Daghe Jardim !

Aujourd’hui, nous fêtons un anniversaire, et pas n’importe lequel. Aujourd’hui, nous célébrons le maître-bâtisseur du cheptel qui s’apprête à nous faire rêver, celui qui est venu pour s’amuser avec James et Falcao, et qui au final, aura fait exploser Kondogbia et Bernardo. Rouage essentiel du « nouveau projet » monégasque, sa vision du foot fait un bien fou à la Ligue 1, même si les spécialistes et autres observateurs ne voient en lui que « le meilleur maçon » de France.
Joyeux Anniversaire Léonardo ! 

– LA VIGNETTE MOUSQUETAIRE –

DSC_0765

Nom : Léonardo Jardim

Surnom : Le meilleur maçon Portugais de France.

Bio rapido : Quand Vadim a signifié au Mister Ranieri qu’il pouvait prendre la porte, les noms les plus ronflants ont circulé pour prendre sa succession. Tous les grands d’Europe étaient annoncés au pied du Rocher, et au final, c’est un obscur petit Portugais qui a pris place sur le banc. Sans faire de vague, malgré un passé sulfureux (son renvoi de Grèce pour adultère auprès de la femme de son président fait encore jaser), il a encaissé les coups de sa direction, avec une intersaison que personne n’a comprise (à l’époque). Personne n’a compris non plus le non-match face à Lorient et le naufrage à Bordeaux. Qu’importe, il a travaillé, dans la discrétion, et s’est offert la plus belle des revanches, avec une équipe jeune battue sur des principes très portugais : le béton avant tout. Ça marche tellement bien qu’il s’est vu offrir une bétonnière toutes options dès cet été.

Sa place sur le terrain
 : debout, devant son banc, s’agitant et pestant.

Principale qualité : Une vision moderne du football, une capacité à s’adapter à toutes les situations, et une culture de la gagne rare, surtout en France.

Principal défaut : Une communication restreinte en fait un mauvais client pour la presse, qui lui rend bien.

Son geste technique favori :
Le changement de système de jeu en plein match, histoire d’appuyer là où ça fait mal.

Le geste qu’il ne fera jamais
 : Défoncer la porte d’entrée des vestiaires à coup de talon. Il a trop de respect pour le pauvre ouvrier qui l’a monté.

Ce qu’en pense la Taverne :