Allons chez Conforama – Semaine 9

On va encore dire qu’on a gagné en battant une bande de chèvres. Oui, mais si le championnat français est composé de 18 troupeaux d’ovinés, une équipe qatarie et nous, on fait quoi ? Non parce qu’entre l’OM, Strasbourg et Lille, on ne peut pas dire que les oppositions étaient d’un niveau stratosphérique. Ah, on me murmure dans l’oreille qu’on aurait perdu un match à Nice dernièrement. Mais je n’entends pas bien, vous savez, le réseau Monaco Telecom, ce n’est pas la panacée…

On n’a pas vu la rencontre, mais… 

4 occasions, 4 buts… On a même lu dans la très sérieuse presse Twitter (ben quoi, tu pensais que j’allais parler de l’équipe ? Tu m’as pris pour qui, clysopompe !) que les Lillois avaient dominé le match… Enfin, selon les hautes études statistiques de la rencontre, il se pourrait que les dogues aient eu un pourcentage de possession du ballon supérieur au nôtre. Là encore, c’est comme une défaite à Nice, je ne vois pas trop bien ce que ça vient foutre là…

Bref, les journalistes de l’Équipe doivent encore fouiller dans leur sac à miasmes pour trouver des trucs à dire contre Monaco. Car une équipe dans la difficulté avec tant de joueurs importants partis, et qui continue quand même à coller des volées à tout le monde… Enfin, heureusement que Nasser a proposé du pognon pour que Cavani ne tire plus les pénos, sinon, ils n’auraient plus grand-chose à écrire ces compteurs d’horloge !

Deux hommes, dont un boudin :

Vadim Vasiliev : Que dire ? Falcao, son « pari » de l’an dernier, qui score encore et encore. Jovetic et Ghezzal qui ouvrent leur compteur, Rony Lopes qui fait un bon match à gauche, après un autre bon match à droite. Benaglio qui ne prend pas de but en 2 rencontres (une première cette saison si je ne m’abuse…). Bref, ses recrues ont le vent en poupe, et si ça continue comme cela, on risque vite d’oublier celui-dont-on-ne-doit-plus-prononcer-le-nom…

Valère Germain : Comme il n’y avait pas grand-chose à dire sur la prestation des nôtres vendredi soir, et que Subasic a déjà pris pour son grade, on a décidé de pencher du coté de nos ex. Et Valère, on ne peut pas dire qu’on n’avait pas prévenu. Acheté comme une super star, bombardé sauveur après avoir marqué trois buts contre une équipe de plots en Europa Ligue, il est dans le dur en championnat. Seul en pointe, il avait déjà du mal en ligue 2, alors en ligue 1 conforama, c’est encore pire. Il se fait même voler la vedette (et pousser sur le banc) par Ocampos, l’homme du match grâce à un but du genou… Oui, Valère, za rime avec galère…

Ce qu’en pensent les copains #TeamMousk 

Les titres que l’on a évités : 

  • Monaco a glaciérisé les Lillois !
  • Le tigre rugit, et les dogues n’aboient plus.
  • Bielsa partira-t-il du nord en pleurant ?

Ce qui ne vous aura pas échappé cette semaine :