Les « ballons » des mousquetaires 2014-2015 – Les résultats

Nous y voilà. Après une longue saison pleine d’une cinquantaine de matchs, voici l’heure de rendre hommage à ces joueurs qui ont fait la réussite du cheptel en 2014-2015. Meilleur dribbleur, meilleur vieux, meilleur cireur de banc, meilleur flop, meilleur teston, et j’en passe… Voici vos élus, qui méritent une salve d’applaudissements !

Le ballon de rugby 2015 :

Bernardo

Son dribble chaloupé, ses « rebonds » imprévisibles, sa conduite de balle déroutante, son coup de reins dévastateur, à vous de choisir le joueur du cheptel le plus fantasque balle au pied.

Bernardo Silva : 51%
Yannick Carrasco : 38%
Dimitar Berbatov : 7%
Anthony Martial : 4%

Succéder à James Rodriguez en dit long sur le potentiel du bonhomme. Et pourtant, ce trophée-là est loin d’être usurpé. Certes, il dribble moins qu’un Carrasco ou qu’un Martial, ses actions sont moins spectaculaires que Berbatov sur son but à Evian, et pourtant, c’est un sacré dribbleur ! Ses crochets courts sont toujours à bon escient, sans la moindre fioriture, dans le souci de s’ouvrir un angle pour faire la meilleure passe possible. Bravo notre petit mousquetaire portugais !

Le palmarès des années précédentes : 
2014 : James Rodriguez
2013 : Yannick Ferreira-Carrasco

Le ballon d’oxygène 2015 :

Toulalan

Parce que pour entourer la jeune garde monégasque, il a fallu un certain nombre de « vieux » dont l’âge canonique est aussi long que leur souffle se raccourcit.

Jérémy Toulalan : 70%
Ricardo Carvalho : 20%
Dimitar Berbatov : 9%
Martin Stekelenburg : 1%

Si la jeunesse a souvent fait la différence aux avant-postes, c’est bien la solidité de la défense qui a longtemps été louée cette saison par les observateurs du cheptel. Et force est de constater que le chef incontesté de ce bloc défensif n’est autre que « Président » Toulalan. Malgré quelques petits coups de « moins bien », il est resté indispensable, tant au poste de milieu de terrain qu’à celui de défenseur central, où sa science du placement fait des merveilles.

Le palmarès des années précédentes : 
2014 : Ricardo Carvalho
2013 : Flavio Roma

Le ballon prisonnier 2015 :

Germain

Parce que les Mousquetaires aiment le cheptel dans son ensemble, voici un trophée pour ces joueurs qui ont joué, mais pas tant que ça…

Valère Germain : 65%
Traoré : 27%
Elderson Echiejilé : 5%
Mattheus : 3%

Le chouchou du kop Munegu ne pouvait vraisemblablement pas passer à côté du seul trophée à sa portée. Si d’autres joueurs ont clairement moins joué que lui, qui dépasse quand même les 25 matchs joués, son quota de 5 min de jeu en moyenne fait qu’il est le gars, avec Stekelenburg, qui a posé le plus longtemps son fessier sur le banc des remplaçants, en faisant un lauréat indiscutable pour notre ballon prisonnier.

Le palmarès des années précédentes : 
2014 : Nasser Barazite
2013 : Sebastian Ribas

Le ballon de baudruche 2015 :

Falcao

Des joueurs sont venus, d’autres sont partis, mais nombreux sont ceux qui ont joué et qui se sont grillés. Hommage donc à ceux sur qui ont comptait, un peu à tord…

Radamel Falcao : 43%
Lucas Ocampos : 40%
Layvin Kurzawa : 13%
Nabil Dirar ? 5%

Le veau d’or ! Il est venu pour être la super star d’un groupe qui devait tout casser, il est parti comme étant le boulet ultime d’un cheptel subissant le joug du Fair-Play Financier. Nombreux sont ceux qui ont compté sur lui cet été, espérant le voir briller en ligue des champions, se refaisant la cerise avant un départ qui semblait inéluctable. Le cheptel a certes brillé, mais sans lui, ni son spleen, ni sa blonde ni sa coiffure impeccable… Bref, vivement qu’il parte définitivement !

