Daghe Joao !

Aujourd’hui, nous fêtons un anniversaire, et pas n’importe lequel. Aujourd’hui, nous célébrons le grand absent du mois d’aout, celui avec qui la double rencontre contre Valence aurait surement été tout autre, celui qui est l’objet de nombre de railleries sur son « apport » quand il est là, et celui qui est éploré des larmes de sang quand le milieu et l’organisation de l’équipe partent en vrille dès qu’il n’est plus là…
Joyeux Anniversaire Monsieur Jean Moutin ! 

– LA VIGNETTE MOUSQUETAIRE –
DSC_0523

Nom : Jean Moutin

Surnom : Joao, la Mout’, Super Moutinho, João Moutão, ou encore Beau Gosse (mais ça, c’est uniquement chez les supportrices de l’ASM).

Bio rapido : Organisateur du Porto flamboyant triple champion du Portugal et vainqueur de la Ligue Europa, il débarque à Monaco avec une réputation flatteuse, sujet à la convoitise de nombreux clubs. Malheureusement, il débarque à Monaco dans le train James-Falcao, et tout le monde a cru qu’il était une sorte de Zidane portugais. Grosse erreur, c’est plus un travailleur de l’ombre, un joueur d’équipe, quelqu’un dont l’apport est aussi discret qu’indispensable. Roi de l’avant-dernière passe, maitre organisateur du pressing, il traine dès lors cette étiquette que les « haters » ne se gênent pas pour lui coller à l’envie. Mais qu’on se le dise : son absence au mois d’aout a fait cruellement défaut à l’équipe.

Sa place sur le terrain
 : Au cœur du jeu, en relais, à l’organisation, au pressing…

Principale qualité : Un volume de jeu supérieur à la moyenne, travailleur acharné qui ne lâche rien, au pressing, à la récupération, et dans le jeu afin de proposer des solutions simples à ses coéquipiers.

Principal défaut : Son apport est tellement obscur et discret que nombreux sont ses détracteurs à le lui reprocher. À une tendance pathologique à foirer la grande majorité de ses coups de pied arrêtés.

Son geste technique favori :
La passe en une touche de balle qui brise la défense, lance le coéquipier sur l’aile afin qu’il puisse délivrer un centre assassin.

Le geste qu’il ne fera jamais
 : Le coup franc direct en force, pleine lucarne.

Ce qu’en pense la taverne des mousquetaires :