[Valence – Monaco] Les trucs de la rencontre

Bon ben voilà… Le gros match bien pourrave qui va servir de leçon et d’exemple pour la suite de la saison, on l’a juste sorti au plus mauvais moment… Avec une défense complètement à la rue, et un milieu de terrain qui a passé son temps à chercher la notice expliquant les consignes de Jardim, Valence n’a pas été brillant, parfois rugueux et truqueur, mais ils ont assuré l’essentiel : nous planter trois pions sur trois boulettes défensives, et s’assurer un retour avec une marge d’erreur certaine. Côté monégasque, on a dominé dans les chiffres, mais à déplacer Noël en aout, on repart avec des regrets, et quelques aigreurs d’estomac envers l’arbitrage (mais ça, c’est une question d’habitude).

Deux hommes, et un boudin :

++ : Anthony Martial, le prodige. Et pourtant, au bout de 20 minutes, nombreux étaient les supporters à réclamer sa tête au bout d’un pic. Lent, peu concerné, il a même gâché une occasion où se jeter sur un centre aurait été une bonne idée. Et puis, il s’est mis en marche. Dézonant totalement, vampirisant même parfois le côté gauche de Cavaleiro, il offre un ascenseur émotionnel en marquant un but annulé pour hors-jeu, puis l’espoir aux Monégasques suite à une accélération où il a fait l’amour à l’ensemble de la défense adverse, avant que son ballon contré ne soit propulsé dans les cages par Pasalic. Il provoque enfin un pénalty non sifflé qui va rester sur le gros colon de nombreux supporters.

+ : Jérémy Toulalan, le capitaine du vaisseau. Alors que sa défense prenait l’eau, et que son milieu voyait trouble, il est resté sur le gaillard d’avant, face au vent, écopant tant qu’il pouvait, colmatant les brèches, resserrant les nœuds, fixant les bouts… Bref, un capitaine, un vrai, qu’il faudrait peut être le cloner pour l’avoir aussi au niveau des lignes arrières histoire de s’assurer d’un semblant de solidité.

– : la défense, une passoire. Difficile de pointer du doigt un des gars du quatuor défensif tant ils sont tous donnés leur part au cochon sur les trois buts encaissés. Les deux centraux ont été malheureux, et étrangement statiques sur chacun des buts. Quant aux deux latéraux, ils se sont fait manger en vitesse durant tout le match, et chaque accélération espagnole provoquait une crispation dans la région anale de tous les supporters monégasques. À corriger, et vite (mais on ne sait pas trop comment vu le faible nombre de choix à disposition de l’entraineur).

Le match, vu par le CM du cheptel :

Le moment qui vous a sûrement échappé :

 

Le chemin de fer de la rencontre :

– 60 : Rothen donne son pronostique : « Euh ouai, euh, des buts, mais un match nul avec des buts ». Merci Jéjé
– 45 : La compo est de sortie. Danse de la joie, Dirar n’est pas titulaire
– 40 : Bousong apparaît à l’écran : lui aussi fait donc partie de la #TeamBahlouli
– 20 : Les supportrices de l’ASM passent toutes par la case « changement de culotte », suite à l’interview d’El Shaarawy
-15 : Séquence nostalgie avec Rothen qui parle de « la pression médiatique différente entre Milan et Monaco ». Encore deux minutes au micro et il nous expliquait toutes ses bonnes astuces pour rentrer au casino
-12 : J’espère que Bahlouli rentrera… comme ça avec Feghouli, on verra qui est le meilleur Ouli…
-10 : Alexandre Ruiz qui balance « Daghe Munegu ». C’est ça, lâche rien gros !
-1 : L’arbitre se tape la discute avec le capitaine de Valence… Ça sent la mauvaise moule cette histoire…
1 : Bernardo laisse trainer un pied, et prend un jaune… OK, ça commence bien.
3 : Echiejile aux fraises, Carvalho statique, Wallace battu… But pour Valence…
6 : Nouvelle attaque de Valence, et ça semble aller trop vite pour la défense monégasque… Ça va être très long !
10 : Echejile, il doit être trop content d’avoir chopé une si bonne place pour mater le match…
14 : Martial dort, Raggi est lent, on souffre… Bref, rien ne change.
20 : Cavaleiro se fait cisailler par-derrière… Pas de carton, logique…
25 : Martial mange la ligne, comme Cavaleiro… Personne dans l’axe, normal…
38 : Après le poteau de Bernardo, voici le but refusé pour hors-jeu de Martial… Jusque là, tout va bien….
40 : Vivement le CSC puis la fracture ouverte de Toulalan. Histoire de compléter le tout.
45 : mi-temps : On a raté notre première période. Ca ne change rien on va quand même marquer à la 70e.
46 : Même tampon que Bernardo, mais sur Fabinho… Pas de carton. Logique.
48 : Festival de Martial et but de Passalic. Il sort de nulle part celui-là, mais fait du bien !
50 : Passalic prend une méchante semelle… Toujours pas de carton. Pendant ce temps-là, Bernardo rigole.
52 : Charge dans le dos sur Passalic, suivi d’un tacle au genou sur Bernardo… Rien n’est sifflé, normal.
57 : Tacle par-derrière de Passalic… Carton logique… Sauf qu’il n’y a toujours pas de carton pour Valence.
58 : Raggi aux fraises, Wallace qui contre… But pour Valence, again. C’est lourd.
72 : Martial se fait cisailler dans la surface à un mètre de l’arbitre de ligne, qui en réponse, accorde un corner alors que le dernier à toucher la balle est le monégasque… Non, rien… Mais rien de rien…
75 : Les 5e et 6e arbitres sont la plus grosse escroquerie du foot. Juste devant Ocampos.
77 : Premier carton pour Valence… Standing ovation !
82 : On m’annonce que l’arbitre est Anglais… Quelqu’un s’étonne ?
86 : Wallace chie sa tête, Raggi son dégagement… Le troisième but pour Valence fait très mal dans la région anale.
92′ : carton jaune pour Raggi pour… rien…

Les titres que l’on a évités :

  • Et donc, vous voulez vendre Kurzawa et Abdenour ?
  • C’est Noël en aout !
  • Des cadeaux, et un chien d’aveugle…