Le palmarès des années précédentes : 
2014 : Yannick Ferreira-Carrasco
2013 : néant

Le ballo(n)telli 2015 :

Kurzawa

Parce que ces joueurs-là en ont tout pour être représentants à Cavaillon. Ils ont beau avoir un bonnet taille XXL, ce n’est pas pour autant qu’ils ont le jeu de tête qui va avec. Hommage donc à ceux qui sont atteints d’un hypercaputisme galopant.

Layvin Kurzawa : 39%
Yannick Carrasco : 33%
Lucas Ocampos : 24%
Dimitar Berbatov : 4%

Cette saison devait être celle de la confirmation, voire même de la consécration pour l’homme au style improbable. Elle sera celle de tous les flops, où la seule chose qui aura progressé, c’est son tour d’occiput, caractérisé par ce chambrage douteux à l’encontre des Suédois lors d’un match qui élimina les bleuets de la course à l’Euro. Le reste de sa saison ne sera qu’une succession de performances moyennes, pire, le cheptel s’imposera à Arsenal, avec Echiéjilé titulaire…

Le palmarès des années précédentes : 
2014 : Yannick Ferreira-Carrasco
2013 : néant

Le ballon d’eau chaude 2015 :

Raggi

Parce que Monaco étant au bord de la Méditerranée, nous aimons ceux qui crient, qui vocifèrent, qui font monter la température tant sur le terrain que dans les tribunes.

Andrea Raggi : 82%
Aymen Abdenour : 16%
Ricardo Carvalho : 1%
Jérémy Toulalan : 1%

La victoire la plus écrasante de l’année, elle est pour lui. Un vrai plébiscite, une victoire à l’Africaine pour ce joueur italien, vrai couteau suisse de la défense, fort comme un turc et solide comme un Viking. Les arbitres, et les attaquants adverses doivent souvent appréhender les matchs contre le cheptel où il est titulaire, tant son coté gueulard, râleur, et parfois un peu truqueur aussi, doit leur courir sur le haricot.

Le palmarès des années précédentes : 
2014 : Claudio Ranieri
2013 : néant

Le spécial « Camel Trophy » 2015 :

Ocampos

Que ce soit pour sa performance sur le terrain, mais aussi en dehors, ce trophée récompense le petit gars du cheptel qui a fait la une des réseaux sociaux, mais dans la rubrique plantades, fadaises et calembredaines.

Lucas Ocampos : 34%
Layvin Kurzawa : 15%
Radamel Falcao : 14%
Danijel Subasic : 8%

Qui mieux que Ocampos pour se succéder à lui même ? La star des réseaux sociaux aura largement plus brillé sur instagram que sur les terrains. À ses cotés sur le podium on retrouve Kurzawa et Falcao. Layvin, avec sa visière et ses performances médiocres a prouvé toute l’étendue de ses limites. Quant au Colombien, il était la star des bêtisiers cette saison outre-Manche. On retrouve Subasic au pied du podium. Bizarre, mais le lobby de ses détracteurs est plus puissant qu’on le pense…

Le palmarès des années précédentes : 
2014 : Lucas Ocampos
2013 : Sebastian Ribas

Le ballon spécial « Chuck Norris » 2015 :

Toulalan2

Au sein du cheptel, certains se sont illustrés, mouillant le maillot et donnant leurs corps et leurs cris pour l’équipe. Ce trophée récompense donc celui sans qui l’équipe ne serai qu’un train bancal…

Jérémy Toulalan : 27%
Aymen Abdenour : 21%
Andréa Raggi : 15%
Danijel Subasic : 11%

Meilleurs vieux, Jérémy Toulalan s’est à nouveau imposé comme le meilleur tout court dans ce vote sur l’ensemble de l’effectif, et. Avec plus d’un quart des votes, il est loin devant Abdenour (le lobby des supportrices a surement encore frappé), et une autre « gueule » du cheptel, Andrea Raggi. À noter à nouveau la quatrième place de Subasic, qui avec sa quatrième place au trophée opposé, montre bien le fort contraste des jugements à son encontre.

Le palmarès des années précédentes :
2014 : Jérémy Toulalan
2013 : Valère Germain