La saison de Keita Baldé en 10 points

Au bout d’un été rythmé par les opinions positives ou négatives des différents observateurs du ballon rond sur la tenue du mercato de l’ASM, après des semaines d’avis tenant davantage de la géopolitique ou de la macroéconomie que du football suite au départ d’un gamin d’à peine 18 ans, le club de la Principauté a soudainement ravivé la flamme de ceux déçus ou frustrés par les écueils d’une équipe en perpétuel remaniement. Comment ? En signant un international sénégalais pisté par les plus grandes écuries italiennes, voire européennes. C’était le 29 août dernier. Depuis, Keita Baldé a joué 31 minutes en tout et pour tout. Et comme Jardim l’utilise pour l’instant autant qu’un manchot avec des béquilles, nous avons décidé d’imaginer pour lui la saison qu’il passera sous le maillot de la diagonale. Bien entendu, cette conjecture est destinée à coller au plus près de la réalité…

1. Lyon-Monaco : vendredi 13 octobre
Un déplacement au Bees & Honey Park, un vendredi 13… Sur cette semaine de préparation de match, Jardim a les fesses qui font bravo. Le Portugais ne dort plus depuis quatre nuits et voit se dérouler dans sa tête les images d’un Aulas dansant le cha-cha dans le rond central sur un son de « Maaaapou Yanga Mbiwaaa, la la la la laaaa ». Leo Jardim décide alors d’aligner d’entrée Keita Baldé. Ce dernier, avec du feu dans les jambes, inscrit un doublé dès le premier quart d’heure. Problème : Ghezzal, aligné sur le flanc droit, oublie un temps qu’il a changé de tunique et se rappelle aux bons souvenirs d’un soir de décembre 2016 (Monaco 1-3 Lyon, NDLR). Résultat, une passe décisive pour Fékir et une praline dans la lucarne de Subasic. Score final, 2-2.

2. Monaco-Besiktas : mardi 17 octobre
Le coach asémiste, suite à la belle performance de son poulain quatre jours plus tôt, décide de lui renouveler sa confiance. Alors que l’ancien Laziale s’échauffe à trente minutes du début de la rencontre, des rixes éclatent en tribunes populaires, des supporters du Besiktas tentant de s’infiltrer en secondes. Keita Baldé, chagriné par cette situation, prend les choses en main et grimpe dans les travées. Par chance, le Sénégalais rencontre un fan turc avec des notions de Wolof. S’affranchissant tant bien que mal de la barrière de la langue, Keita Baldé décide de donner un cours magistral impromptu sur « l’escalade des violations des droits de l’Homme, les libertés individuelles bafouées, la liberté de la presse menacée et la liberté d’expression compromise. » Les Stambouliotes se calment, se replacent en tribune et le match peut commencer dans la bonne humeur. « Keita Baldé nous a ouvert les yeux et nous a clairement donné une leçon sur ce qui se passe dans notre pays. Ça a eu le don de nous remettre les idées en place » déclarera le porte-parole de Çarşı (groupe de supporters du Besiktas) à la fin du match.

3. Besiktas-Monaco : mercredi 1er novembre
Deux semaines plus tard, Keita Baldé est accueilli en leader historique sur le sol stambouliote. Des fans de Fenerbahce, de Galatasaray et du Besiktas sont réunis pour célébrer celui qui aura jeté les prémices d’une lutte libertaire en Turquie quelques jours auparavant à Monaco. Le soir même, à la mi-temps du match, Erdogan prend la parole à la télévision et déclare que « suite à tous ces mouvements de contestation lancés par Serigne Keita Baldé, je n’ai d’autre choix que de passer la main ».

4. Monaco-Guingamp : samedi 4 novembre
Après tous ces évènements, difficile de se remettre dans le train-train quotidien et de se replonger dans le grand bain (ou le petit pédiluve, au choix) de la Ligue 1. D’autant plus quand il s’agit de recevoir une formation costarmoricaine lanterne rouge lors d’un soir glacé de novembre. Pour les parieurs, la côte de la décompression du côté de Keita Baldé est à 1,08. Ces derniers ne s’y trompent pas. Dès les premières minutes, le Sénégalais semble perdu, cherche ses repères en vain, regarde la tribune populaire, n’y voit que trois supporters vêtus de rouge là où il avait discuté avec mille fanatiques tout en blanc et noir il n’y a pas si longtemps. 15e minute : sur un ballon anodin de Keita Baldé dans son camp, Antoine Kombouaré, qui se rend compte du mal-être du Monégasque, joue son va-tout et lui crie « TIIIREE ». Le penaud Monégasque s’exécute croyant entendre la voix de son partenaire, Glik, et décoche une frappe puissante à ras de terre qui trompe son portier, le pauvre Subasic. 0-1 score final, première défaite asémiste de la saison.

5. Monaco-RB Leipzig : mardi 21 novembre
Ce match restera dans les annales du ballon rond. La faute à qui ? La faute au délégué du match, doté d’un humour que l’on pourrait situer entre Jean-Marie Bigard et Michel Leeb, c’est-à-dire au mieux douteux, au pire totalement déplacé. Au moment de sortir la feuille de match, ledit délégué voit le Keita Baldé de l’AS Monaco et le Naby Keita du RB Leipzig et décide alors d’intervertir les rôles en les changeant d’équipe. Totalement mis au pied du mur, les dirigeants des deux clubs n’ont aucune solution de repli. Le Sénégalais jouera alors la partie avec les Allemands et le Guinéen avec les Monégasques. Le délégué rigolard, répondant au nom de M. Burns, sera viré dès le coup de sifflet final.

