu au tournant, et il a répondu présent. Certes bien aidé par une défense lensoise qui avait décidé qu’un seul gus pouvait réussir à défendre en même temps sur Carrasco et Kurzawa, il a le mérite d’ouvrir le score après un dribble en triangle avec rebond sur l’adversaire, que même dans Olive et Tom ils ne font pas les même, avant d’offrir le caviar à Martial sur un extérieur du pied de près de 50 mètres. Quelques pertes de balles dommageables certes (on ne se refait pas), mais des dribbles bien sentis et une présence symbole de danger permanent pour l’adversaire. En espérant qu’il ponde le même genre de prestation contre des équipes plus huppées que le dernier du classement désormais.

Anthony Martial : Lui par contre, il ne fait que confirmer tous les matchs un peu plus. Auteur du huitième but de sa saison, passant par la même leader au classement des buteurs du cheptel, il est aussi à gratifier d’une semi-passe décisive sur le but de Berbardo Silva, pas sûr que la LFP tatillonne lui accorde, au vu du rebond sur la guibole d’un lensois. Mais qu’à cela ne tienne, c’est lui qui fait le gros du boulot avec son débordement, et son dribble incisif le long de la ligne pour mettre en porte à faux toute la défense adverse. Encore un gros match pour lui, de plus en plus à l’aise dans ce système à une seule pointe.

Kurzawa : Encore un qui profite de la rencontre contre le dernier du classement pour se refaire la cerise. En dedans depuis son retour de blessure, il profite de la disposition tactique bizarroïde de l’adversaire pour toucher un nombre monstrueux de ballons, et de pouvoir se mettre en confiance. Bilan, un match tranquille derrière, et offensivement très présent, avec des centres qui auraient pu faire mouche, et quelques balles distillées, comme cette passe en profondeur pour Kondogbia, qui ne peut contrôler faute à un rebond sur la taupe, en quel cas, il se serait retrouvé seul face aux buts. Lui aussi on espère le voir à ce niveau contre d’autres équipes que les derniers.

Le chiffre qui veut tout et rien dire :

3 : C’est en nombre de buts le tarif de l’ASM depuis plus d’un mois. Que ce soit Evian, Caen, Reims, et donc Lens ce weekend, l’équipe hôte est reparti avec trois pions dans la truffe… De bon augure, le prochain déplacement est en terres marseillaises…

La bulle du match :   
Le match, vu par le nain de jardim :

Les réflexions dont on ne vous épargnera pas :

  • La première demi-heure est juste chiante. Lens joue avec le frein à main, et nous, ben c’est nous quoi…
  • Kombouaré, il gare le bus devant les cages, mais il laisse toutes les fenêtres grand ouvertes…
  • Carrasco Ballon d’Or ! Le type place un jeu en triangle avec l’adversaire. Quelle technique, quelle clairvoyance, quel homme ! (@SelimAllal)
  • C’est notre Raïs à nous : c’est YFC. Un grand homme. Il marquera l’Histoire. Il aime les Lensois, ça sera ton ami.
  • L’exter parfait de Carrasco qui lance Martial, qui ne rate pas son face à face… Bienvenue dans la quatrième dimension !
  • Donc c’est officiel, dans le règlement de la Ligue spécial Monaco, la règle du pénalty a clairement été enlevée… Je le note…
  • Arrêt de jeu pour blessure à l’amour propre d’un lensois…
  • Toujours pas de @ValereGermain… À 3-0, je ne comprends pas trop l’utilité des entrées de Berbatov, et encore moins Mattheus…
  • Nul à domicile, victoire à l’extérieur… Ce n’est pas académique, mais c’est un rythme de champion !

Les titres auxquels vous avez échappé :

  • Au Nord, ça coule par le fond
  • Au Nord, le cheptel s’amuse pour de bon
  • Au Nord, Monaco se rapproche de la ligue des champions