Entretien avec Terence Makengo

2008 : tous les supporters s’en souviennent. Jouant alors pour les 16 ans nationaux, Terence Makengo est la terreur des défenses adverses. Il marque but sur but, et plus encore (7 dans un seul match, par exemple). Sélectionné en équipe de France des jeunes, il est ensuite naturellement surclassé. Les dirigeants de l’époque s’empressent de lui faire signer son premier contrat pro alors qu’il n’a que 16 ans, mais il serait déjà supervisé par l’Inter ou encore Chelsea. Tout le monde pense que l’on tenait là le prochain Thierry Henry, ou le David Trezeguet… Malheureusement, ensuite, plus grand-chose. L’AS Monaco fonce doucement vers le trou noir, et alors que Makengo gagne la Gambardella en 2011, son club formateur coule en Ligue 2. Il fait néanmoins ses premiers pas en rouge et blanc dès la première journée de la saison suivante face à Boulogne, pas un cadeau pour toute cette jeunesse. Son temps de jeu est vite bouchonné avec l’arrivée de la première vague de mercenaires de l’ère Rybolovlev. S’en suit un prêt à Auxerre, peu fructueux. En fin de contrat à Monaco, il rebondit à Châteauroux, où il n’a pas bougé depuis.
Symbole de cette génération talentueuse qui s’est ensuite complètement perdue (à de rares exceptions nommées Kurzawa et YFC) faute à une gestion très moyenne des dirigeants suite à la descente en L2, Terence Makengo est cependant demeuré très attaché à l’AS Monaco, comme en témoignent ses nombreux messages d’encouragement et de soutien après les victoires de l’ASM. Et ça, chez les mousquetaires, c’est un truc qui parle à notre cœur, plus que ces joueurs qui vont embrasser l’écharpe niçoise à la première occasion. Éminemment sympathique, il a accepté de se soumettre à notre petit jeu des 10 questions auxquelles il répond sans détour et plein de sincérité.

1— Présente-toi, en trois phrases.

Croyant, Gentil, marrant (lol). Oui, ces trois mots me caractérisent bien.

2— Si on devait choisir un personnage de film, de série ou de BD pour te caractériser, ça serait qui ?

Jésus est mon exemple.

3— Et à part ça, tu chantes quoi comme chanson sous la douche ?

Du Mariah Carey généralement.

4— Quelle est la première chose que tu fais en te levant le matin ?

Je lis un verset de la Bible

5— Tu es plutôt Facebook, Twitter, ou tu joues avec le minitel de maman ?

Plutôt Facebook. (même si notre entretien s’est fait via Twitter).

6— Quel est le joueur avec qui tu aimerais manger un big mac ? (et pourquoi)

Avec Chris Malonga (joueur monégasque entre 2010 et 2012) parce que je sais qu’il finira le mien si je ne mange pas tout. (lol)

7— Quel est le joueur qu’il faudrait absolument enfermer dans une clinique psy ?

Diego Costa lol. Il est insupportable.

8— Ce serait quoi ton moment rêvé avec le cheptel ?

Avec mon club, mon rêve est de monter d’une division.
Pour Monaco, c’est de les voir gagner la Ligue des Champions.

9— Bon, on va la jouer narcissique : trois mots pour qualifier le site des mousquetaires ?

Chambreur, marrant, créatif.

10— Et enfin, tu es Charlie ou pas ?

Oui dans la mesure où je ne conçois pas qu’on puisse tuer des personnes aussi gratuitement et méchamment que ça a été fait et non parce que Charlie Hebdo a été un peu loin dans ses publications très provocantes même si ça ne méritait certainement pas la mort.

Encore un grand merci à lui pour sa disponibilité et sa sympathie (et daghe Châteauroux !).