6. Monaco-PSG : dimanche 26 novembre
Le match le plus attendu de la phase aller de la Ligue 1 Canapé. Tous les journalistes, toutes les rédactions de l’Hexagone sont en boucle sur le choc franco-français. Ou franco-monégasque. Ou russo-qatari, enfin bref. Tous sont sur les dents, ont passé les entraînements et les conférences de presse au peigne fin, à la recherche de petites histoires croustillantes. Mais hélas, rien d’exceptionnel, pas un ex-vendeur à la boutique du PSG à se mettre sous la dent. Même Laurent Paganelli a préparé son match. C’est dire. Il se dit qu’il aurait lu les compositions d’équipe une heure avant la rencontre ! Exténué par tant d’efforts, Paga craque en direct en allant interviewer Keita Baldé : « Ouais, Stéphane, je suis avec Yabon Banania là, dis-moi Yabon, ça te plait l’ambiance des gros matches comme ça, te gusta, grande jugador ? Naaan, je déconne hein, tu le sais, on te le souhaite en tout cas ». Un mois après avoir surnommé Mitroglou « Rastapopoulos », la pilule a du mal à passer. Keita Baldé rentrera dans l’histoire pour avoir été le dernier joueur interviewé en bord-terrain dans la carrière de Paga.

7. Monaco-Nice : mercredi 17 janvier
Pour ce Monaco-Nice, Keita Baldé veut marquer l’histoire. Ou plutôt l’Histoire. Celle des derbys qui s’écrit en lettres d’or dans les annales de ce sport et qui se raconte de père en fils à la manière d’Andersen et de ses contes. Il a une drôle d’idée derrière la tête. En ce mercredi midi, après s’être repu de socca et de barbajuans (jour de derby oblige) à la place du marché, il court se positionner à la frontière de Monaco et de Cap d’Ail et fait du stop. Direction Nice. Coup de chance ultime lorsqu’il tombe sur un jeune niçois de 24 ans prénommé Alexy. Ce dernier lui explique qu’il se rend à Riquier pour y déposer sa voiture et y prendre son scooter afin de faire le déplacement en deux-roues entre Nice et Monaco avec les supporters. Cette coïncidence ! C’est exactement ce que Keita Baldé souhaitait faire. Les deux hommes tapent la discute dans la voiture, jusqu’à ce qu’Alexy lui explique qu’il a un temps joué pour Nice. Il montre alors au Sénégalais tous ces tatouages, ceux notamment en honneur à Jacques Médecin, à Albert Spaggiari et à la Brigade Sud. Keita Baldé prend alors son courage à deux mains et lui demande s’il peut faire le dép sur son scooter. L’Histoire est en marche… Et voilà comment un Niçois et un Monégasque ont fait le déplacement ensemble entre la 5e ville de France et la Principauté dans le cadre d’un Monaco-Nice. Fraternité. Trois jours après le match, Christian Estrosi et S.A.S. Prince Albert II déclarent communément qu’une statue représentant Keita Baldé et Alexy Bosetti sur un scooter sera érigée sur la Basse Corniche, « symbole d’une rivalité fraternelle ».

8. Marseille-Monaco : dimanche 28 janvier
Monaco est en tête du championnat, l’OM se bat pour les places européennes. Rien de neuf à l’horizon. Jusqu’à ce que les joueurs olympiens et asémistes se rencontrent avant le match. Lors de la reconnaissance terrain, Keita Baldé croit reconnaître un acteur de Narcos. Fanatique de la série, le Sénégalais va à son encontre et lui demande un selfie. Luiz Gustavo ne pipe mot et s’exécute, sourire en coin. Keita Baldé le remercie et, voulant donner dans l’humour, se retourne en s’éloignant et lui crie « Plata o plomo ! ». Le Brésilien, qui comprend alors qu’il vient d’être assimilé à un narco-trafiquant, voit rouge, et assène un tacle digne d’un Di Meco des grands soirs. Résultat, entorse de la cheville et trois mois d’arrêt pour le Monégasque.

9. Monaco-Amiens : samedi 28 avril
Après un trimestre à soigner sa cheville douloureuse, Keita Baldé revient sur les terrains. Le Sénégalais a coché ce match depuis longtemps, espérant un tifo digne de ce nom évoquant sa reprise, un « Welcome Back Keita » par exemple. Mais que nenni… Au moment de rentrer sur le terrain au son de la délicieuse musique de la Ligue 1, Baldé tourne discrètement son regard vers les Pesages. Son sang se glace alors immédiatement. Au lieu d’y voir son nom, voilà qu’il découvre le plus grand tifo réalisé par les UM94 en hommage à une ancienne gloire du club, Lacina Traoré. Le natif d’Espagne jouera son match malgré tout, l’orgueil et la fierté prenant le dessus…

10. Troyes-Monaco : samedi 19 mai
Dernier match dans l’Aube pour ce qui ressemble plutôt au crépuscule de la saison. Monaco est déjà sacré champion et réalise un joli back-to-back. Cette rencontre n’est donc qu’une formalité. Tous les joueurs portent un t-shirt d’entraînement avec écrit « Jardim, te vœyu ben » (je t’aime en Monégasque, NDLR). Keita Baldé, jamais avare de petites boutades cocasses a décidé se raser les cheveux et de se poser un crâne chauve en latex, en l’honneur du grand Benjamin Nivet. La partie se déroule dans la bonne humeur, Keita laissant même sa place à Vadim sur le front de l’attaque de l’ASM pour le dernier quart d’heure de cette fabuleuse saison 2017/2018.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s